Delegation of the European Union to Malaysia

L'UE reste aux côtés du peuple biélorusse

22/12/2020 - 19:00
From the blog

22/12/2020 – Blog du HR/VP – Cinq mois après l'élection présidentielle truquée du 9 août, l'Union européenne continue de se tenir aux côtés du peuple biélorusse. Mercredi dernier, j'ai rencontré Svetlana Tikhanovskaya, ancienne candidate à la présidence et dirigeante de la Biélorussie démocratique. Au cours de sa visite, elle a reçu le célèbre prix Sakharov.

"L'UE continuera aussi longtemps que nécessaire à soutenir la lutte courageuse du peuple biélorusse pour défendre son droit d'élire son président par des élections libres et équitables."

 

Depuis le mois d'août, j'ai été profondément impressionné, semaine après semaine, par la persévérance du peuple biélorusse et par la lutte courageuse qu'il mène pour le respect des droits fondamentaux et en faveur d'élections libres et régulières en Biélorussie. Un courage et une détermination auxquels le régime a réagi avec brutalité et au mépris de la loi.

Depuis l'élection présidentielle truquée, plus de 31 000 personnes ont été arrêtées pour des rassemblements pacifiques, dont 370 journalistes. Des centaines de prisonniers politiques et plus de 900 personnes font l'objet d'affaires pénales. La délégation de l'UE à Minsk a demandé à plusieurs reprises aux autorités de pouvoir rencontrer les prisonniers politiques, afin de vérifier les informations faisant état de conditions carcérales déplorables et d'un traitement inhumain des détenus. Jusqu'à présent, cela a été refusé.

Un prix Sakharov qui intervient à point nommé

La semaine dernière, Svetlana Tikhanovskaya était à Bruxelles avec d'autres représentants de l'opposition pour recevoir le prix Sakharov décerné par le Parlement européen à "l'opposition démocratique en Biélorussie représentée par le Conseil de coordination, une initiative de femmes courageuses et d'autres personnalités politiques et de la société civile"Svetlana Tikhanovskaya est devenue le symbole de l'espoir d'une Biélorussie démocratique, et l'attribution de ce prix intervient sans aucun doute à un moment très opportun.

 

 

"L'UE est prête à soutenir tout effort de médiation crédible, en particulier dans le cadre de l'OSCE."

 

Depuis le mois d'août, la Biélorussie figure au premier rang des préoccupations de l'UE et nous sommes unis dans notre soutien aux droits démocratiques du peuple biélorusse. Un véritable dialogue national inclusif, la fin de la violence et la libération de tous les prisonniers politiques sont la seule voie à suivre pour parvenir à une solution pacifique à la crise actuelle. L'UE est prête à soutenir tout effort de médiation crédible, en particulier dans le cadre de l'OSCE. Jusqu'à présent, Minsk n'a pas accepté l'offre de la présidence de l'OSCE, qui a proposé de se rendre dans le pays. Toutefois, nous continuerons à plaider en faveur de la mise en œuvre intégrale des recommandations figurant dans le rapport établi au titre du mécanisme de Moscou de l'OSCE (lien externe).

 

"À l'heure actuelle, l'UE a imposé des sanctions à l'encontre de 88 individus, dont Alexandre Loukachenko, et de sept entités responsables des violences et de la falsification des résultats de l'élection."

 

Pour contribuer à la recherche d'une solution pacifique, l'Union a dû recourir à des mesures restrictives. Un troisième train de sanctions comportant 36 inscriptions sur la liste a été adopté la semaine dernière. À l'heure actuelle, l'UE a imposé des sanctions à l'encontre de 88 individus, dont Alexandre Loukachenko, et de sept entités responsables des violences , des arrestations injustifiées et de la falsification des résultats de l'élection.

Dans le droit fil de notre approche progressive, les États membres de l'UE se sont déclarés prêts et disposés à travailler à de nouvelles inscriptions sur la liste en janvier, si nécessaire. L'UE et les États membres continueront également d'aborder la question des violations des droits de l'homme au sein des instances internationales des Nations unies, de l'OSCE et du Conseil de l'Europe. Entretemps, des procureurs lituaniens ont ouvert une enquête préliminaire sur une affaire pénale relative à des crimes contre l'humanité au titre de la compétence universelle.

Les relations entre l'UE et la Biélorussie revues à la baisse

Nous avons également procédé à un examen complet des relations entre l'UE et la Biélorussie. À la suite de celui-ci, , nous avons réduit nos contacts politiques et nos dialogues sectoriels avec les autorités biélorusses et avons suspendu ou cessé notre soutien financier aux autorités centrales.

Enfin, l'UE a décidé d'accroître son soutien financier à la population biélorusse. Le 11 décembre, la Commission européenne a approuvé une enveloppe de 30 millions d'euros: celle-ci comprend une aide en faveur de la société civile et des médias indépendants (8 millions d'euros), de la mobilité des jeunes et des bourses (8 millions d'euros), un soutien aux PME (10 millions d'euros) et un soutien à la santé (4 millions d'euros), y compris une aide liée à la pandémie de COVID-19. Cela s'ajoute au soutien immédiat en faveur des victimes de la répression et de la violence de l'État (2,7 millions d'euros) et en faveur des médias indépendants (1 million d'euros).

 

"L'UE continuera, aussi longtemps que nécessaire, à soutenir le peuple biélorusse pour défendre son droit fondamental d'élire son président au moyen d'élections libres et régulières."

 

L'UE continuera, aussi longtemps que nécessaire, à soutenir le peuple biélorusse pour défendre son droit fondamental d'élire son président au moyen d'élections libres et régulières. Elle est également prête à intensifier considérablement son action et à soutenir une Biélorussie démocratique par une aide financière et une coopération sectorielle accrues.

À cette fin, il faut toutefois que certaines conditions essentielles soient réunies: le respect des principes de la démocratie, de l'état de droit et des droits de l'homme, ainsi que l'arrêt de toute répression à l'encontre des personnes engagées dans le mouvement en faveur de la démocratie, des médias indépendants et de la société civile. J'espère, et nous y travaillerons, que ces conditions pourront être remplies en 2021.

 

Plus d'articles du blog du haut représentant de l'UE Josep Borrell

Rubriques éditoriales: