Délégation de l'Union européenne en Mauritanie

Koudy Abdoul Diallo, 23 ans: "J’ai eu la chance d’avoir été recrutée récemment avec quinze autres anciens stagiaires"

11/03/2019 - 12:05
Voices and views

Après ma formation en maçonnerie-terre, j’ai été parmi ceux qui ont été retenus pour construire l’école de Dar-Salam, dans les environs de Kaédi. Cette expérience m’a permis de mettre en pratique les connaissances théoriques qui nous ont été dispensées pendant trois mois. J’ai surtout prouvé que la maçonnerie n’est pas simplement une affaire d’hommes et que les femmes peuvent bien s’en sortir, parfois mieux que les hommes.

C’est le lieu ici de remercier l'UE et le BIT, à travers le PECOBAT, pour cette formation qui était inconnue parmi les branches enseignées au Centre de formation de Kaédi. J’ai eu la chance d’avoir été recrutée récemment avec quinze autres anciens stagiaires pour travailler dans un nouveau chantier du PECOBAT à MBagne, dans la région du Brakna, cette fois comme maçon professionnel. Ma satisfaction est d’autant plus grande que je dispose désormais d’un métier, qui me permettra de trouver un emploi sur le marché du travail, d’autant qu’il existe beaucoup d’entreprises du BTP dans les régions environnantes.

Le seul problème, c’est que les entreprises doivent lever leur appréhension par rapport au recrutement des femmes dans un secteur considéré jusque-là comme réservé aux hommes. C’est l’un des aspects positifs de la vision qu’a eu le PECOBAT, en ouvrant des métiers comme la maçonnerie aux femmes».

Rubriques éditoriales: