Délégation de l'Union européenne en Mauritanie

Nous devons lutter ensemble contre le terrorisme islamiste

03/11/2020 - 23:10
From the blog

03/11/20 - Blog du HR/VP - Rien ne peut jamais justifier des assassinats atroces tels que ceux qui ont eu lieu récemment en France et en Autriche. L'UE est unie et nous appelons tous nos partenaires dans le monde à travailler en étroite collaboration avec nous pour lutter contre le terrorisme, les discours de haine et la désinformation.

"Nous appelons tous nos partenaires dans le monde à travailler en étroite collaboration avec nous pour lutter contre le terrorisme, les discours de haine et la désinformation."

Jeudi dernier, les membres du Conseil européen ont exprimé leur solidarité avec la France et ont condamné les attentats terroristes odieux qui ont endeuillé le peuple français. Les membres du Conseil européen auraient fait de même aujourd'hui pour l'Autriche et le peuple autrichien après les attentats survenus hier à Vienne. Les dirigeants européens ont également invité les dirigeants du monde entier à œuvrer au dialogue et à la compréhension entre les communautés et les religions, plutôt qu'à la division. Les dirigeants du monde entier doivent unir leurs forces pour condamner sans ambiguïté toute violence commise au nom de quelque religion que ce soit. Nous devons être animés d'un sentiment de responsabilité partagée pour lutter contre la haine et le terrorisme.

L'UE luttera contre cette menace en faisant preuve d'unité et de détermination

Les attentats terroristes perpétrés récemment visaient les fondements de nos sociétés laïques et démocratiques. La vague de terrorisme à laquelle nous sommes aujourd'hui confrontés est loin de représenter la première fois que des terroristes cherchent à détruire nos sociétés. Comme nous l'avons fait par le passé, nous continuerons à lutter contre cette menace, en défendant nos valeurs fondamentales, dans l'unité et avec détermination. Rien ne saurait jamais justifier un meurtre, quelle que soit la gravité de l'offense que l'on peut ressentir ou quel que soit le désaccord que l'on peut avoir avec les opinions d'autrui. La liberté d'expression constitue une pierre angulaire des valeurs de l'UE et, j'ose l'affirmer, un apport essentiel à l'édification d'un monde meilleur. Nous devons la protéger et la défendre, tout en rejetant bien sûr les discours de haine.

Nous devons identifier avec précision le type de terrorisme auquel nous sommes confrontés. Nous le qualifions généralement de terrorisme islamiste, parce que les auteurs et les partisans de ces actes de terrorisme prétendent les commettre au nom de l'islam. Mais nous devons éviter d'assimiler ce terrorisme à l'islam. Il serait tout aussi inexact d'associer le terrorisme de l'ETA, heureusement vaincu en Espagne, à l'ensemble du peuple basque et de parler de "terrorisme basque". Bien au contraire, ce terrorisme ne renvoie qu'à l'extrémisme de quelques personnes à la recherche de fausses raisons dans l'une des grandes religions du monde pour justifier leur folie.

 

"L'UE respecte toutes les religions. Elle protège la liberté de chacun de croire et de pratiquer une religion, ou de choisir de s'en abstenir, et elle continuera à le faire."

 

Par le passé, l'Europe a énormément souffert de différentes formes d'extrémisme violent et nous avons connu des guerres de religion pendant des siècles. Aujourd'hui, l'UE respecte toutes les religions. Elle protège la liberté de chacun de croire et de pratiquer une religion, ou de choisir de s'en abstenir, et elle continuera à le faire. Nous, comme la plupart des habitants du monde musulman, refusons catégoriquement d'être entraînés dans une logique de "choc des civilisations" entre islam et "Occident". Cela nous ramènerait précisément à des périodes sombres de notre histoire, au lieu de nous permettre de tirer parti des leçons du passé et de surmonter des divisions très dangereuses.

Les politiques identitaires engendrent des antagonismes

Nous vivons dans un monde où la politique identitaire crée souvent des antagonismes entre groupes et communautés, y compris au sein du monde islamique même. Nous constatons également que les réseaux sociaux jouent un rôle important dans l'exacerbation de ces tensions. La vague terroriste à laquelle nous sommes actuellement confrontés en Europe est à l'évidence étroitement liée à la propagation de la désinformation et de discours de haine en ligne. C'est, en fait, ce qui a conduit à l'assassinat de l'enseignant français Samuel Paty.

 

"Nous devons trouver des moyens de remédier au fait que l'internet peut être un outil puissant utilisé à des fins de radicalisation et de recrutement, tout en respectant dans le même temps l'ouverture qui le caractérise."

 

Les attentats perpétrés récemment ne semblent pas être l'œuvre de réseaux terroristes très organisés, comme cela a été le cas par le passé. La lutte internationale contre Al-Qaida ou Daech a sans nul doute fait des progrès importants. La vague terroriste actuelle est davantage le fait d'actes commis par des individus qui se sont radicalisés sur les réseaux sociaux. C'est pourquoi nous devons trouver des moyens de remédier au fait que l'internet peut être un outil puissant utilisé à des fins de radicalisation et de recrutement, tout en respectant dans le même temps l'ouverture qui le caractérise. Nous devons en outre lutter contre ceux qui pratiquent la manipulation de l'extérieur, en particulier sur les réseaux sociaux, afin d'induire en erreur ou diviser nos sociétés. Nous savons à quel point il est difficile de lutter contre la désinformation lorsqu'on est engagé dans ce combat.

Fausses informations et discours de haine

Récemment, un bon nombre de fausses informations et de discours de haine ont également été diffusés dans le monde entier sur la situation des musulmans en Europe. Dans certains pays, nous avons assisté à des campagnes de manipulation sur les réseaux sociaux, en particulier contre la France et ses dirigeants, appelant à un boycott des produits français. Certains dirigeants politiques, notamment en Turquie, y ont apporté leur soutien. Certains groupes politiques, en Malaisie par exemple, ont même appelé à la violence et au meurtre de citoyens français, ou ont déclaré comprendre de tels actes.

 

"Il ne s'agit pas d'un conflit entre l'islam et d'autres croyances. Il s'agit d'un conflit entre civilisation et barbarie, entre le respect de la vie et le terrorisme nihiliste."

 

De tels discours sont inacceptables. Ils ne feront qu'exacerber encore la violence et la haine, en Europe et dans le monde. Soyons très clairs: il ne s'agit pas d'un conflit entre l'islam, une foi que partage des millions de citoyens européens, et d'autres croyances. Il ne s'agit pas d'un "choc des civilisations", mais d'un conflit entre civilisation et barbarie, entre le respect de la vie et le terrorisme nihiliste.

Nous devons faire un effort pédagogique pour expliquer les conditions liées à notre modèle social et la place de la religion en son sein. Toutefois, face à ce défi mortel, nous ne pouvons réussir seuls. Nous devons travailler en étroite collaboration avec nos partenaires de toutes confessions, ou sans confession, dans le monde entier.

Coopérer avec nos partenaires à travers le monde

Nous travaillons d'ores et déjà avec nos partenaires dans le monde entier pour lutter contre ces réseaux terroristes et leurs partisans, mais il ne fait aucun doute que nous devons intensifier cette coopération contre les discours de haine et la manipulation en ligne qui alimentent le terrorisme.

Nous avons besoin que tous les dirigeants adoptent une position ferme. Et ce, partout. À cet égard, je remercie les gouvernements, les dirigeants politiques et religieux, en particulier dans les sociétés islamiques, qui se sont exprimés en condamnant ces attentats terroristes meurtriers et en prenant parti pour une coexistence pacifique.