Délégation de l'Union européenne au Royaume du Maroc

Rôle de l’assistant(e) social(e) et judiciaire pour une meilleure protection des enfants en contact avec la loi

Marrakech , 07/12/2016 - 17:29, UNIQUE ID: 161207_11
Press releases

Le Ministère de la justice et des libertés organise du 7 au 9 décembre 2016 à l’hôtel Kenzi Farah Marrakech , en coopération avec l’Unicef et dans le cadre du programme « Himaya » qui est financé par l’Union européenne, une conférence nationale sur « le rôle de l’assistant(e) social(e) et judiciaire pour une meilleure protection des enfants en contact avec la loi ».

Cette conférence verra la participation d’une pléiade d’experts internationaux spécialisés dans le domaine de la protection de l’enfant et de l’action sociale.

Prendront part également à cette conférence plus de 120 assistants sociaux œuvrant aussi bien dans le secteur de la justice et des libertés que dans les autres secteurs connexes comme la santé, la Sûreté nationale, la Gendarmerie royale, l’Entraide nationale, en plus de la société civile.

De manière générale, cette conférence a pour objectif d’échanger les expériences et les meilleures pratiques en la matière, développer les moyens qui rendent efficace l’action de l’assistant(e)  social(e)  et judiciaire et améliorer la qualité de leur rôle pour assurer aux enfants un meilleur accès au système judiciaire.

De manière plus spécifique, la conférence vise à :

  • Mettre en exergue les normes qui définissent le rôle de l’assistant(e)  social(e)  et judiciaire dans les procédures pénales et civiles relatives à la protection, la prise en charge, le suivi et l’intégration de l’enfant ;
  • Evaluer le rôle de l’assistant(e) social(e)  et judiciaire et mesurer son efficacité et son efficience dans le système de justice des enfants ;
  • Mettre en évidence la relation étroite entre l’action sociale et l’action judiciaire et leur rapport avec les autres secteurs concernés par la protection de l’enfant, notamment en ce qui concerne la gestion des affaires de l’enfant en contact avec la loi ;
  • Examiner les meilleurs moyens pour renforcer la communication et la coordination avec les autres acteurs sociaux comme les délégués à la liberté surveillée et les assistants relevant d’autres secteurs comme la santé, la Sûreté nationale, la Gendarmerie, l’Entraide nationale et les associations, pour assurer une meilleure protection des enfants en contact avec la loi ;
  • Prendre connaissance de certaines expériences internationales efficaces dans le domaine de l’assistance sociale de l’enfant ;

 

  • Echanger les expériences nationales en la matière afin de développer le rôle de l’assistant(e) social(e)  et judicaire.

 

***********************

A propos du projet Himaya

Himaya pour un meilleur accès des enfants à la justice

 

Mené sur une période de 3 ans, Himaya est un projet de coopération qui a pour objectif général de participer à l'amélioration de l'accès des enfants à une justice reperceuse de leurs droits.

De manière plus spécifique, il contribue au renforcement des capacités des acteurs de la justice et au développement des ressources nécessaires pour garantir le respect de l'intérêt supérieur de l'enfant dans les procédures judiciaires aussi bien pénales que civiles et la bonne application de la loi pénale et  civile.

Le projet Himaya participe à améliorer la prise en charge des enfants en contact avec la loi dont plus de 20'000 enfants en conflit avec la loi par an, plus de 7'000 enfants victimes de violence, plus de 2'000 enfants dans les processus de la kafala, plus de 1'000 enfants dans les centres de protection de l'enfance et une moyenne de 100'000 enfants concernes par une procédure civile.

 

Mené sur 36 mois, sur la période 2016-2019, le projet assurera une couverture nationale avec des interventions pilotes au niveau de 5 circonscriptions judiciaires à Agadir, Casablanca, Fès, Marrakech et Tanger.

Le ministère de la justice et des libertés est le chef de file de ce projet dont la mise en œuvre  est coordonnée par l'UNICEF avec un cofinancement de l'Union européenne.

Pour réussir cette initiative, une étroite collaboration sera assurée avec des partenaires clés, notamment:

  • L'institut Supérieur de la Magistrature
  • Le ministère de la Jeunesse et des Sports
  • La Direction Générale de la Sûreté Nationale
  • La Gendarmerie Royale
  • La Délégation Générale de l'Administration Pénitentiaire et la Réinsertion des Détenus
  • La Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus
  • Le Ministère de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement Social
  • Le Conseil National des Droits de l'Homme

 

Languages:
Équipes éditoriales: