Delegation of the European Union to Kenya

Cyberespace: renforcer la coopération pour promouvoir la sécurité et la stabilité

Brussels, 17/05/2021 - 16:50, UNIQUE ID: 210517_18
Press releases

Le 17 mai 2021, le Service européen pour l'action extérieure (SEAE), en coopération avec la présidence portugaise du Conseil de l'Union européenne et l'Institut d'études de sécurité de l'Union européenne (IESUE), a mené une discussion sur la base d'un scénario avec les États membres de l'UE et des partenaires internationaux. La discussion, première en son genre, a porté pour l'essentiel sur la manière de relever les défis en matière de sécurité internationale liés au cyberespace.

Tous les États membres de l'UE, l'Australie, le Canada, le Japon, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, Singapour, la République de Corée du Sud, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis ont participé à la discussion. Cette discussion fondée sur un scénario avait pour objectif d'améliorer la compréhension mutuelle des approches diplomatiques respectives afin d'empêcher, de décourager et de prévenir les actes de cybermalveillance, ainsi que d'y faire face, et de dégager des possibilités de renforcer davantage la coopération internationale à cette fin.

Les discussions se sont appuyées sur un scénario selon lequel le territoire d'un État membre fictif de l'UE et un pays partenaire faisaient l'objet d'actes de cybermalveillance, touchant la communauté internationale au sens large. Les échanges ont mis en évidence l'effet que pourrait avoir l'utilisation abusive des technologies de l'information et de la communication (TIC) sur notre sécurité, notre économie et notre société dans son ensemble, la manière dont un incident dans un pays pourrait avoir des répercussions immédiates dans le monde, et la manière dont le recours à des instruments diplomatiques clairs, transparents et conformes au droit international pourrait contribuer à la prévention des conflits, à la coopération et à la stabilité dans le cyberespace.

Cela a démontré qu'il est nécessaire d'accroître la coopération diplomatique et de continuer de renforcer l'expertise en matière de cyberdiplomatie afin de promouvoir un cyberespace mondial, ouvert, stable et sécurisé, respectueux des droits de l'homme et des libertés fondamentales ainsi que de l'ordre fondé sur des règles, reposant sur l'application du droit international en vigueur dans le cyberespace et l'adhésion aux normes, aux règles et aux principes en matière de comportement responsable des États.

Cette discussion fondée sur un scénario marque une étape importante sur la voie d'une coopération internationale plus étroite pour promouvoir la sécurité et la stabilité dans le cyberespace, dans le cadre de la stratégie de cybersécurité de l'Union européenne de 2020.

Mme Joanneke Balfoort, directrice chargée de la politique de sécurité et de défense, représentait le SEAE.

Languages: