Delegation of the European Union to Uganda

Équipe Europe toza elongo ! (On est ensemble !) : pour le Mois de l'Europe 2021, célébrons ensemble l'Esprit d'Equipe

10/05/2021 - 09:52
News stories

Il y a un peu plus d’un an, l’Europe comme le reste du monde subissait de plein fouet la pandémie de Covid-19 et ses effroyables conséquences. Pour la contrer, nous avons décidé d’agir ensemble, au sein de nos frontières comme à l’extérieur. C’est dans ce contexte que l’approche "Équipe Europe" (Team Europe) est née. À l’occasion de la célébration de la Journée de l’Europe le 9 mai, nous, Ambassadeurs de l’Union européenne et des États membres présents en République du Congo, réarmons notre engagement aux côtés du Congo dans la marche vers le développement et l’amélioration de la gouvernance publique.

 

Une réponse mondiale ciblée et coordonnée de l’Union européenne, un élan de solidarité sans précédent

Pour soutenir les efforts de nos partenaires face à la Covid-19, la Commission européenne a lancé le 8 avril 2020 un plan stratégique inédit grâce aux ressources combinées de l'Union, de ses États membres ainsi que des institutions financières européennes (en particulier la Banque Européenne d'Investissement et la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement). L’Équipe Europe, concrétisation de la réponse européenne à la pandémie, a permis de mobiliser au total plus de 40 milliards d’euros.

En tant qu’Équipe Europe, nous avons uni nos forces et pris toutes nos responsabilités pour soutenir ceux qui en avaient le plus besoin dans plus de 130 pays :

  • en apportant de l’aide humanitaire ;
  • en renforçant les systèmes de santé, d’eau, d’assainissement et de nutrition ;
  • en soutenant la reprise socio-économique.

 

L'Équipe Europe aux côtés du Congo dans sa riposte à la pandémie

En appui au plan de riposte du Gouvernement, l’élan de solidarité de l’Équipe Europe s’est matérialisé à travers :

  • Des aides d’urgence pour répondre aux besoins immédiats et à la détresse des populations (distribution de masques, aide alimentaire, fourniture en équipements, etc).
  • Des appuis au secteur de la santé dont 1,7 milliard de FCFA octroyés à la Croix-Rouge Française et Congolaise par la Commission européenne et l’Agence Française de Développement (AFD) afin de limiter la propagation des épidémies tout en favorisant l’accès des populations aux soins de santé primaires.
  • Le financement par la France d’opérations de prévention et de sensibilisation ainsi que des dotations de matériel de santé, pour un montant total d’1,4 milliard de FCFA. L‘action française a ainsi contribué à renforcer de manière significative les capacités du Congo à limiter les effets de la crise sanitaire.
  • Dans le cadre du projet Appui au Programme Frontières de la CEEAC, cofinancé par l’Union européenne et l’Allemagne à plus de 8,6 milliards de FCFA, des adaptations ont été apportées afin de répondre aux nouveaux défis, notamment le risque de propagation incontrôlée de la Covid-19 lors du franchissement illégal des frontières.
  • Une subvention de l’Allemagne à la Fondation Congolaise pour la Recherche Médicale (FCRM) est prévue dans les tous prochains jours.

 

Au-delà de l'urgence sanitaire, des actions pour atténuer l’impact économique de l’épidémie

L'Équipe Europe a poursuivi l’accompagnement du Congo dans la lutte contre la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des populations.

À ce titre, une subvention d’environ 1 milliard de FCFA, accordée par l’Union européenne au Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies pour le Congo (PAM), a permis de renforcer les chaînes de valeur des produits agricoles, notamment la filière manioc, et ainsi sécuriser les approvisionnements alimentaires en milieu rural et urbain.

La France a également appuyé le PAM-Congo avec un don de 197 millions de FCFA qui lui permet de soutenir ses actions en faveur des populations frappées par les inondations dans le Nord du pays en septembre 2020. 14.000 personnes bénéficient ainsi d’une aide alimentaire quotidienne.

L'Allemagne, elle, offrira un appui supplémentaire aux activités du PAM dans les zones frontalières ainsi que dans les régions affectées par les inondations ; 9,8 milliards de FCFA par an en 2021 et 2022.

Sur le plan économique et financier, la France a également témoigné de toute sa solidarité à l’égard du Congo en menant des initiatives visant à soutenir la relance économique. Aussi, depuis décembre 2020, au Congo comme dans de nombreux autres pays, l’État français a suspendu le service de la dette congolaise à l’égard de la France. Les ressources libérées, désormais octroyées aux financements des dépenses visant à atténuer l’impact sanitaire, économique et social de la Covid-19, permettent d’améliorer les conditions de vie des plus vulnérables.

Toutes ces actions de solidarité mobilisées en faveur de la République du Congo sont intervenues en synergie et en complémentarité avec les différentes initiatives déjà existantes, tous secteurs d’intervention confondus et en partenariat avec les autorités congolaises.

 

Un appui à la fois circonstanciel et structurel sur le long terme, qui se poursuit et se renforce.

