Délégation de l'Union européenne en Mauritanie

Sécurite et developpement en Mauritanie : Le RSUE-Sahel Angel Losada sur le terrain, au plus pres de la population

23/02/2018 - 12:12
News stories

Le Représentant spécial de l’Union européenne au Sahel (RSUE-Sahel), Angel Losada, s’est rendu en visite à Nouakchott (Mauritanie) auprès de son excellence Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République, du 13 au 16 février 2018, dans la perspective de la Réunion internationale de haut niveau dédiée à la force du G5 Sahel, prévue le 23 février à Bruxelles (Belgique).

 

Comme l’a en effet rappelé Angel Losada, « la Mauritanie joue un rôle moteur dans le G5 Sahel ».

 

Angel Losada, Représentant spécial de l’UE pour le Sahel, avec le Président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz.

 

Au cours de cette visite, il s’est ainsi entretenu avec le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, Isselkou Ould Ahmed Izid Bih, le ministre de la Défense Nationale, Diallo Mamadou Bathia, le Chef d’Etat-major général des Armées, le Général de division Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed et le nouveau Secrétaire permanent du G5 Sahel, Maman Sidikou.

 

Ce fut également l’occasion pour le RSUE-Sahel de rencontrer une délégation de jeunes mauritaniens représentant la Voix du Sahel.

 

                               

Angel Losada, Représentant spécial de l’UE pour le Sahel, entouré de jeunes mauritaniens de la Voix du Sahel.

 

A l’issue de ces entretiens, Angel Losada s’est rendu sur le terrain, au plus près de la population de la 7e région de Mauritanie du Hodh Ech Chargui, afin d’en constater les besoins et d’en recueillir les attentes à l’égard de la force conjointe, alors que l’Union européenne a inscrit le caractère indissociable entre les enjeux de sécurité et de développement dans sa Stratégie pour le Sahel, adoptée en 2011.

 

Dans ce pays, cette stratégie est déclinée dans un Projet d’appui à la sécurité et au développement, financé par le Xe Fond européen de développement (FED), piloté par les autorités mauritaniennes et coordonné par la Délégation de l’Union européenne en Mauritanie en lien avec les forces armées et de sécurité nationales. Ce projet, qui vise à améliorer la présence de l’Etat dans les zones enclavées situées à la frontière malienne et à renforcer les capacités des forces mauritaniennes, constitue le fer de lance de cette approche politique globale de l’Union européenne.

 

C’est successivement à bord de deux aéronefs affrétés par l’armée de l’Air mauritanienne que le RSUE-Sahel a pris le départ depuis Nouakchott, accompagné par le Chef de Délégation de l’Union européenne en Mauritanie, Giacomo Durazzo, pour rejoindre Néma (chef-lieu de la région), puis Bou Dhib, zone de poser aéronautique sommaire aménagée dans les années 1920. Cela, après le survol et l’observation de la localité de Nbeiket Laouach, où sera implanté le bataillon mauritanien du fuseau ouest de la force conjointe du G5 Sahel.

 

De g. à d. : Colonel Abba Babty El Haj Ahmed, chef du bureau Opérations de l’Etat major Général des Armées, Lieutenant-colonel El Khalil Abderrahmane, commandant le Groupement nomade de la Garde nationale, Colonel Taleb Ould Taleb, point focal des forces armées pour le Projet, Colonel Dah Ould Sidi Mohamed Al Agheb, commandant la 5e région militaire, et François-Xavier Pons, chef de mission de l’assistance technique du Projet d’appui à la sécurité et au développement en Mauritanie.

 

Durant les deux journées des 14 et 15 février, il a été accueilli par plusieurs hauts responsables des forces armées et de sécurité mauritaniennes. Soit, le Général de brigade Mohamed Ould Baba Ahmed, chef d’Etat-major adjoint de la Garde nationale, le Colonel Dah Ould Sidi Mohamed El Agheb, commandant la 5e région militaire, le Colonel Abba Babty El Haj Ahmed, chef du bureau Opérations de l’Etat-Major Général des Armées, le Colonel Taleb Ould Taleb, point focal de l’armée pour le projet Sécurité et Développement, le Colonel Yacoub Ould Beyat, chef du bureau chef du bureau Ressources humaines de l’Etat-major de la Garde Nationale, le Lieutenant-colonel El Khalil Abderrahmane, commandant le Groupement Nomade.

 

C’est escorté par des éléments détachés du peloton d’intervention de la Garde nationale et une section de l’armée de Terre, qu’Angel Losada est ensuite allé à la rencontre des dignitaires locaux et des habitants d’Ouâd Chebbi, d’Oujaf, de Vrekiké, de Tagourâret, de Bamouéré, d’Ouâd Initi, de Guelb El Jmêl, de Bir Nsâra et de Oualata, ces localités constituant - avec celles situées à l’est de la Wilaya du Tagant (Tichitt, Akhreijit, Touijinit) - le cœur de cible des projets de développement au profit de la population de cette zone frontalière du Mali.

 

Le RSUE-Sahel s’est attaché à vivre leur quotidien, sous la tente traditionnelle et dans un environnement naturel à fort potentiel socio-économique, qui fut d’ailleurs notamment le décor de la récente production cinématographique Timbuktu d’Adderahmane Sissako.


 


De g. à d. : le Général de brigade Mohamed Ould Baba Ahmed, chef d’Etat-major adjoint de la Garde nationale, Angel Losada, Représentant spécial de l’UE pour le Sahel, et Giacomo Durazzo, Chef de Délégation de l’UE en Mauritanie, avec des méharistes de la Garde nationale.


 

De ses échanges directs avec la population, le RSUE-Sahel a déclaré retenir « l’imbrication entre les enjeux d’accès à l’eau, à l’éducation et à des structures sanitaires dans cette zone frontalière du Mali, alors que les déficiences d’accès à ces services de base provoquent un déplacement de la population ».

 

« Le Projet d’appui à la sécurité et au développement en Mauritanie constitue dans ce contexte un outil stratégique, qui participera en outre à accompagner le déploiement de la Force conjointe du G5 Sahel dans cette région et pourra se révéler un modèle pour les autres pays du Sahel », a-t-il poursuivi.

 

Ce projet va ainsi se charger de mettre en œuvre diverses infrastructures et activités multidimensionnelles, dans l’objectif de renforcer la présence de l’Etat dans ces zones enclavées. Egalement de promouvoir de façon intégrée, à la fois la sécurité et l’accès de la population aux services de l’Etat dans les domaines de l’eau, de l‘éducation, de la santé, et l’appui économique au secteur agropastoral.

 

Concrètement, parmi les activités qui doivent prochainement aboutir, plusieurs travaux de forage seront réalisés avant la période de soudure (à Akhreijit, Touijinit, Makhrougât, Ouad Chebbi, Tagourâret, Ouad Initi, Tarhalêt, Bir Nsara, et Nbeiket Laouach), tant au profit des forces armées et de sécurité que de la population.

 

L’accueil de la population dans l’ensemble des locaiités (ici, à Ouâd Chebbi) et les échanges avec celle-ci, en présence des dignitaires locaux (dont Mohamed Hourma Ould Mohamed Ghali Ould Ahmed Ghassem, Hakem de Oualata, Sidi Ould Cheikh, député de Oualata, et Mohamed Ould Teyah, Maire de Tichitt), se sont déroulés dans un climat des plus chaleureux.

 

Des investissements importants dans le domaine des équipements de développement sont aussi programmés, sur les sites précédemment cités, mais aussi à Bamouéré, Guellb el Jmêl et dans l’ensemble de la zone (Wilaya du Tagant, à l’est de Tichitt, et Wilaya du Hodh Chargui, entre Aratâne et Nbeiket Laouach). Un hôpital mobile financé par le projet et opéré conjointe par le Service de santé des armées et des forces de sécurité, effectuera sous peu une campagne d’aide médicale au profit des populations dans la région.

 

Parmi les actions les plus importantes qui seront menées par le projet, en collaboration étroite avec l’Etat-major de la Garde nationale, le Fonds européen de développement financera la ré-articulation des missions et des moyens du Groupement nomade, avec pour centre de gravité la ville ancienne et historique de Oualata, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Le Groupement nomade pourra à terme renforcer la résilience des populations dans un contexte climatique difficile, et favoriser l’implantation du bataillon mauritanien de la force conjointe du G5 Sahel à Nbeiket Laouach.

 

Méhariste du Groupement nomade de la Garde nationale mauritanienne, à Oualata.

 

Car, selon le constat fait par Angel Losada, « le déploiement d'unités méharistes est particulièrement bien adapté pour marquer la présence de l’Etat et faire le lien avec la population de ces zones quasi désertiques, où la captation de l'eau constitue l'enjeu majeur », saluant dans le même temps « l’excellence du travail réalisé par l'armée mauritanienne en matière de lutte antiterroriste, notamment grâce à des moyens d'observation aérienne [de type ISR], qui ne demandent qu'à être renforcés ». Un domaine clef d’ailleurs identifié par le RSUE-Sahel, lors de ce déplacement.

 

Linda Verhaeghe

 

 

Rubriques éditoriales: