Delegation of the European Union to Ukraine

Journée internationale de la paix: l'action de l’UE en faveur de la reconstruction et de la réconciliation pour instaurer la paix

21/09/2018 - 08:29
Actualités

Fondée sur un projet de paix, l'Union européenne est parvenue à transformer un continent déchiré par la guerre et exposé aux tensions en un acteur mondial de la consolidation de la paix et de la résolution des conflits. L’UE défend la paix dans le monde en s’attaquant aux causes profondes des conflits et contribue ainsi à créer les conditions nécessaires à la reconstruction des sociétés et des populations civiles touchées. La Journée internationale de la paix rappelle que la paix n’est jamais définitivement acquise. Trois projets en Ukraine, aux Philippines et au Niger montrent comment les acteurs locaux, avec l'aide de la communauté internationale, peuvent œuvrer pour la paix.

peace, united nations, eu, ukraine, philippines

Ukraine: guérir les blessures dues au conflit

Le conflit en Ukraine a laissé de profondes séquelles physiques et psychologiques. Si les dommages physiques sont évidents, le traumatisme psychologique est souvent dissimulé et oublié. Pourtant, cet immense traumatisme a des effets durables qui dépassent les réactions individuelles et affectent la dynamique sociétale des groupes concernés.

Afin de rompre le cycle de la violence et de construire un avenir pacifique pour l’Ukraine, l’UE, en association avec International Alert et la Global initiative on Psychiatry, apporte un soutien psychosocial aux enfants. À ce jour, 25 camps d’été axés sur l’éducation à la paix ont permis d’aider plus de 3 000 enfants ukrainiens à mieux surmonter leurs émotions lorsqu’ils rentreront chez eux et à leur donner les moyens de devenir des acteurs actifs de la paix. Le fait de surmonter les traumatismes sociétaux dus à la guerre constitue une étape cruciale pour instaurer la paix à long terme.

«Nous voyons la différence dans leurs yeux», explique Iryna, l’une des dirigeantes bénévoles du camp. «Au début, ils ne vous regardent pas, mais à la fin des deux semaines que dure le camp, ils vous regardent dans les yeux, ils respirent normalement et vous sentez que la tension disparaît.»

 

Philippines: la paix en marche, sans mines ni restes explosifs de guerre

Le chemin vers la paix aux Philippines est rempli de pièges. Le centre et le sud-ouest de l’île de Mindanao ont été le théâtre de cinquante ans de combats entre les groupes rebelles du Front de libération islamique Moro (FLIM) et le gouvernement. La guerre a laissé derrière elle de nombreuses munitions non explosées qui mettent en danger des vies innocentes, notamment celles des civils, des réfugiés et des rapatriés.

international day of peace
Des villageois et des agents de liaison locaux de la FSD installent un panneau avertissant de la présence de munitions non explosées, à Pikit, au nord de Cotabato, après une séance d'information sur les risques des mines et des MNE organisée dans le village.

Depuis 2012, l’UE soutient des actions de détection des mines et des munitions non explosées, ainsi que l’éducation aux risques et le déminage de l’île de Mindanao, afin de préparer les parties au conflit à s'engager ensemble sur le chemin de la paix. L'accord de paix global signé en 2014 entre le FLIM et le gouvernement philippin a marqué un tournant décisif. Sa pleine mise en œuvre nécessite encore de nombreux petits pas de la part de chaque partie concernée.

Avec le soutien de la Fondation suisse de déminage (FSD) France et de la campagne lancée par les Philippines pour interdire les mines terrestres, l’UE réunit les différentes parties au processus de paix à Mindanao. Les activités comprennent la formation d'équipes de paix et de sécurité composées de membres du FLIM et du gouvernement, des séances d'information sur les risques des mines et des munitions non explosées destinées aux communautés locales et le rapprochement des deux parties en vue d'éliminer les MNE dans les zones touchées par les conflits. La création d’un centre d’action antimines à Bangsamoro est également prévue. Ces mesures sont importantes pour accroître la confiance mutuelle des parties au processus de paix.

Niger: la justice locale au service de la réconciliation et du dialogue

Pour la première fois, en juillet 2018, la ville de Diffa, au Niger, a accueilli des procès organisés contre d'anciens membres présumés du groupe Boko Haram, qui se déroulaient auparavant à Niamey, la capitale située à plus de 1 300 km de là. Grâce aux efforts conjoints de la Haute autorité nigérienne à la consolidation de la paix, aux organisations de la société civile et à l'UE, les victimes d’attentats perpétrés par le groupe terroriste Boko Haram dans la région de Diffa peuvent désormais témoigner sur place et voir les auteurs traduits en justice. 

L’instauration d'une justice locale joue un rôle majeur pour renforcer le dialogue et alléger les tensions entre le gouvernement nigérien, les anciens membres de Boko Haram et les citoyens touchés dans l’ensemble du pays. Elle permet également de réhabiliter et de réintégrer d'anciens membres de Boko Haram dans la société nigérienne, ce qui ouvre la voie à la réconciliation, à la paix et à la stabilité dans la région de Diffa.

En dehors de l’Ukraine, des Philippines et du Niger, l’UE œuvre pour la paix et la stabilité dans de nombreuses autres zones de conflits. En savoir plus sur les différentes actions en faveur de la paix dans le monde.

Iraq – Retour à l'école

Leyla est heureuse d’être de retour dans son école à Mossoul, où elle enseigne l’anglais à des élèves du primaire.  «J'aime mon travail!», déclare-t-elle. Leyla a enseigné dans le camp où elle vivait après avoir été déplacée par Daech, mais maintenant que les familles rentrent peu à peu chez elles, elle enseigne de nouveau dans son ancienne école, grâce à l'aide de l'UE. Leyla et ses collègues sont confrontés à une tâche immense. Ils doivent enseigner à des élèves traumatisés par la violence, les pertes et les déplacements, dans une ville qui a vécu pendant près de trois ans sous l’occupation de Daech, où de nombreuses zones sont totalement détruites, mais dans laquelle les personnes déplacées à l’intérieur du pays souhaitent ardemment revenir dès que la sécurité sera assurée et que les services de base seront rétablis.

Après la défaite territoriale de Daech, l’UE souhaite aider les Irakiens à «parvenir à la paix» et à atteindre leurs objectifs de reconstruction du pays, en plaçant les citoyens au cœur du projet. «La reconstruction ne se limite pas à des bâtiments, des routes et des chemins de fer. Nous devons et voulons également aider l’Irak à reconstruire son système éducatif, ses institutions et sa société», a déclaré la haute représentante Federica Mogherini lors de la conférence pour la reconstruction de l’Iraq, en février 2018.

 «Nous voulons que la vie revienne dans les villes et les campagnes irakiennes. Nous voulons répondre aux besoins urgents de la population, afin de jeter une base solide pour la reconstruction», a ajouté Mme Mogherini.

 

Parler avec des professeurs comme Leyla montre à l'évidence que le redémarrage de l’enseignement dans les zones libérées constitue un élément essentiel pour renforcer la cohésion sociale et tourner la page dans un esprit de véritable réconciliation. Pour que plus d'enfants et d'enseignants reprennent le chemin de l'école, il faut qu'un plus grand nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays retournent en toute sécurité dans leurs foyers, avec le sentiment qu’elles peuvent faire confiance aux institutions locales. Il faut également s'occuper des parents d'élèves et de leurs frères et sœurs plus âgés et convaincre les familles pauvres d’envoyer leurs enfants à l’école, plutôt que de les faire travailler. «Chers collègues enseignants, allez voir ces familles, encouragez les parents et efforcez-vous de motiver les enfants pour qu'ils retournent à l’école — et nous réussirons», demande instamment Leyla.

Pour reconstruire les familles, les communautés et l’ensemble du pays, il faut créer de nouvelles possibilités d’emploi grâce à des modes de subsistance durables et développer des compétences au moyen de la formation professionnelle. C’est pourquoi l’UE veille à former les jeunes afin de leur donner les connaissances et les compétences dont ils auront besoin pour occuper des emplois, et notamment des emplois qui n’existent pas encore. Grâce à des programmes financés par l’UE, les enseignants travaillant dans le centre et le sud de l’Irak sont formés pour transmettre de nouvelles connaissances aux jeunes générations et leur donner les aptitudes nécessaires au futur marché de l’emploi. Étant donné l'importance stratégique de cette tâche, l’UE maintiendra son aide à long terme, en mettant particulièrement l’accent sur les femmes et les jeunes.

 

Contexte

Depuis sa création par l’Assemblée générale des Nations unies, en 1981, la Journée internationale de la paix est célébrée dans le monde tous les 21 septembre. En 2001, l’Assemblée a voté pour en faire une journée de non-violence et de cessez-le-feu et renforcer les idéaux de paix, parmi et entre les nations et les peuples. Le thème de l'édition 2018 de la Journée internationale de la paix: «Le droit à la paix: 70 ans après la Déclaration universelle des droits de l’homme», célèbre le 70e anniversaire de cet événement majeur de l'histoire des droits de l’homme.

Géré par le service des instruments de politique étrangère (FPI) de la Commission européenne, l'instrument contribuant à la stabilité et à la paix apporte une assistance à court et moyen terme dans le domaine de la prévention des conflits, de la réponse aux crises et de la consolidation de la paix dans le monde. On compte actuellement quelque 200 projets dans plus de 75 pays. Ils sont mis en œuvre par des organisations non gouvernementales, les Nations unies et d’autres organisations internationales, des agences des États membres de l’UE, ainsi que des organisations régionales et sous-régionales.