Bonaire and the EU

Russie: déclaration du porte-parole un an après l’empoisonnement d’Alexeï Navalny

Bruxelles, 19/08/2021 - 15:31, UNIQUE ID: 210819_4
Statements by the Spokesperson

Un an après l’empoisonnement d’Alexeï Navalny le 20 août 2020, l’UE continue d’appeler la Fédération de Russie à enquêter sur cette tentative d’assassinat en toute transparence et sans plus tarder, et à coopérer pleinement avec l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) afin que soit menée une enquête internationale impartiale. L’utilisation d’armes chimiques, quelles que soient les circonstances, est totalement inacceptable et contraire au droit international. L’affaire Alexeï Navalny doit être résolue. Les responsables doivent être traduits en justice.

L’Union européenne a condamné avec la plus grande fermeté la tentative d’assassinat à l’encontre de M. Navalny, empoisonné par un agent chimique militaire neurotoxique du groupe Novitchok, et a répondu en imposant des mesures restrictives à six personnes et à une entité. En mars, dans le cadre du régime mondial de sanctions de l’UE en matière de droits de l’homme, l’UE a imposé des mesures restrictives à quatre personnes pour leur rôle dans l’arrestation arbitraire, la poursuite et la condamnation de M. Navalny, ainsi que dans la répression des manifestations pacifiques liées à ce traitement illégal.

Nous sommes profondément préoccupés par l’arrestation politique de M. Navalny, les nouvelles accusations pénales portées contre lui et les membres de son équipe, ainsi que la mise hors la loi de son organisation et de ses bureaux régionaux avant les élections à la Douma de septembre. L’impact cumulé de ces événements, conjugué à une série de mesures répressives visant des ONG et des individus renommés en Russie, entraîne de nouvelles violations des libertés fondamentales, restreignant l’espace dévolu à la société civile, aux médias indépendants et aux droits de l’opposition politique en Russie.

L’Union européenne demande à nouveau à la Russie la libération immédiate et inconditionnelle de M. Navalny. Nous attendons de la Russie qu’elle respecte et garantisse les droits de l’homme et qu’elle se conforme aux obligations nationales et internationales qui lui incombent en vertu de la convention européenne des droits de l’homme.