Delegation of the European Union
to the International Organisations in Vienna

Le Fonds Bêkou poursuit son engagement en faveur de la résilience de la République centrafricaine pour une année supplémentaire

Bangui, 11/12/2020 - 17:07, UNIQUE ID: 201211_21
Press releases

Le premier Fonds Fiduciaire créé par l’Union européenne - le Fonds Bêkou, est prolongé pour un an, jusqu’à la fin de l’année 2021. Ce Fonds dédié à la résilience de la République centrafricaine a été lancé en 2014 aux lendemains de la crise qui a sévèrement affecté le pays et fait des milliers de victimes. En six ans, il a déjà mobilisé plus de 300 millions d’euros à travers 23 programmes destinés à faciliter l’accès de la population aux services de base, soutenir la relance économique et favoriser la coexistence pacifique et la cohésion sociale.

Cette nouvelle et dernière extension a été décidée par la Commission européenne. Elle a reçu un avis favorable du Parlement européen et du Conseil. Elle fait suite à la requête formelle du Conseil d’Administration du Fonds Bêkou qui, lors de sa rencontre du 29 septembre 2020, a officiellement validé le rapport d’extension et demandé que le Fonds poursuive ses activités pour une période d’un an.

Cette prolongation a pour objectif de consolider les acquis des programmes financés par le Fonds Bêkou et aussi de permettre à la Team Europe d’apporter une réponse efficace à la pandémie de COVID-19.  

Les différents programmes du Fonds Bêkou ont déjà bénéficié à plus de 2,8 millions de centrafricains. Cependant, les besoins de la population restent significatifs : le pays est classé 188e sur 189 selon l’indice de développement humain. Plus de la moitié de la population a besoin d’une assistance humanitaire et 1,9 millions de personnes sont en insécurité alimentaire aigüe. De plus, 620 000 centrafricains sont réfugiés en dehors des frontières et près de 641 000 sont déplacés sur le territoire national.  

Positivement, la période de calme relatif observée après la signature de l’accord de paix, a créé les conditions favorables à de nouvelles interventions dans des régions du pays qui n’avaient pas encore vraiment pu bénéficier de l’aide jusque-là. C’est ainsi que le Fonds Bêkou a adopté fin 2019 un programme intégré pour le relèvement socioéconomique de la zone sud-est (RELSUDE). Cependant la situation sécuritaire dans le pays reste extrêmement volatile.

La pandémie de COVID-19 qui a touché le pays en mars 2020 est venue amoindrir les résultats engrangés ces dernières années, notamment depuis l’accord de paix de février 2019 et ce malgré la réponse rapide du Fonds Bêkou. « Dès le mois d’avril 2020, le Fonds Bêkou a accordé 4,2 millions d’euros pour lutter contre la pandémie ce qui démontre sa capacité à aider la République centrafricaine à surmonter les crises. Les financements conséquents – l’Union européenne a investi plus de 45 millions d’euros dans sa réponse COVID-19 - ont certainement permis de limiter la propagation et l’impact de l’épidémie dans le pays, mais ils n’ont pas pu empêcher les retards pris dans la mise en œuvre des différents programmes » explique Francesca Di Mauro, Chef d’unité à la Direction Générale du développement et de la Coopération internationale et gestionnaire du Fonds.

Pour le Ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération Felix Moloua: « Par son positionnement novateur entre l’urgence et le développement, le Fonds Bêkou a montré sa pertinence ; tandis que ses résultats tangibles illustrent son efficacité. Grâce à cette extension d’une nouvelle année, il va pouvoir poursuivre son engagement aux côtés de la population et des autorités centrafricaines dans une année cruciale de relance post pandémie et d’échéances électorales significatives à l’image des élections présidentielles et législatives à venir ».

 

 

MEMO

 

Qu’est-ce que le Fonds Bêkou ?

Le Fonds Bêkou est un fonds multi-bailleurs créé par l’Union européenne au lendemain de la crise de 2014. Il compte 5 pays contributeurs en plus de l’Union européenne : l’Allemagne, la France, l’Italie, les Pays-Bas et la Suisse. Depuis 6 ans, ces bailleurs ont investi plus de 300 millions d’euros en République centrafricaine pour permettre de relever et de stabiliser le pays.

