European Union External Action

 

EEAS content

Le 26 décembre 2018, l'éminent avocat spécialiste des droits de l'homme Wang Quanzhang a été reconnu coupable de "subversion du pouvoir de l'État" et condamné à quatre ans et six mois de prison par le tribunal intermédiaire n° 2 de Tianjin, plus de trois ans après son incarcération en août 2015. La sentence a été prononcée le 28 janvier 2019. M. Wang Quanzhang a disparu en août 2015 lors d'une rafle visant dans tout le pays des avocats spécialistes des droits de l'homme, connue sous le nom de "rafle 709".

Les droits des accusés à un procès équitable et dans les meilleurs délais, à une défense en bonne et due forme et à un accès à un avocat de leur choix, prévus par le code de procédure pénale chinois et par les obligations découlant du droit international, n'ont pas été respectés. Les membres de la famille et le public, y compris les journalistes et les diplomates, se sont vu refuser l'accès au procès à titre d'observateurs.

Des informations inquiétantes font état de mauvais traitements graves, dont M. Wang Quanzhang aurait fait l'objet durant sa détention. Si ces informations étaient avérées, ces mauvais traitements s'assimileraient à de la torture. L'Union européenne attend des autorités compétentes chinoises qu'elles enquêtent sans retard sur ces allégations de torture, qu'elles respectent les obligations qui incombent à la Chine au regard du droit international, notamment la déclaration universelle des droits de l'homme, et qu'elles respectent les droits que la constitution chinoise reconnaît à chaque citoyen.

L'Union européenne espère la libération immédiate de Wang Quanzhang, ainsi que d'autres défenseurs et avocats spécialistes des droits l'homme, également détenus et condamnés, dont Huang Qi, Li Feiyue, Ilham Tohti, Tashi Wangchuk, Li Yuhan, Qin Yongmin, Gao Zhisheng, Yu Wensheng et Gui Minhai, qui est un ressortissant de l'UE.