Délégation de l’Union européenne en République du Mali

Le Mali et L'UE

Face à une situation politique et sécuritaire instable depuis plusieurs années, l’Union Européenne (l'UE) soutient le Gouvernement en vue d’une sortie de crise et accompagne le Mali sur la voie d’un développement durable.

Les stratégies actuelles de coopération de l'UE au titre du Fonds européen de développement (FED) avec le Mali portent essentiellement sur la gouvernance politique et économique, le renforcement des capacités institutionnelles et l'intégration régionale.

Dans le domaine politique la collaboration englobe :

  • Un soutien politique aux pourparlers de paix et de réconciliation au Mali et à la modernisation de l’État;
  • Une prise en compte des dynamiques régionales affectant le Mali, notamment sur les questions de sécurité.

L’action diplomatique

L’UE s’est impliquée concrètement sur la scène politique malienne en 2013, notamment par sa participation à la signature des Accords de Ouagadougou (18 juin 2013) qui ont permis un cessez-le-feu dans le Nord du pays et l’organisation d’élections générales. Dans ce contexte, l’UE a déployé une Mission d’Observation pour les élections présidentielles de 2013, un appui au processus électoral financé à hauteur de 17 millions d’euros. Elle a co-organisé avec la France la Conférence des donateurs du 15 mai 2013 qui a permis de  mobiliser 3,25 milliards d'euros, dont 523 millions promis par l'UE en faveur du Mali. L'Union européenne appuie la mise en œuvre de l'Accord de paix au Mali signé en 2015 et est membre de la médiation internationale dans le cadre du suivi de l'Accord.

L’action sécuritaire

L’engagement de l’UE dans le domaine de la sécurité au Mali date de l’adoption de la stratégie pour la Sécurité et le développement dans le Sahel (2011).

Cet engagement s’articule autour de plusieurs interventions :

  • La Mission de l’EUTM Mali (European Training Mission). Établi en février 2013, le mandat de cette mission s’effectue dans le cadre de la politique défense et de sécurité commune (PSDC). Le Conseil a décidé de le prolonger d’un troisième mandat jusqu’en mai 2018;
  • Depuis janvier 2015, une mission similaire (EUCAP Mali) opère au bénéfice de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale.  Le programme européen Contre-Terrorisme Sahel (CT Sahel – 2011-2014) financé par l’UE à travers son Instrument Contribuant à la Stabilité et à la Paix (ICSP) a permis l’organisation de quelque 42 formations pour la sécurité intérieure. L’engagement de l’UE dans ce domaine se poursuivra avec la Mission EUCAP Sahel Mali et à travers d’autres instruments et programmes qui devront être définis en concertation avec les autorités maliennes.

Les relations de l’Union européenne avec le continent africain sont basées sur le respect mutuel et la solidarité. Elles visent, par le dialogue et un partenariat multiforme, à améliorer le bien-être des populations, en se basant sur la bonne gouvernance et l’État de droit, et sur l’optimisation des effets du commerce et de l'investissement comme moyens de réduire la pauvreté et de favoriser le développement économique et social (conclusions du quatrième sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement UE-Afrique, 2-3 avril 2014, Bruxelles).

La vision de l’Union européenne pour ses relations avec l’Afrique a été développée par la chef de la diplomatie européenne, Mme Mogherini, devant l’Union africaine, à Addis Abeba, à l’automne 2015.

Le partenariat entre l’Union européenne et l’Afrique s’appuie sur deux instruments majeurs : l’Accord de Cotonou qui régit les conditions de la coopération au développement entre l’Union européenne et les pays dits ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et une approche continentale dénommée « Stratégie conjointe UE-Afrique » (JAES). Le partenariat UE-Afrique préconise une approche innovante et ambitieuse dans tous les domaines d’intérêt commun, sur le principe de l’égalité politique entre partenaires, mais tenant compte des différences structurelles et de niveau de développement qui justifient des solutions adaptées dans certains cas.

S'agissant du commerce et des investissements, l'Accord de Partenariat Economique (APE) conclu entre les régions d'Afrique et l'UE est un partenariat stable, sécurisé et prédictible, à long terme, qui vise à soutenir les pays dans leurs objectifs d'intégration dans l'économie mondiale, ainsi qu'à promouvoir un développement inclusif et soutenable. L'APE aidera les entreprises d'Afrique à importer des intrants de qualité à moindre coût, à acquérir de nouvelles technologies, à attirer des investissements et à mieux exporter grâce à une meilleure compétitivité, ainsi qu'à accéder au marché européen sans droit de douanes ni quota.

L'APE aidera les consommateurs africains en améliorant le choix des produits, tout en diminuant les prix. Pour tirer profit de ces avantages, l'UE travaille de commun accord avec les pays d'Afrique, pour occasionner une bonne connaissance de l'Accord, ainsi qu'un accompagnement par des réformes et mesures qui améliorent la gouvernance économique au niveau national et régional.

Le bureau du service de l’UE à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) a été rouvert à Bamako en 2012, afin de mieux répondre aux besoins humanitaires résultants de la crise au Mali depuis l'éclatement du conflit armé au Nord.

Face à la situation de conflit dans le Nord du Mail, ECHO apporte une aide conséquente aux personnes en situation d’insécurité alimentaire extrême et aux victimes de violence restées dans ces régions.

ECHO a également mobilisé son service aérien, ECHO flight, afin de faciliter l'accès aux programmes humanitaires et aux populations dans le Nord.

Réfugiés et déplacés

Près de 350 000 Maliens vivent déplacés à l'intérieur même du pays et dans les pays limitrophes. La plupart des réfugiés dépendent entièrement de l'aide pour leurs besoins essentiels tels que la nourriture, la santé, l'eau et la protection qui sont en partie couverts par ECHO.

Insécurité alimentaire et nutritionnelle

Dans l'ensemble du Sahel et au Mali, l'insécurité alimentaire et nutritionnelle est récurrente et donne lieu à une urgence quasi permanente dans certaines zones. ECHO a participé au niveau régional à une meilleure prise de conscience de la malnutrition en finançant des programmes de prise en charge nutritionnelle, d'accès aux soins, d'accès à l'eau potable et de sécurité alimentaire.

Voyez également à ce propos le Projet résilience 2016 mené par un consortium d’ONG dans les régions de Tombouctou et Gao. 

La coopération au développement reste au cœur de la collaboration entre l’UE et le Mali. Elle représente un outil essentiel pour rétablir la paix et l'unité du pays.

Dans le cadre  du Programme indicatif national 2014 - 2020 au titre du11ième FED, l’UE a prévu d’octroyer au Mali une enveloppe de M €615 couvrant la période 2014-2020. Ce soutien se focalise sur la Réforme de l’État et la Consolidation de l'Etat de Droit, le Développement rural et la Sécurité alimentaire, l’Education, les Transports routiers ainsi que d’autres projets prévus dans les  régions du nord du Mali. Ces priorités pour le développement font suite au Plan de Relance Durable du Mali 2013-2014 (PRD), présenté par le gouvernement malien lors de la Conférence internationale des Donateurs pour le Développement du Mail, organisée à Bruxelles en 2013.

Exemples d'interventions dans la région de Tombouctou

L'UE continue d'accorder une attention particulière aux régions du nord, comme en témoignent ses interventions dans la région de Tombouctou.

  • Des travaux de construction de 565 km de route entre Bamako et Tombouctou ont débuté en 2010 et repris en 2014 suite aux problèmes sécuritaires dans la région. Il est prévu qu’en 2016, le Mali dispose d’une liaison entièrement bitumée.
  • La production d’eau potable a été renforcée dans les grandes villes du Nord;
  • L’UE finance également la reconstruction des mausolées de Tombouctou, détruits lors de l’occupation djihadiste, ainsi que la sauvegarde des manuscrits anciens. 
Languages:
Rubriques éditoriales: