Delegation of the European Union to the
UN and other international organisations in Geneva

HRC 40 - Intervention de l'UE: Dialogue interactif sur la République Démocratique du Congo

Geneva, 19/03/2019 - 15:35, UNIQUE ID: 190319_11
Statements on behalf of the EU

40ème session du Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies Genève, 25 Février – 22 Mars 2019 Intervention de l'UE: Dialogue interactif sur la République Démocratique du Congo

L’Union européenne remercie le Secrétaire Général adjoint, la Représentante Spéciale, la Ministre des Droits humains de la RDC, les membres de l’équipe d’experts sur les Kasaï ainsi que la société civile pour leurs présentations.

L’UE salue le rapport de la Haut-Commissaire et prend note avec préoccupation des violations commises durant le processus électoral, y compris l’usage excessif de la force par les forces de sécurité durant des manifestations, les menaces et les intimidations contre les représentants des partis politiques, les restrictions non-justifiées des droits à la liberté et la sécurité des personnes, à la liberté d’opinion, de réunion pacifique et d’association ainsi que les mesures arbitraires de coupure des moyens de communication. L’UE appelle les autorités à poursuivre l’ensemble des auteurs présumés de ces violations et atteintes, y compris lorsqu’il s’agit d’agents de l’Etat, et à accorder réparation aux victimes.

L’UE regrette les irrégularités durant les élections, notamment le manque de transparence et de respect de la loi électorale. Elle appelle les autorités à en tirer les leçons pour les cycles électoraux en cours et prochain, y compris concernant la publication des résultats et le contentieux électoral, afin de mener à une consolidation de la démocratie  en RDC.  

Malgré ces défis, le peuple congolais a démontré par sa participation pacifique son désir d’alternance et sa volonté de générer une nouvelle dynamique visant au renforcement du respect et de la protection des droits humains. Ces attentes ne doivent pas être déçues. Dans l’attente de la mise en place d’un nouveau gouvernement, l’UE appelle le Président de la République à poursuivre l’ouverture de l’espace politique, notamment en veillant à la libération de l’ensemble des prisonniers d’opinion et à la fin des poursuites judiciaires injustifiées. A cet égard, l’UE salue les premières mesures prises par le Président Tshisekedi et l’encourage à mettre en œuvre ses engagements en la matière. Des mesures importantes en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, y compris dans le contexte de la finalisation du cycle électoral, devraient aussi pouvoir conduire à une consolidation des institutions ainsi qu’à une meilleure appropriation par la population. Une action continue reste également nécessaire pour s’assurer d’une plus grande représentativité des femmes dans les assemblées et de leur participation effective à la vie politique. La lutte contre les violences sexuelles et basées sur genre mérite également de figurer en haut de l’agenda des priorités. L’UE restera aux côtés de la RDC dans la réponse à ces défis en matière des droits humains.

L’UE est profondément choquée par l’ampleur des massacres commis contre les populations civiles à Yumbi en décembre 2018 qui pourraient constituer des crimes contre l’humanité. L’UE appelle à une enquête approfondie afin de faire la lumière sur les faits et de déterminer les responsabilités. L’UE continue par ailleurs de soutenir l’équipe d’experts sur les Kasaï et apprécie le travail accompli dans le suivi des recommandations du précédent rapport.

L’UE salue enfin le travail essentiel effectué par le BCNUDH sur le terrain en matière de documentation des violations et atteintes aux droits humains et d’appui technique aux autorités. Elle insiste sur l’importance qu’en tant que membre de ce Conseil, la RDC collabore pleinement avec les équipes onusiennes, les procédures spéciales et les experts déployés, notamment au Kasaï, afin de permettre l’accès à l’ensemble des sites et des personnes nécessaires à l’exécution de leurs mandats, notamment à l’Est du pays où les besoins restent criants. 

Madame la Ministre,

Pourriez-vous en dire plus sur les mesures prises et envisagées pour investiguer les crimes, les violations et les atteintes graves aux droits humains qui se sont déroulées à Yumbi?

Monsieur Bacre Ndiaye,

Quelles sont vos attentes concernant la mise en œuvre de votre mandat d’ici à juin prochain et sur quelles recommandations comptez-vous focaliser votre attention ?

Je vous remercie.

Tags:
Editorial Sections: