Délégation de l'Union européenne au Royaume du Maroc

Programme d'appui au secteur de la santé : Un partenariat en pleine santé

20/05/2020 - 11:34
Public Health and Social Protection

La santé est au cœur de toutes nos préoccupations. Pouvoir bénéficier d’un système de soins efficace équitable, et de qualité est un droit reconnu dans la constitution marocaine. C’est la raison pour laquelle le Royaume du Maroc et l’Union européenne s’attachent à entretenir une coopération étroite et sur le long terme qui vise à améliorer sans cesse la performance du système de santé marocain.

Affiche accès au soins de santé dans un centre santé au Maroc

Un partenariat en pleine santé !

L’appui de l’UE au secteur santé

 

La santé est au cœur de toutes nos préoccupations. Pouvoir bénéficier d’un système de soins efficace équitable, et de qualité est un droit reconnu dans la constitution marocaine. C’est la raison pour laquelle le Royaume du Maroc et l’UE s’attachent à entretenir une coopération étroite et sur le long terme[1] qui vise à améliorer sans cesse la performance du système de santé marocain. Ainsi, notre coopération couvre aussi bien l’offre que le financement des soins, selon deux priorités :

  • L’amélioration de l’état de santé de la population marocaine
  • L’amélioration durable des conditions d’accès à des services de santé de base de qualité aux populations pauvres et vulnérables à travers une extension de la couverture médicale de base.

 

Pourquoi l’UE s’investit-elle dans le secteur de la Santé ?  Car la santé a une dimension universelle, il s’agit d’un bien commun essentiel. En d’autres termes, l’amélioration du système de santé permet à tous de mieux vivre. Garantir l'accès universel aux soins de santé, c'est avant tout respecter la dignité humaine de toute personne. Les maladies, les virus et épidémies ne connaissent pas de frontières, et seule une action globale et bien coordonnée permettra d’endiguer ces fléaux mondiaux.

 

Système de santé : de nombreux résultats concrets ont déjà été atteints

 

La coopération Maroc-UE dans le secteur de la santé est riche d’une histoire commune de plusieurs dizaines d’années au cours desquelles d’importants résultats ont été atteints par le Maroc : la progression de l’espérance de vie (passée de 71 années en 2004 à 76 années en 2017 selon le HCP), la baisse de la charge des maladies transmissibles, l’accès à l’hôpital public a été amélioré comme en témoigne l’amélioration de la fréquence hospitalière. Le ratio de la mortalité maternelle a enregistré une réduction de 35 % entre 2010 et 2016, passant de 112 à 73 pour 100 000 naissances vivantes.

 

Parmi les succès à mettre au compte des efforts entrepris par le Ministère de la Santé, on compte aussi l'inversion de la courbe du VIH, la diminution de 10% de la mortalité par maladies transmissibles, l'augmentation de 40% des diabétiques pris en charge, la prise en charge des hypertendus sur la période 2016-2020 a été multipliée par trois, + 50% de prise en charge des hémodialysés, une amélioration significative de la prise en charge et du suivi des personnes atteintes de cancer, les premières greffes du cœur et de foie, une augmentation de 30 à 39% du nombre de médicaments génériques disponibles, et enfin une diminution du prix des médicaments pour les titulaires du Régime d'Assurance Médicale.

 

Mais de nombreux défis en matière de santé demeurent, et le partenariat Maroc UE s’approfondit pour y répondre.  Ces défis pourraient se résumer ainsi :

 

  • L’amélioration constante de la qualité des soins constitue l’enjeu essentiel de la coopération Maroc-UE

 

Trouver le meilleur moyen d’améliorer la qualité des soins est l’un des enjeux clé de la coopération Maroc-UE. Qui ne s’est pas trouvé face à une situation dans laquelle le système de soins n’a pas apporté de réponse satisfaisante ? Organisation des systèmes de santé, barrières multiples, délais d’attente trop longs pour obtenir un rendez-vous, incompréhension du parcours de soins, …. Pour y répondre, la coopération Maroc-UE permet d’identifier conjointement toutes les réformes possibles, en faisant intervenir les plus grands spécialistes mondiaux en matière de santé (le 1er séminaire sur l’hôpital du futur organisé en janvier [MK(1] 2019 en est l’exemple) et en s’inspirant des meilleures pratiques au niveau mondial.

 

Ainsi, ce partenariat intègre une ambition commune de porter, à terme, à 4 le nombre de consultations prénatales des futures mamans en milieu rural. En effet, le renforcement des soins prénatals revêt une importance capitale pour le dépistage et la prévention des pathologies liées à la grossesse et à l’accouchement. C’est une mesure-témoin de l’amélioration progressive de la qualité du système.

 

La qualité des soins est également d’apporter des solutions appropriées pour toutes les situations dans le respect de la dignité humaine. Par exemple, le partenariat Maroc-UE ambitionne d’accompagner au plus près les femmes et enfants victimes de violences.  Et c’est en renforçant la qualité de cette prise en charge que les victimes seront incitées à avoir recours à l’hôpital pour chercher de l’aide.

 

Pour que l’amélioration de la qualité du système de santé soit perceptible, des réformes importantes doivent être menées à terme. Par exemple, celle de la continuité des services de santé qui est l’une des étapes les plus importantes. Il s’agira de permettre aux établissements de santé primaires de mettre en place les systèmes de garde et d’astreinte pour ouvrir en permanence, autorisant ainsi un référencement efficace, et pour désengorger les urgences des hôpitaux. Par ailleurs, un mécanisme de certification de la qualité des soins de tous les centres hospitaliers régionaux sera mis en place pour permettre de mesurer le chemin à parcourir en matière de qualité de soins.

 

  • La bataille contre le COVID : lutte contre la pandémie et préservation de l’accès aux soins pour les autres traitements

 

La crise sanitaire du COVID est une crise majeure qui touche l’intégralité du système de santé. Tous les acteurs sont mobilisés, à tous les niveaux, pour y répondre. Achats de respirateurs, construction d’hôpitaux de campagne, subventionnement de masques, circuits dédiés de traitements de patients : d’importantes réorganisations et des moyens multiples ont été décidés. L’UE soutient les efforts de l’ensemble des personnels soignants mobilisés dans cette bataille, mais également le personnel non soignant indispensable au fonctionnement du système de santé.

 

La contribution de l’UE à cette bataille est dans un premier temps financière. En apportant d’importantes ressources sous forme de dons, l’UE permet le financement des actions sans déstabiliser les équilibres budgétaires du pays. Rien que pour le système de santé, 800 millions de Dirhams sont déployés à court terme en 2020.

Cependant, la crise du COVID ne doit pas occulter les autres activités du système de santé, celles traitant des maladies chroniques et non transmissibles. En effet, si aujourd’hui les attentions sont portées sur les conséquences sanitaires du COVID, il reste essentiel de maintenir les soins pour tous ceux qui en ont besoin au quotidien.

 

Dans un deuxième temps, lorsque la bataille contre cette pandémie mondiale sera gagnée et que le temps des bilans sera venu, la coopération Maroc-UE contribuera à renforcer les mécanismes de résilience du système de santé. Le plan de riposte en cas d’épidémie n’en sera que plus performant. Cela passera notamment par des partages d’expériences, de l’expertise technique de haut niveau, ou encore des équipements spécifiques pour continuer d’accompagner la régionalisation des services de santé et d’apporter l’expertise européenne au service d’une gestion optimum des hôpitaux nationaux, provinciaux et des centres de soins de santé primaires.

 

  • Libérer le potentiel des ressources humaines de la santé

 

Le système de soins du Maroc repose sur des femmes et des hommes de grande valeur, dévoués à leur tâche. Médecins, chirurgiens, anesthésistes, spécialistes, généralistes, infirmiers, brancardiers, aides-soignantes, aides ménagères, buandiers, sages-femmes, ambulanciers, pharmaciens, préparateurs, personnels administratifs …. tous concourent à ce que le système soit opérationnel et fonctionnel au quotidien afin qu’il puisse absorber le flux continu et grandissant de patients marocains.

 

Pour tous les professionnels, l’apprentissage est quotidien. L’enrichissement vient des échanges et des expériences des autres. Il en est de même pour les acteurs du système de santé, et c’est là un thème fort de la coopération Maroc EU : renforcer le potentiel de chacun, par le biais de formations généralistes ou plus spécifiques, par l’intervention de grands spécialistes, par des visites en Europe pour les personnels soignants, et par le soutien à la planification et à l’organisation du système.

 

Libérer le potentiel des ressources humaines, c’est aussi permettre leur gestion au plus près des besoins ; c’est permettre une distribution territoriale des compétences plus équitable pour que chaque citoyen puisse en bénéficier. Il s’agira ici de permettre aux acteurs régionaux du système de mieux suivre leurs ressources humaines, en conformité avec la charte nationale de déconcentration administrative.

 

  • Santé 2.0 : bienvenue dans le nouveau monde connecté

 

Le basculement dans l’ère numérique a des implications concrètes dans le domaine de la santé. Aujourd’hui, le système d’information de la santé est encore trop fragmenté et seuls les Centres Hospitaliers Universitaires sont à ce jour outillés. La chaine de référencement est encore appuyée par des fiches écrites à la main, avec le risque d’erreurs que cela comporte.

 

La mise en place d’un système d’information unique et moderne est indispensable pour faire évoluer le modèle de santé. L’UE, avec les partenaires techniques du Maroc, pourra accompagner la consolidation de toutes les composantes liées au déploiement d’une telle solution : paramétrage informatique, connexion des systèmes, formation des acteurs, migration des données, sécurisation des informations. En se basant sur une expérience de haut standing, la coopération Maroc-UE sera à la hauteur pour construire un système d’information sanitaire sûr et efficace, prompt à répondre à tous les défis sanitaires en matière de gestion épidémique et plus généralement en terme de gestion du système hospitalier dans son ensemble (ressources humaines, facturation, gestion des médicaments etc.).

 

Par ailleurs, la mise en place d’un véritable système d’information, performant, stable, et déployé dans tous les centres de santé du Maroc, sera déterminant pour accélérer l’expansion de l’autre volet de la santé, celui de la prévention.

 

Comment se déroule le partenariat MAROC-UE dans le secteur santé ?

 

Le partenariat Maroc-UE est organisé autour de deux modalités : l’aide budgétaire et les contrats d’accompagnement. L’aide budgétaire consiste à transférer des ressources au trésor du Maroc, sur la base d’un contrat de performance établi à l’avance. Chaque année, ensemble, l’UE évalue avec ses partenaires les avancées et résultats atteints, et procède au paiement en fonction du niveau de réalisation. L’évaluation est une phase importante des programmes de l’UE, elle permet d’identifier les faiblesses éventuelles et de trouver des solutions adaptées. Le financement budgétaire est un atout considérable car il assure la durabilité de ce partenariat.

 

Les contrats d’accompagnement permettent de mobiliser des expertises spécifiques, techniques, stratégiques nécessaires pour les actions à conduire. Grace à ces contrats, il est à même de tester, d’innover, de développer de nouvelles approches pour améliorer sans cesse la qualité des services fournis. Il s’agit également d’évaluer les actions, pour tirer les leçons et garder mémoire.

 

  • Factsheet Maroc-UE : secteur Santé

 

Période de l’action

2020 – 2023

L’appui  européen au secteur de la santé a débuté en 2007

Instrument  utilisé

Appui budgétaire 90%

Expertise technique 6,4%

Équipements 3%

Autres (évaluation – audit) 0,6%

Partenaires de mise en œuvre

Ministère de la Santé

Ministère de l’Economie et des Finances

Directions Régionales de la Santé – CHR - ESSP

complémentarités

Programme UE protection sociale

Programme UE / BEI de rénovation d’hôpitaux

 

Montant annuels prévus

Programmes précédents

PASS II

Régions pilotes

Tanger-Tétouan - Al Hoceima ; Oriental ; Rabat- Salé – Kenitra ; Casablanca – Settat ; Souss – Massa ; Marrakech – Safi ; Beni Mellal – Khénifra ; Fés – Meknes ; Draa – Tafilat. 

 

 

 

 

 

 

[1] La coopération Maroc UE dans le secteur santé est active depuis plus de vingt ans.


 

 

Languages:
Équipes éditoriales: