Delegation of the European Union to the Republic of Madagascar and the Union of the Comoros

Message de l'Ambassadeur de l'Union européenne à Madagascar, Antonio Sánchez-Benedito, à l'occasion de la Semaine européenne de la diplomatie climatique

Antananarivo, Madagascar, 28/06/2017 - 16:40, UNIQUE ID: 170628_11
Local Statements

Madagascar et l'Union européenne – Maintenons ensemble l'élan positif de l'Accord de Paris afin de protéger notre planète pour les futures générations

L'Accord de Paris sur le changement climatique a constitué une avancée majeure du multilatéralisme, dont l'Union européenne et Madagascar peuvent être fiers. Les progrès accomplis concernant sa ratification sont extraordinaires. L'Accord de Paris est entré en vigueur le 4 novembre de l'année dernière et 147 pays, ainsi que l'UE,  l'ont déjà ratifié.

Dans un communiqué commun du 1er juin 2017, l'UE et l'Union africaine ont réaffirmé leur ferme résolution en faveur de la mise en œuvre intégrale de l'Accord de Paris et ont invité tous les partenaires à maintenir la dynamique créée en 2015. Dans la perspective de la COP23, qui se tiendra au mois de novembre, elles se sont engagées à collaborer pour parachever le programme de travail relatif à l'Accord de Paris. Changement climatique et énergies renouvelables figureront aussi à l'ordre du jour du prochain sommet Afrique-UE organisé à Abidjan les 29 et 30 novembre.

Il faut tout mettre en œuvre pour traduire nos paroles en actes afin que la vision d'un avenir à faible taux d'émission et résilient face au changement climatique puisse réellement se concrétiser. C'est pourquoi, en marge de la Conférence de Paris en décembre 2015, l'UE et plusieurs de ses Etats membres ont signé avec la République de Madagascar une déclaration conjointe sur une coopération renforcée dans le domaine de l'énergie durable. Pour arriver à la transformation sociale et économique dont le monde a tant besoin, il est essentiel que les objectifs de réduction des émissions et les plans et stratégies d'adaptation annoncés par les pays soient traduits dès à présent en politiques et en mesures concrètes et applicables dans tous les secteurs de l'économie.

L'UE et ses Etats membres sont déterminés à jouer pleinement leur rôle dans la mise en œuvre  de l'Accord de Paris, sur leur territoire et au niveau international. L'Europe fournit un soutien financier important en faveur de l'action pour le climat dans ses pays partenaires. Pour la seule année 2015, le montant de cette aide s'est élevé à 17,6 milliards d'euros.

A Madagascar, au cours des dix dernières années l'UE, à travers la facilité énergie, a financé une dizaine de projets d'électrification rurale pour un total de 30 millions d'euros, tous reposant sur des énergies renouvelables (hydro-électricité, photovoltaïque et éolienne). Cette initiative venait en soutien de la stratégie nationale de l'électrification rurale durable et des objectifs ambitieux de la Nouvelle Politique de l'Energie (NPE) dont la formulation a été appuyée par l'Union européenne. Cette politique se fixe comme objectif de raccorder 70% des ménages à Madagascar à un service public d'électricité reposant à 70% sur une production d'origine renouvelable.

Sur le territoire européen, nous sommes déterminés à achever le paquet législatif et réglementaire nécessaire pour respecter l'engagement de l'Union lié à l'Accord de Paris, qui est de réduire les émissions d'au moins 40% d'ici 2030. Nos mesures législatives touchent tous les secteurs de l'économie et nous élevons au rang des priorités l'efficacité énergétique ainsi que l'essor des énergies renouvelables dans l'ensemble de l'Union. Nos émissions ont chuté de 22% depuis 1990. Nous investissons dans le renforcement de la résilience de nos sociétés : d’après notre expérience, par exemple, chaque euro investi dans la protection contre les inondations peut se traduire par six euros d'économies en dégâts évités. L'investissement dans la résilience face au changement climatique réduit les risques actuels et futurs.

L'UE a plus de vingt ans d'expérience dans l'élaboration et la mise en œuvre de politiques climatiques ambitieuses. Nous sommes prêts à partager nos expériences et les leçons que nous en avons tirées. Nous nous sommes engagés à soutenir Madagascar et d'autres pays vulnérables aux changements climatiques. Le 11ème Fonds Européen du Développement (FED) soutient l'amélioration de la résilience des populations aux effets des crises et du changement climatique.

A ce titre, pour Madagascar, l'élaboration participative du Plan National d'Adaptation est bien engagée sous l'égide du Bureau National de Coordination du Changement Climatique rattaché au Ministère de l'Environnement, de l'Ecologie et des Forêts, avec la contribution du Projet de Renforcement des conditions et capacités d'adaptation durable au changement climatique (PRCCC) co-financé par l'UE et la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ). Le PRCCC œuvre notamment à travers un important renforcement de capacités de tous les acteurs clés œuvrant dans l'adaptation et l'amélioration de l'information environnementale, ainsi qu'un appui multisectoriel à la planification territoriale pour un montant de 8,69 millions d'euros. Des actions sont prévues jusqu'à mi-2020.

Outre l'élaboration de stratégies d'action à long terme pour le climat, il est urgent que nous prenions tous des mesures. Dans quelques mois, les pays concernés se réuniront lors de la COP23 pour poursuivre la tâche ardue qui consiste à traduire l'accord politique conclu à Paris en 2015 en actes concrets. L'année prochaine constituera une autre étape importante: le  "dialogue de facilitation" qui se tiendra en 2018 sera la première occasion depuis la COP21 à Paris d'examiner les efforts collectifs que nous avons entrepris pour limiter le réchauffement de la planète. Ce sera le moment de démontrer notre capacité à donner suite aux engagements pris.

Les gouvernements ne sont pas les seuls à agir. Les défis mondiaux liés au climat sont d'une diversité et d'une ampleur sans précédent. Les entreprises, les villes, les régions et la société civile ont toutes un rôle crucial à jouer pour concrétiser les mesures qui changeront véritablement la donne. Nous avons besoin d'une coopération et d'une coordination renforcées entre tous ces acteurs clés. L'élaboration des schémas d'aménagement communaux intégrant une dimension d'adaptation au changement climatique constitue par exemple un modèle de coordination territoriale initié par le projet PRCCC, qui implique des acteurs multisectoriels. Trente-cinq communes en bénéficieront dans le cadre du projet. Leur mise en œuvre et leur réplication pour les autres communes nécessiteront un fort engagement de toutes ces parties prenantes. Ce n'est qu'en agissant ensemble que nous réussirons à atteindre le niveau d'ambition que nous nous sommes fixé et que nous répondrons aux attentes des futures générations.

L'Accord de Paris a marqué un tournant dans la lutte pour la protection de la planète pour les futures générations. Nous devons maintenir cet élan dans les mois et les années à venir. Il y a sans doute beaucoup de travail à accomplir mais nous nous réjouissons d'avance de le poursuivre dans le cadre de notre partenariat avec Madagascar.

Dans le cadre de la Semaine européenne de la Diplomatie Climatique de l'UE (EU Climate Diplomacy Week) du 19 juin au 2 juillet, la Délégation de l'Union européenne à Madagascar organise une conférence-débat sur le thème "Nexus climat-énergie, au centre de la mise en œuvre de l'Accord de Paris. Solutions communes à Madagascar et l'Union européenne", le vendredi 30 juin à la salle Chefs Avenue-Café de la Gare à partir de 9h00, à laquelle nous vous invitons à participer. C'est une occasion pour nous de vous présenter le rôle important de la transition de l'énergie pour diminuer les émissions et trouver ainsi des solutions communes pour combattre le changement climatique à Madagascar et au niveau international, et l'importance de la coopération internationale pour la mise en œuvre de l'Accord de Paris.

Antonio Sánchez-Benedito

Editorial Sections: