Delegation of the European Union
to the United Nations - New York

12e dialogue UE-Tadjikistan sur les droits de l'homme

Brussels, 11/11/2020 - 16:33, UNIQUE ID: 201111_18
Press releases

Le 11 novembre 2020, l'Union européenne (UE) et la République tadjike ont tenu, par vidéoconférence, la douzième session de leur dialogue annuel sur les droits de l'homme.

Le débat, ouvert et constructif, a porté sur les derniers développements intervenus dans large éventail de questions liées aux droits de l'homme, telles que la participation politique, la liberté d'association, la liberté d'expression et la liberté de religion ou de conviction, la prévention et l'éradication de la torture et des mauvais traitements, ainsi que les droits des femmes. Les participants ont également débattu de projets de coopération bilatérale et de la coopération dans les enceintes multilatérales, en particulier au sein du système des Nations unies.

Le débat s'est articulé autour des défis sans précédent que la pandémie de coronavirus et les mesures restrictives et d'atténuation y afférentes ont fait peser sur les sociétés et les systèmes de gouvernance, ainsi que sur leur conséquences pour les droits de l'homme et les libertés fondamentales. L'UE a salué la ferme volonté de la société civile tadjike de lutter contre la pandémie de coronavirus et a invité les autorités tadjikes à renforcer leur dialogue avec les acteurs indépendants de la société civile et les défenseurs des droits de l'homme.

L'UE s'est félicitée des discussions positives qui ont eu lieu entre le Tadjikistan, des organisations non gouvernementales internationales et l'UE sur la réforme du système pénitentiaire. Les participants ont estimé que le premier forum sur les prisons, qui s'est tenu à Douchanbé à la fin de l'année dernière, constituait une étape importante vers une réforme globale du système carcéral au Tadjikistan. Des préoccupations ont toutefois été exprimées quant à la persistance de la torture dans les centres de détention, et la nécessité a été soulignée de poursuivre les auteurs et de réhabiliter les victimes. L'UE a invité le Tadjikistan à mettre en œuvre les décisions des Nations unies sur des cas particuliers soulevés par le Comité des droits de l'homme et le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire, en particulier celui de l'avocat emprisonné Buzurgmehr Yorov.

En dépit de certains développements positifs, l'UE s'est déclarée préoccupée par le rétrécissement de l'espace dévolu à la société civile au Tadjikistan, notamment pour ce qui a trait à la liberté d'expression et à la liberté d'association. L'UE a appelé le Tadjikistan à garantir un environnement ouvert pour les journalistes indépendants ainsi que leur sécurité, et à mettre un terme dans le même temps à la pratique consistant à bloquer les sites web de médias indépendants.

Une attention particulière a été accordée à la protection des droits et à l'autonomisation des femmes et des filles, ainsi qu'à l'augmentation des risques de violence à caractère sexiste. L'UE a invité les autorités à prendre de nouvelles mesures pour ériger en infraction pénale la violence domestique. La future initiative Spotlight lancée par l'UE et les Nations unies aidera le gouvernement tadjik à éliminer toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles.

La délégation de l'UE était conduite par M. Boris Iarochevitch, chef de la division Asie centrale du Service européen pour l'action extérieure. La délégation du Tadjikistan était conduite par M. Abdujabbor Sattorzoda, chef du service des droits de l'homme au cabinet du président du Tadjikistan. La prochaine session du dialogue UE-Tadjikistan sur les droits de l'homme se tiendra en 2021.