Parce que la santé est un bien public mondial, la réponse à la pandémie de covid-19 doit être globale, massive et solidaire ; et l’accès aux vaccins équitable, universel et transparent. C’est pourquoi, l’Équipe Europe s’est engagée, dès mars 2020, à garantir l’accès à des vaccins sûrs, accessibles et abordables à 92 pays à revenus moyens et faibles, grâce à la facilité Covax initiée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Dans un monde globalisé et interconnecté, aucun pays, même le plus fort, ne pourra seul vaincre la pandémie. Ne pas agir collectivement, sur tous les continents, c’est prendre le risque que le virus nous échappe et revienne encore plus violemment. La clef de sortie de cette pandémie réside fondamentalement dans le recours au multilatéralisme, c’est-à-dire l’action commune et concertée de tous les États concernés. C’est le sens du message que nous portons.

Au-delà de l’exigence de solidarité, ne pas agir rapidement et massivement pourrait engendrer des conséquences encore plus graves pour les économies et les sociétés africaines, parfois déjà fragilisées. Sans une répartition mondiale équitable du vaccin, nous ne pourrons pas mettre un terme à la propagation du virus, ni atténuer les impacts sociétaux de cette crise sur les cinq continents.

Nous nous réjouissons donc que la République du Congo bénéficie de ce mécanisme de solidarité Covax dans les prochaines semaines, en complément de ceux déjà existants.

 

Quelles leçons tirons-nous de cette crise ?

La pandémie est encore loin d’être terminée. Si nous commençons à mieux connaître la maladie, nous devons anticiper ses conséquences, dont on ignore encore l'ampleur et qui s’inscriront probablement dans la durée.

1. La première leçon est celle de notre forte interdépendance au niveau mondial. Loin de provoquer un repli sur soi, cette mise en évidence du monde comme un tout doit nous pousser à toujours plus de coopération, de collaboration, de partenariat dans une approche multilatérale, car seule l’action commune et concertée des États permettra de relever les grands défis de ce siècle
2. La deuxième leçon est que le continent africain a, dans sa grande majorité, résisté de façon remarquable à la pandémie. Les raisons sont multiples et pourraient faire l’objet de recherches approfondies mais saluons ici les efforts de résilience de nos partenaires et amis du continent africain. 

3. La troisième leçon est, qu'aujourd’hui encore plus qu’hier, une réponse plus forte et plus visible s’impose pour répondre à des défis toujours plus globaux et toujours plus complexes.

 

Au Congo, l’Équipe Europe - à Brazzaville (UE, Allemagne, Belgique, France et Italie) comme à Kinshasa (Espagne, Grèce, Italie, Pays-Bas, Portugal et Suède) - est pleinement investie aux côtés des organisations internationales dans le cadre du Forum des Partenaires au Développement, lancé le 15 avril dernier. L'objectif est de joindre nos efforts et d'assurer une meilleure coordination, rationalisation et complémentarité de l’aide au développement, alignée sur les priorités et les besoins du pays.

 

Alors, que souhaitons-nous pour l'avenir à travers l’approche Équipe Europe ?

  • Construire l'unité européenne sur la scène mondiale et envoyer un message fort de solidarité aux pays partenaires ;
  • Renforcer les partenariats internationaux au développement et faire avancer le multilatéralisme ;
  • Renforcer la coordination et la cohérence de nos actions, afin d’assurer un impact durable à nos décisions
  • Promouvoir une identité européenne collective.

Nous travaillions déjà, avant la pandémie, à une programmation conjointe entre la Commission européenne et les États membres. La pandémie a eu pour effet positif de donner un coup d’accélérateur à ce projet pour l'exercice de programmation de la coopération extérieure de l'UE pour la période 2021-2027.

 

Nos priorités pour le cycle de coopération UE-Congo 2021-2027

Nous avons déjà retenu une initiative Équipe Europe pour les Forêts avec pour objectif de soutenir la gestion durable des ressources forestières et la promotion d’une économie forestière durable et créatrice d’emplois. Ce domaine s’inscrit dans le cadre plus large des 3 priorités de ce nouveau cycle de coopération :

  1. Gouvernance économique et transition vers une économie verte et diversifiée ;
  2. Gestion durable des ressources naturelles, préservation de l'environnement et lutte contre le changement climatique ;
  3. Démocratie et gouvernance participative.

Il faut penser et construire "l'après-Covid" et "l’après-pétrole" dès aujourd'hui, notamment en accompagnant la diversification de l’économie congolaise, et en appuyant les efforts menés par le Congo en ce sens.

En République du Congo comme dans le reste du monde, nous, Équipe Europe, continuerons à accompagner nos partenaires pour construire un monde plus démocratique, plus respectueux de l’environnement, plus inclusif pour tous, et plus prospère./.

 

Raul Mateus Paula, Ambassadeur de l’Union européenne -  François Barateau, Ambassadeur de France - Stefano de Leo, Ambassadeur d’Italie, Jean-Paul Charlier, Chargé d’affaires en pied de la Belgique - Jonas Wiesenecker, Chargé d’affaires d’Allemagne

Télécharchez la tribune conjointe au format PDF : PDF icon tribune_presse.pdf

Rubriques éditoriales: