Delegation of the European Union to Morocco

Tranche de vie au Maroc : du Nigeria à la pâtisserie

21/03/2018 - 18:23
News

Kebe est une jeune femme nigériane qui suit une formation en pâtisserie du Centre Angad à Oujda: "Ici j'apprends un métier. J'apporte au groupe les connaissances culinaires propres à mon pays et j'apprends, en échange, la pâtisserie à la marocaine".

Tamkine Migrants est une initiative cofinancée par l'Union Européenne dans le cadre du Programme d'appui au Partenariat pour la Mobilité entre l'Europe et le Maroc. L'objectif principal de cette subvention est "d'Améliorer la prise en charge des femmes migrantes en situation de vulnérabilité au Maroc".

Le Maroc n'est pas simplement une étape de plus dans le parcours vers l'Europe pour les migrants subsahariens: Plusieurs de ces migrants décident de rester sur le territoire marocain pour établir un projet de vie dans ce pays. C'est pour cela que l'intégration des femmes migrantes figure parmi les résultats escomptés par le projet Tamkine.

De par sa localisation, Oujda, ville située au nord-est du Maroc, près de la frontière avec l'Algérie, est une étape obligatoire dans le parcours migratoire vers l'Europe.  C'est là que se trouve le Centre de Formation par l'Apprentissage Angad, un bâtiment de 2 étages situé en banlieue de la ville.

Dans l'une des salles lumineuses (une cuisine parfaitement équipée) du centre Angad, les élèves suivent un cursus théorique de la formation professionnelle. Des pâtisseries de la ville d'Oujda les accueillent ensuite pour des stages pratiques .

La classe est constituée d'une vingtaine de jeunes femmes et d'hommes du Maroc,  du Mali et du Nigeria, dont Kebe: "Notre façon de travailler en groupe constitue une vraie représentation humaine d'intégration et de tolérance. Nous coopérons tous pour finir à temps notre pâtisserie, indépendamment de notre sexe, notre provenance ou notre religion".

Après une dure journée de travail, le groupe montre, fier, son travail à leurs professeurs (des Chefs professionnels) mais aussi aux responsables du projet Tamkine qui sont venus jusqu'au centre Angad pour superviser le déroulement de la formation.

Sophie Bosseloir, Coordinatrice du projet Tamkine, nous donne plus de détails: "L'enseignement de la formation est complétement gratuite pour tous, indépendamment de leur nationalité. Cependant, les élèves sont parfois demandés de contribuer en amenant aux cours une partie des ingrédients nécessaires pour  l'élaboration des gâteaux".

En ce qui concerne la durée, Madame Bosseloir nous explique que "la formation a une durée de 12 mois, après lesquels un diplôme est octroyé à  tous ceux qui la suivent  de façon satisfaisante". Ce diplôme peut être la clé pour les femmes migrantes qui désirent de s'installer définitivement au Maroc: Le brevet  peut aider à ces femmes à  démontrer qu'elles ont effectivement résidé au Maroc pendant une période durable, ce qui constitue une exigence pour demander la résidence dans le pays.

"Je ne sais pas encore où je souhaite m’établir dans le futur …" déclare Kebe: "quelque soient les difficultés de mon parcours, ces connaissances en pâtisserie acquises cette année à Oujda constituent un atout pour réussir mon futur... que ce soit ici ou ailleurs".

 

Editorial Sections:

Author