Aruba and the EU

Renforcer l'immunité face à la désinformation

18/01/2021 - 12:41
News stories

Aujourd'hui, les vaccins sont la réponse aux défis posés par la pandémie de COVID-19, qui a eu des répercussions néfastes sur la vie sociale et économique dans le monde entier.

 

Les vaccins sont l'un des succès les plus éclatants en matière de santé publique. C'est précisément grâce aux vaccins, qui ont contribué à les éradiquer, que des maladies telles que la variole sont reléguées aux livres d'histoire au lieu de faire les titres des sites d'information.

Toutefois, depuis le début de la pandémie, les vaccins ont fait l'objet d'un nombre considérable d'informations trompeuses et de théories du complot éhontées. De fait, la peur des vaccins est présente dans les profondeurs de la sphère médiatique depuis un certain temps, et est exploitée avec succès par des acteurs de la désinformation, étatiques ou non.

En 2018, l'American Journal of Public Health a publié les conclusions d'une étude révélant que plus de 93 % des messages relatifs aux vaccins postés sur Twitter entre 2014 et 2017 provenaient de comptes malveillants. Ces comptes malveillants, dont certains étaient liés à la tristement célèbre "usine à trolls" située à Saint-Pétersbourg, en Russie, ont tweeté des messages favorables et opposés aux vaccins pour semer la discorde et la confusion et saper la confiance du public dans la vaccination.

La pandémie mondiale, accompagnée par ce que l'Organisation mondiale de la santé a qualifié d'"infodémie", a accentué la propagation de la désinformation à l'encontre de la vaccination. En effet, les vaccins, et les questions liées à la santé en général, sont un terreau fertile pour toutes sortes de désinformation. Il s'agit de sujets d'une grande complexité qui nous incitent à chercher de nouvelles informations (en particulier durant la période où le nouveau coronavirus était peu connu) et qui sont susceptibles, dans le même temps, de susciter des sentiments de curiosité, de peur, d'anxiété et d'inquiétude. Des travaux de recherche antérieurs ont montré que la conjonction de la nouveauté et des émotions aide les affabulations à se propager près de six fois plus vite que la vérité.

 

 

Théories du complot concernant la COVID-19 et les vaccins

  • Le coronavirus a probablement été créé dans les laboratoires de biologie de l'OTAN
  • Bill Gates veut introduire une vaccination obligatoire pour contrôler le monde
  • Le véritable objectif de la vaccination est d'euthanasier les gens
  • Les vaccins occidentaux sont mis au point à des fins de spéculation financière
  • L'épidémie de COVID-19 est fabriquée de toutes pièces par les médias

C'est pour cela que de nombreux acteurs de la désinformation, y compris des États étrangers, trouvent tant d'attrait aux discours opposés à la vaccination. Ils peuvent être utilisés comme points de divergence pour semer la discorde, pour exacerber la peur et la polarisation sociale, et surtout pour saper la confiance dans les autorités de santé et les pouvoirs publics, dans la science et les médias et entre les citoyens.

 

 

Les discours de désinformation liés à la vaccination sont très souvent bâtis sur un "fond de vérité" qui les rend plus convaincants et plus difficiles à dénoncer. Par exemple, pour discréditer l'un des producteurs de vaccins contre la COVID-19, des médias russes contrôlés par l'État ont sélectionné une partie de la vérité, à savoir que le vaccin de ce laboratoire a été élaboré à l'aide d'un vecteur viral de chimpanzé, et ont rebaptisé celui-ci le "vaccin de singe". Un tel qualificatif visait non seulement à railler le producteur du vaccin, mais aussi à puiser dans les craintes quant à la sécurité et à la "pureté" du vaccin.

Que pouvez-vous faire?

Tout comme les vaccins peuvent immuniser contre les virus, y compris celui de la COVID-19, nous pouvons renforcer notre immunité face à la désinformation. Et nous pouvons le faire nous-mêmes. L'hygiène, comme le lavage fréquent des mains, contribue à nous protéger de la COVID-19. De la même manière, l'hygiène de l'information peut ralentir la diffusion d'informations trompeuses préjudiciables, en particulier sur les médias sociaux.

Pour une bonne hygiène de l'information, prenez un instant pour réfléchir avant de partager un contenu en ligne ou d'interagir avec celui-ci. Posez-vous ces questions:

  • Ce contenu est-il fiable? L'actualité est souvent assez terne, sauf en de rares occasions, comme lorsque deux quidams ont sauvé d'une rivière gelée un chien, qui s'est finalement révélé être un loup! Si le contenu vous alarme, prenez le temps de la vérification: d'autres sources ont-elles publié cette information? Qu'est-ce qui vous permet de la tenir pour vraie? Prêtez attention à la manière dont les images, les emojis et les titres sont utilisés: visent-ils à susciter en vous une émotion particulière? Enfin, n'oubliez pas qu'un nombre élevé d'abonnés ne signifie pas nécessairement qu'un compte de médias sociaux est une source fiable!
  • Qui est l'auteur de ce message? Pouvez-vous retrouver ses travaux passées? Les journalistes et experts reconnus ayant toujours des antécédents, il est facile de retrouver leurs travaux. Un ami sur Facebook n'est pas nécessairement un expert dans un sujet donné, et s'il s'agit une personne experte, assurez-vous que son expertise concerne bien le domaine en question.
  • Quelle est la source des affirmations? Les acteurs de la désinformation créent souvent de fausses sources "internes" anonymes, qui peuvent même ne pas exister réellement! (L'exemple le plus notable de cela est le complot QAnon). Faites preuve d'une vigilance accrue si ces sources anonymes font des affirmations générales, qu'il est impossible de vérifier. Des déclarations telles que "tout est connecté"; "rien n'est comme il paraît"; "ils ne veulent pas que vous sachiez la vérité"; ou "il existe un projet secret" sont des indications importantes d'une désinformation possible. Dans le cas des vaccins, les acteurs de la désinformation utilisent souvent des termes tels que "Big Pharma" et "médias mainstream" de manière péjorative, afin de saper la confiance dans les producteurs de vaccins et les journalistes.
  • Cette source d'informations est-elle fiable? Les médias professionnels crédibles ne s'adonnent pas aux théories du complot et laissent les opinions partisanes à la place qui leur revient: les éditoriaux. Le journalisme digne de confiance suit des normes sectorielles définies: tout article doit être basé sur plus d'une source et présenter des points de vue concurrents afin de rendre compte de manière équilibrée de la question abordée. En cas de doute, jetez un œil aux sections "À propos" et "Contact" du média. S'il s'agit effectivement d'une source d'informations fiable, vous devriez y trouver une liste de journalistes qui y travaillent ainsi que des informations transparentes sur l'organisation et son financement.

Soyez préparé! Si vous vous sentez submergé par les informations qui vous parviennent, informez‑vous sur la réaction de l'UE face à la pandémie de coronavirus. Pour en savoir plus:

Il est toujours utile d'aller voir ce que disent les vérificateurs de faits. Voici quelques suggestions:

Et enfin, consultez EUvsDisinfo pour connaître les exemples les plus récents de désinformation pro-Kremlin, notamment sur les vaccins.

Avant de partager, vérifiez:

  • le contenu
  • l'auteur
  • la source
  • le média
  • ce qu'en disent les vérificateurs de faits

Voir aussi