Le Fonds Bêkou développe des programmes dans trois domaines principaux : (1) l’accès aux services de base tels que la santé et l’eau et assainissement; (2) la relance économique à travers l’appui à l’agriculture familiale, le soutien aux acteurs économiques locaux et la réhabilitation des infrastructures et (3) la réconciliation et la protection des plus vulnérables.

 

Comment les autorités centrafricaines sont-elles impliquées ?

Le gouvernement centrafricain participe au comité d’administration qui adopte la stratégie du Fonds Bêkou et au comité de gestion (COGES) qui valide les actions à financer. La dernière réunion du COGES a eu lieu le 11 décembre 2020 et a permis l’adoption d’un nouveau « programme d’appui au déploiement de la Protection Civile centrafricaine » doté avec 4 millions d’euros ainsi que l’apport de 10 millions d’euros supplémentaires à la troisième phase du « programme santé ».

Le Fonds Bêkou travaille étroitement avec chacun des Ministères de tutelle de ses programmes. Il a également déployé à leur demande des assistances techniques : c’est le cas auprès du Ministère de la santé et de la population, du Ministère de l’agriculture et du développement rural, du Ministère de l’élevage et de la santé animale, du Ministère de l’environnement et du développement durable, du Ministère des eaux, forêts, chasse et pêche et du Ministère de la promotion de la femme, de la famille et de la protection de l’enfant.

 

Quels sont les résultats concrets atteints par le Fonds à ce jour ?

Le Fonds Bêkou a déjà fourni des résultats tangibles à plus de 2 800 000 bénéficiaires sur une population totale d’environ 5 000 000 d’habitants.

Le rapport spécial de la Cour des Comptes (octobre 2017) concluait que la majorité des projets financés avait produit les résultats attendus, tout en soulignant que le facteur le plus important dans les cas où les objectifs n'étaient pas atteints était la situation sécuritaire dans les régions où les projets étaient mis en œuvre.

 

Parmi les principaux résultats, on compte :

  • Santé : rétablissement des soins de santé primaires pour plus de 40% de la population (4,2 millions de consultations curatives, 217 000 vaccinations d’enfants de moins de 5 ans, 199 000 accouchements assistés)
  • Eau, Hygiène, assainissement : près de 800 points d’eau réhabilités
  • Agriculture familiale : 875 000 bénéficiaires directs des interventions visant à accroître leur production agricole durable, leur accès aux marchés et/ou la sécurité foncière ; plus de 2 000 000 d’animaux vaccinés
  • Entrepreneuriat et emploi : 20 000 bénéficiaires appuyés dans les activités génératrices de revenus (AGR) ; 9 200 personnes vulnérables qui travaillent dans des travaux à haute intensité de main-d'œuvre (THIMO)
  • Egalité des genres : 67 000 femmes soutenues dans leur intégration sociale/économique 
  • Réconciliation : 121 000 participants dans des activités de prévention et de consolidation de la paix

 

Le Fonds Bêkou est-il le seul instrument de l’Union européenne en faveur de la RCA ?

Le Fonds Bêkou n’est qu’un des instruments de l’Union européenne. Sa particularité est de se situer entre l’urgence et le développement en soutenant des actions de résilience (court terme) et de relèvement (moyen terme) en fonction des zones d’intervention.

Les autres instruments mobilisés par l’Union Européenne, dans une optique d’approche intégrée, sont :

  • l’aide humanitaire (à travers ECHO) ;
  • l’aide au développement (à travers le Fonds Européen de Développement – FED et des programmes thématiques de l’Instrument de Coopération au Développement – ICD) ;
  • l’aide à la stabilisation et à la médiation (à travers l’instrument contribuant à la stabilité et à la paix – IcSP) ;
  • les missions militaires et civiles dans le cadre de la Politique de sécurité et de défense commune (EUTM et EUAM RCA)
  • l’action diplomatique et le dialogue politique (au sein des fora européens, onusiens et africains comme auprès de l’Union africaine)

Plus de 900 millions d’euros ont été apportés par l’Union européenne en RCA depuis 2014, tous instruments confondus. Ces financements contribuent aux engagements pris pendant la Conférence de Bruxelles de novembre 2016. À cette occasion, les donateurs s’étaient engagés à verser plus de 2 milliards d’euros afin de contribuer au plan de relèvement et de consolidation de la paix (RCPCA).

Pour plus d’informations :

 

Editorial Sections: