Délégation de l'Union européenne au Royaume du Maroc

PAGC: déclaration du haut représentant de l'UE, Josep Borrell, en tant que coordinateur de la commission conjointe, à l'occasion du cinquième anniversaire de l'accord avec l'Iran

Bruxelles, 14/07/2020 - 08:55, 14/07/2020 - 08:55, UNIQUE ID: 200714_10
Statements by the HR/VP

Aujourd'hui, en ce cinquième anniversaire du plan d'action global commun (PAGC), il est plus important que jamais de préserver cet accord. Conclu le 14 juillet 2015, le PAGC a ensuite été approuvé à l'unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies (résolution 2231). Il constitue une réalisation multilatérale historique de l'architecture mondiale de non‑prolifération nucléaire et contribue à la sécurité régionale et mondiale.

Le PAGC demeure le seul instrument qui donne à la communauté internationale les assurances nécessaires concernant le programme nucléaire iranien. Il consiste en une série d'engagements pris par l'Iran dans le domaine du nucléaire en échange d'une levée des sanctions par la communauté internationale en vue de la normalisation des relations économiques et commerciales avec ce pays. L'accord prévoit également une surveillance et une vérification sans précédent menées par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), dont je salue le professionnalisme, la technicité et l'impartialité constants du travail. L'application intégrale du PAGC par toutes les parties reste essentielle.

Il est regrettable qu'en mai 2018, les États-Unis aient décidé de se retirer de ce plan d'action et n'aient participé à aucune réunion ou activité depuis lors. Les parties restantes au PAGC continuent d'œuvrer collectivement pour faire face, dans le cadre de l'accord, aux préoccupations actuelles concernant sa mise en œuvre en matière nucléaire, ainsi qu'aux incidences plus larges du retrait des États-Unis du PAGC et du rétablissement des sanctions par ce pays.

En tant que coordinateur de la commission conjointe du plan d'action global commun, je suis résolu à faire tout ce qui est en mon pouvoir, avec l'ensemble des parties restantes au PAGC et la communauté internationale, pour préserver cet accord. Nous ne saurions partir du principe que l'avenir donnera à la communauté internationale une nouvelle occasion d'aborder la question du programme nucléaire iranien d'une manière aussi complète.

Languages: