Delegation of the European Union to the
UN and other international organisations in Geneva

HRC 41 - EU Intervention: Interactive Dialogue with the Commission of inquiry on Burundi

Geneva, 02/07/2019 - 17:40, UNIQUE ID: 190702_16
Statements on behalf of the EU

41st Session of the United Nations Human Rights Council Geneva, 24 June – 12 July 2019 EU Intervention: Interactive Dialogue with the Commission of inquiry on Burundi

M. le Président,

L'Union européenne (UE) remercie la Commission d'enquête pour cette présentation et pour son travail rigoureux.

L'UE exprime ses vives préoccupations pour la situation au Burundi et pour l'augmentation des violations des droits de l'homme et des restrictions imposées aux libertés politiques des membres de l’opposition. A l'approche des élections prévues en 2020, une grande partie de ces violations est souvent liée à des tensions politiques et à une volonté du parti au pouvoir de contrôler l'espace politique. L’UE est également très préoccupée par les mesures récentes de suspension de médias et les menaces exprimées par des membres du gouvernement et des autorités régulatrices contre les médias qui ne respecteraient pas une ligne définie par le gouvernement. Ces atteintes à la liberté de la presse ainsi que les mesures de suspension d’ONG sont inacceptables dans un contexte électoral. Le respect de l’ensemble des droits civils et politiques, y compris des droits aux libertés de réunion pacifique, d'association et d'expression est pourtant la précondition nécessaire pour établir un climat de confiance propice à des élections crédibles, inclusives et transparentes en 2020. Il n'est pas trop tard pour atteindre cet objectif.

L'UE continue de s'inquiéter de la persistance d'exécutions arbitraires, de cas de torture, des disparitions forcées et de détentions arbitraires. La violence, y compris la violence sexuelle, à égard des femmes reste répandue dans un contexte d'impunité généralisée.

L'UE exhorte les autorités Burundaises à libérer les défenseurs des droits de l'homme emprisonnés et à œuvrer pour mettre fin à l'impunité et assurer des poursuites judiciaires contre l’ensemble des auteurs des violations des droits de l’Homme.

L'UE maintient qu'un dialogue inclusif entre Burundais, un environnement électoral équitable et transparent, le respect des droits fondamentaux ainsi que l'esprit de l'accord d'Arusha restent des éléments essentiels pour assurer une sortie de crise.

L'UE encourage le Burundi à reprendre sa coopération avec les mécanismes internationaux et régionaux des droits de l'homme, y compris avec la Commission d'enquête. L'Union européenne souligne l'importance d'accorder une attention soutenue par le Conseil et la communauté internationale à la situation des droits de l'homme au Burundi.

Merci Monsieur le Président.

Editorial Sections: