Delegation of the European Union to Haiti

TÈT ANSANM NAP SOVE LANMÈ AK LATÈ NOU YO

24/09/2018 - 19:02
News stories

TÈT ANSANM NAP SOVE LANMÈ AK LATÈ NOU YO

SE MOBILISER POUR LA PROTECTION DES OCEANS ET DE L’ENVIRONNEMENT


Port-au-Prince, le 24 septembre 2018. Dans le cadre de son programme AP3C sur le changement climatique, et pour faire suite à la Journée Internationale de nettoyage des plages, l’Union européenne s’est associée à l’ambassade britannique et à Ayiti Bèl, Ayiti Vèt, pour participer à une campagne de sensibilisation mondiale sur la pollution des océans par les objets en plastique à usage unique et le « styrofoam ». Plusieurs activités ont ainsi été organisées les 21, 22 et 23 septembre 2018 avec une trentaine de partenaires sur le thème « Tèt Ansanm n ap sove lanmè ak latè nou yo » sur la côte des Arcadins.
Le vendredi 21 septembre, les équipes de l’Union européenne, entourées de représentants des Etats membres (Grande Bretagne, Allemagne, Espagne, France) de ses partenaires locaux du BON et internationaux, le Canada, la Banque Mondiale et le PNUD, et de l’organisation Ayiti Bèl Ayiti Vèt, ont réalisé une opération de nettoyage des Ilets Arcadins, dans le golfe de la Gonâve (Haïti). Acheminés sur place par les bateaux de Marina Blue, plus de 80 personnes ont ramassé des déchets échoués sur la plage, tandis que l’ambassadeur Vincent Degert et quelques plongeurs collectaient les plastiques flottants sous la mer. En quelques heures, plusieurs mètres cubes s’empilaient dans les grands sacs apportés par 4Ocean, l’organisation dédié au nettoyage des océans. Les détritus ainsi collectés ont été acheminés pour traitement vers les centres de recyclage de la capitale, notamment les partenaires ECSSA et SANCO.
«C’est la première fois que nous ramassons ainsi des déchets, c’est terrible de voir l’état de ces plages, mais très motivant de faire quelque chose. Il faudrait que plus d’entreprises, écoles, communautés s’y mettent » constatait un membre de l’équipe de la DUE. Fourchettes en plastiques, stylo-billes, pailles (chalumeaux) et bouteille plastique, constituaient les principaux déchets. Mais surtout, les morceaux de polystyrène expansé, résidus des « bwat manje » se mélaient au sable blanc des îlets. Ces produits dont l’importation et l’usage sont pourtant interdits en Haïti, souillent dangereusement toutes les côtes haïtiennes.
Le samedi 22 septembre, à Moulin-sur-Mer, une conférence-débat a réuni les partenaires et acteurs de l’environnement (Agence Nationale des Aires Protégées, ONU Environnement, Helvetas, Fondation Solidarité, Groupe d’Action Francophone pour l’Environnement –GAFE) et les communes de la Côte des Arcadins autour des organisateurs (Union européenne, Ambassade Britannique, Ayiti Bèl Ayiti Vèt, avec le soutien de l’ambassade d’Allemagne). « Un projet gagnant/gagnant/gagnant qui profite à la communauté, l’économie et l’environnement » expliquait Dominique Carvonis, coordinatrice de l’initiative citoyenne Ayiti Bèl Ayiti Vèt. Au programme, les défis environnementaux et leurs conséquences socio-économiques en Haïti ont été évoqués lors de panels de discussions. Les participants ont pu ainsi partager leurs réflexionssur la responsabilité de chacun des protagonistes et les actions à mener pour réduire l’impact négatif des produits en plastique à usage unique tout en proposant des solutions alternatives pour mettre en pratique l’interdiction du styrofoam.
C’est l’un des thèmes qui ont été les plus débattus, notamment lors d’un débat modéré par l’ambassadeur Vincent Degert, auquel participaient, le ministre de l’Environnement, la ministre du Tourisme, le GAFE et le Conseil Régional de la Côte de Arcadins (CRCA). Le ministre a réitéré la volonté du nouveau gouvernement de se mobiliser pour l’environnement dont la dégradation atteint tous les secteurs. « Cette dégradation, on la vit tous les jours. Comme 9 départements sur 10 sont bordés par la mer et que nous avons 1700 km de côtes, nous sommes tous concernés pour combattre la pollution sous toutes ses formes… celle liés aux plastiques, à la destruction des écosystèmes naturels, herbiers marins etc. » a insisté le ministre Joute Joseph. Compter sur la collaboration de tous citoyens est indispensable, rappelaient les intervenants, décidés à s’engager, même sur des petits progrès. Comme par exemple : bannir l’usage des plastiques à usage unique et boites en « foam » dans les ministères et les ambassades, mais aussi arrêter le moteur des véhicules officiels lorsqu’ils stationnent en attente. Gouvernement et société civile, mais aussi les bailleurs de fonds ont réfléchi ensemble et partagé points de vue et suggestions à travers des échanges dynamiques avec le public.
Christine Stephenson, ministre du Tourisme a félicité le secteur privé, l’Union européenne et l’ambassade britannique pour la prise en main de cet enjeu lors de ce week-end. « Bravo à Ayiti Bel Ayiti Vèt. Il faut apprécier et protéger l’héritage submergé, appuyer et trouver un modus operandi pour la gestion des déchets, prendre en compte avec les communautés concernées non seulement les zones touristiques mais tout un patrimoine naturel partagé, il faut associer toutes les forces vives en présence et ne pas oublier que c’est un enjeu mondial. De notre coté cela commence maintenant ! ». Un enthousiasme partagé par la chargée d’affaires de l’ambassade britannique, Caroline Rowett, « Je suis très heureuse d’être associée à cet événement, c’est un bon
départ. Il faut maintenir le momentum et appliquer les résolutions ». C’est l’ambassadeur de l’Union européenne qui a conclu cette journée en exprimant sa satisfaction devant l’engagement des tous ses partenaires. « Nous avons trouvé des points de convergence :
- promouvoir les alternatives écologiques aux plastiques à usage unique,
- encourager une fiscalité incitative en faveur de la protection de l'environnement,
- favoriser des pratiques innovantes et respectueuses de l'environnement en soutenant les
initiatives locales,
- ratifier les conventions relatives à la protection des zones et espèces marines (convention de
Carthagène),
- appliquer et généraliser les interdictions du styrofoam et autres produits polluants.
A nous tous de donner une suite à ces résolutions ».
Et le dimanche 23 a finalement été dédié aux initiatives locales de sensibilisation par Ayiti Bèl Ayiti Vèt, notamment des jeunes sur la commune de Montrouis à travers la mise en fonction de la Bibliotek Lespwa et la préparation du Centre de valorisation des déchets de la Côte des Arcadins.
Ces activités ont pu avoir lieu grâce tous les partenaires de Tèt Ansanm Ayiti Bel Ayiti Vèt • Union Européenne • Ambassade Britannique • Sanco • Brana-Heineken •Brasserie La Couronne • Digicel • Le Nouvelliste • Moulin Sur Mer • Decameron • Haïti Discovery • Ambassade d’Allemagne • AFD • ALSA • Euroceram • HRSH • Top Tires • Marina Blue • Le Montcel Anoudeu • HL Construction • Matelec • ATH (Association Touristique d’Haïti)
• Bibliotek Lespaw (Hope Library) • Ecssa • CRCA (Conseil Régional de la Côte des Arcadins) • FOCA (Fondation de Développement de La Côte des Arcadins) • Musée Ogier-Fombrun • Plastic Bank • TOURIS LAKAY • Visa lodge • Always Montrouis • AYITI LINGE SERVICES

 

 

Editorial Sections: