French Polynesia and the EU

Le génocide de Srebrenica: l'importance de la réconciliation pour aller de l'avant

11/07/2021 - 11:29
From the blog

11/07/2021 – Blog du HR/VP – Il y a 26 ans, au cœur de l'Europe, la page la plus sombre de notre histoire contemporaine s'écrivait. En juillet 1995, dans les collines entourant Srebrenica, plus de 8 000 personnes, principalement des garçons et des hommes, ont été délibérément tuées. Ce week-end, 19 autres victimes seront enterrées dans le cimetière du centre commémoratif de Srebrenica. Nous devons tirer des enseignements de ce qui s'est passé et avons besoin d'une réconciliation pour aller de l'avant.

"Toute tentative de révision des crimes et de glorification des criminels de guerre doit cesser. Nous devons tirer des enseignements de ce qui s'est passé et avons besoin d'une réconciliation."

 

Ces meurtres constituent un génocide, ainsi que l'ont reconnu le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie en 2004 et la Cour internationale de justice en 2006. Toutefois, en Bosnie-Herzégovine et dans la région, une tendance à nier le génocide de Srebrenica est encore présente. Notre devoir est de garder le souvenir de Srebrenica et des victimes, d'honorer la mémoire de ceux qui ont perdu la vie et de tous ceux qui sont toujours portés disparus, de tirer des enseignements de ce qui s'est passé et de tout mettre en œuvre pour éviter que cela ne se reproduise.

 

"Toute tentative de révision de l'histoire, de négation du génocide et des crimes de guerre et de glorification des criminels de guerre doit cesser."

 

Nous pouvons observer à nouveau des tentatives de réviser l'histoire, de nier le génocide et les crimes de guerre et de glorifier des criminels de guerre; celles-ci doivent cesser. Les dirigeants de l'ensemble de la région doivent rejeter la rhétorique de la haine et de la division ainsi qu'œuvrer en faveur de la justice et promouvoir le dialogue et la coopération. Le meilleur moyen de parvenir à la réconciliation est de bâtir des sociétés plus fortes et meilleures, dans lesquelles prédominent le pluralisme, la justice et la dignité humaine. C'est précisément ce que l'Union européenne offre à la Bosnie-Herzégovine grâce à la perspective européenne, et c'est la raison pour laquelle nous encourageons les réformes, le dialogue politique, mais aussi, et surtout, la réconciliation.

La réconciliation est une orientation stratégique et une activité quotidienne. En Bosnie-Herzégovine, la réconciliation devient une réalité grâce à l'incitation au dialogue et aux initiatives dans les écoles, dans les rues, dans les villages et dans les villes. La réconciliation commence avec les jeunes. Les jeunes, qui façonneront le développement du pays, ont droit à un système éducatif de qualité et inclusif et méritent de vivre dans un pays pacifique et juste.

 

"Une très grande majorité de Bosniaques souhaitent suivre la voie européenne et l'idée européenne."

 

En novembre dernier, je me suis rendu à Sarajevo à l'occasion du 25e anniversaire de la signature de l'accord de paix de Dayton. J'ai visité le musée des enfants de la guerre et j'ai rencontré des champions de la réconciliation. Rendre hommage aux victimes de la guerre nous rappelle combien il est essentiel de reconnaître les faits historiques du passé afin d'apprendre et de construire l'avenir. La commémoration permet de comprendre, de guérir et d'aller de l'avant.

Le pays peut progresser sur la voie européenne. Selon des enquêtes récentes, plus de 75 % des citoyens de Bosnie-Herzégovine y sont favorables, parce qu'ils comprennent le pouvoir de transformation de l'Union européenne et la force de l'idée européenne.

Le 13 juillet, je présiderai le Conseil de stabilisation et d'association UE-Bosnie-Herzégovine, qui ne s'est plus réuni depuis trois ans. Je me réjouis à la perspective de nos discussions sur les défis actuels et la voie à suivre pour mener les réformes nécessaires afin de rendre la gouvernance plus efficace, renforcer l'État de droit et libérer le potentiel économique. Nous examinerons les progrès accomplis quant aux 14 priorités essentielles mentionnées dans l'avis de la Commission européenne sur la demande d'adhésion de la Bosnie-Herzégovine, y compris les réformes constitutionnelles et électorales, qui se révèlent délicates, mais nécessaires.

 

"L'histoire de la Bosnie-Herzégovine fait partie de l'histoire européenne commune."

 

L'adhésion à l'UE est un processus qui exige responsabilité, leadership et vision, ainsi que des efforts conjoints de la société dans son ensemble. Tout en gardant le souvenir de Srebrenica, l'Union européenne réaffirme qu'elle est fermement résolue à aider la Bosnie-Herzégovine à surmonter les problèmes hérités du passé, à affronter les faits et à orienter les sociétés vers un avenir meilleur. L'histoire de la Bosnie-Herzégovine fait partie de l'histoire européenne commune et l'avenir du pays et de l'ensemble des Balkans occidentaux est dans l'Union européenne.

 

Voir également:

BiH: déclaration du haut représentant Josep Borrell et du commissaire Olivér Várhelyi à l'occasion de l'anniversaire du génocide de Srebrenica

 

 

Plus d'articles du blog du haut représentant de l'Union, Josep Borrell