Délégation de l'Union européenne auprès de la République Togolaise

L'Union européenne appuie l'amélioration des conditions de vie et de détention dans les prisons du Togo

20/04/2018 - 17:29
News stories

Le ministre de la justice a procédé le 19 avril en présence de l'Ambassadeur, Cheffe de Délégation de l'Union européenne au Togo, au lancement des projets visant à l'amélioration des conditions de vie des détenus dans les treize prisons du Togo. La cérémonie s'est tenue à la prison civile de Lomé en présence des magistrats, des responsables de l'administration pénitentiaire et des différents partenaires.

Comme dans de nombreux pays dans le monde, le milieu carcéral au Togo n'échappe pas au problème de surpeuplement qui impacte négativement les conditions de vie des détenus. A titre illustratif, en début de 2018 plus de 5000 détenus sont répartis dans les 13 prisons du pays qui ont été conçues pour  une capacité totale d’accueil d’environ 2440.

Les projets lancés visent donc à améliorer l'environnement des prisons du Togo. Ceci par l’assainissement des prisons ; l’amélioration de la situation médicale et alimentaire des détenus ; et la réinsertion sociale et économique des détenus. 

Pour Cristina Martins Barreira, Cheffe de la Délégation de l'Union européenne au Togo, il n y a pas de recette magique pour améliorer la situation des détenus. " C'est la combinaison des mesures à prendre, des actions à engager qui vont au-delà des établissements pénitenciers qui peuvent améliorer les conditions de détention", a-t-elle indiqué.

Composante du Programme d'Appui au Secteur de la Justice (PASJ) dont la convention de financement entre l’UE et le gouvernement de la République togolaise a été signée le 26 octobre 2015, ce projet vient accompagner le processus de réforme de la justice en cours dans le pays. Doté d'une enveloppe de 5.2md FCFA (8M euros) pour une durée opérationnelle de 36 mois, ce programme s’est assigné trois principaux résultats que sont : le renforcement du cadre de pilotage de la justice ; l'amélioration de l'accès des citoyens à la justice et la lutte contre la corruption et l'enrichissement illicite.

Ce projet qui touche toutes les prisons du Togo est subdivisé en trois zones d'intervention, zone 1 la prison civile de Lomé, zone 2 les prisons civiles d'Aného, de Vogan, de Tsévié, d'Atakpamé, de Notsé et de Kpalimé, enfin la zone 3 les prisons civiles de Mango, de Dapaong, de Kara, de Kanté, de Bassar et de Sokodé.

Après sélection suite à un appel à proposition, deux consortium ont été retenue pour la mise en eouvre de ce projet. Le projet "Quartier avenir" sera mis en œuvre par le consortium Handicap international, ANASAP, Village renaissance et couvrira la zone 1. Le reste a été attribué au consortium DAHW, COPAPTO et CONGAT/ICB dans le cadre du projet intitulé : "Projet d’amélioration durable et intégrée des conditions de vie des détenus au Togo (PADIC-VIED)".

Le coût global de cette opération s’élève à 579 041 909 F CFA  et co-financé par l'Union européenne à hauteur de 434 281 107 FCFA.

Dans son discours de lancement du projet, le ministre de la Justice et des Relations avec les Institutions de la République a rappelé les efforts consentis ces dernières années par le gouvernement avec l'appui de ses partenaires pour améliorer les centres de détention dans le pays. Il a remercié l'UE pour son appui et souhaité que les différents projets lancés apportent de véritables changements positifs dans le quotidien des détenus.

Rubriques éditoriales: