Delegation of the European Union to the Kyrgyz Republic

L’Union européenne et la République kirghize ont discuté de la coopération en matière de droits de l’homme

Bruxelles, 28/05/2019 - 18:50, UNIQUE ID: 190528_13
Press releases

À l’occasion de leur dialogue annuel sur les droits de l’homme, des représentants de l’Union européenne et de la République kirghize se sont réunis le 27 mai 2019 à Bruxelles pour discuter des questions relatives aux droits de l’homme et de la coopération dans des domaines connexes.

La réunion s’est inscrite dans le contexte de l’adoption, le 15 mai, de la communication conjointe - L'UE et l'Asie centrale: de nouvelles opportunités pour un partenariat renforcé et des négociations en cours sur un accord de partenariat et de coopération renforcé, de nouvelle génération. Les participants ont passé en revue les derniers développements de manière ouverte et constructive et ont discuté des programmes de coopération bilatéraux, ainsi que de la coopération au sein des enceintes multilatérales.

L’Union européenne a encouragé les travaux menés actuellement pour encore renforcer le rôle des institutions nationales de défense des droits de l’homme, à savoir le Médiateur et le Centre national de prévention de la torture. Elle a salué l’introduction de nouvelles mesures visant à prévenir la torture et les mauvais traitements et a pris acte du petit nombre de poursuites, des capacités insuffisantes en matière d’examens médicaux indépendants et des conditions inhumaines dans certains lieux de détention. Les avancées en matière de prévention de la torture sont d’une grande importance pour le suivi des progrès réalisés dans la mise en œuvre effective des 27 conventions relatives aux droits de l’homme, à l’environnement, au travail et à la bonne gouvernance dans le cadre du régime préférentiel SPG+, dont la République kirghize bénéficie depuis 2016.

L’UE soutient la mise en œuvre effective de la réforme du système judiciaire au moyen de son programme «état de droit», dans l’objectif d’accroître l’indépendance du pouvoir judiciaire, d’endiguer la corruption et d’améliorer la transparence et l’efficacité des tribunaux et de leur personnel, y compris par le recours aux technologies modernes.

Les évolutions positives dans le domaine de la liberté d’expression et de la liberté des médias ont été particulièrement mises en avant et l’UE a fait part de son évaluation des problèmes structurels du secteur des médias. En ce qui concerne la liberté d'association, l’UE a souligné le rôle positif de la société civile et a regretté les appels à un contrôle plus strict du financement des ONG récemment lancés par des membres du Parlement.

L’UE a salué la qualité élevée du cadre juridique en vigueur pour la protection des droits des femmes et des enfants et a été informée de l’état d’avancement des initiatives de communication destinées à rendre la violence domestique et les mariages forcés socialement inacceptables. Elle considère l’égalité des sexes et l’émancipation des femmes comme une priorité transversale de tous les programmes de coopération au développement. Les participants ont discuté de mesures visant à accroître la représentation des femmes et des membres de minorités ethniques dans la vie politique et économique. L’UE a salué la ratification, par la République kirghize, de la convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées.

L’UE s’est réjouie de la priorité accordée à la stratégie en faveur de la transparence et du passage au numérique, conçue comme un moyen de renforcer l’obligation de rendre des comptes et de lutter contre la corruption, et s’est félicitée de l’adoption d’une nouvelle législation sur la protection des témoins et des lanceurs d'alerte. Elle a appelé à enquêter de manière effective et impartiale sur toutes les affaires de corruption et a mis en garde contre le risque d’une justice sélective.

La délégation kirghize était conduite par M. Azizbek Madmarov, ministre adjoint des affaires étrangères, tandis que celle de l’UE l’était par M. Boris Iarochevich, chef de la division «Asie centrale» du Service européen pour l’action extérieure. La prochaine réunion du dialogue UE-République kirghize sur les droits de l'homme devrait se tenir à Bichkek in 2020.

Languages: