Délégation de l'Union Européenne en Haïti

Déclaration de la Haute Représentante et vice présidente, Federica Mogherini, à l'occasion du cinquième anniversaire du tremblement de terre en Haïti

Bruxelles, 12/01/2015 - 00:00, UNIQUE ID: 150112_01
Statements by the HR/VP

Cela fait cinq ans aujourd'hui qu'un tremblement de terre catastrophique ravageait Haïti, faisant plus de 200 000 morts et 1,5 million de sans‑abri. Depuis, des moyens considérables ont été déployés pour panser les plaies et reconstruire le pays. L'UE a été à la pointe de l'action humanitaire menée par la communauté internationale sur le plan de la reconstruction, fournissant dans un premier temps abris, eau potable, nourriture et soins médicaux. Au cours des cinq dernières années, l'action humanitaire a été complétée par un ambitieux programme de reconstruction, venant à l'appui des efforts déployés par le gouvernement haïtien pour remettre en état et développer les infrastructures du pays, reconstruire écoles et hôpitaux, mettre à disposition des logements sociaux et renforcer l'administration. 

Quelque cinq millions de personnes, soit un Haïtien sur deux, a bénéficié de ce vaste effort de coopération répondant à des besoins immenses. Par ailleurs, l'UE se félicite de la coopération menée au sein du groupe des Amis d'Haïti qui, avec les Nations unies, ont assuré la sécurité de base et ont fourni l'essentiel de l'aide d'urgence et des moyens de développement dont bénéficie le pays.

Et pourtant, Haïti reste le pays le plus pauvre du continent américain et l'un des plus pauvres du monde. En dépit des efforts déployés par le gouvernement et la communauté internationale, nombreux sont ceux qui n'ont toujours pas de toit. Haïti a besoin d'un gouvernement stable et efficace et d'une opposition constructive, dépassant les clivages partisans, pour conduire le pays vers le développement durable.

Haïti traverse actuellement une nouvelle crise politique qui pourrait annuler les progrès réalisés ces dernières années. Le Président Martelly a pris l'initiative d'une série de propositions s'inspirant des recommandations de la Commission consultative présidentielle, afin d'éviter la crise constitutionnelle qu'ouvrirait l'expiration du mandat des parlementaires haïtiens et de favoriser la réforme tant attendue de la loi électorale. L'ancien Premier ministre, M. Lamothe, a lui aussi apporté une contribution constructive. Les propositions portent sur un gouvernement sans exclusive, une nouvelle Commission électorale et la Cour suprême. Il est temps pour le parlement de faire preuve de responsabilité politique et d'adopter une attitude positive à l'égard de ces propositions.

J'attends donc de tous les acteurs politiques du pays qu'ils prennent les responsabilités qui sont les leurs pour ce qui est d'assurer la stabilité et de faire évoluer la situation. La priorité devrait être donnée au renouvellement de l'assemblée législative par l'organisation, dans les meilleurs délais, d'élections ouvertes et régulières.

L'UE reste une amie fidèle du peuple haïtien et elle continuera à travailler avec ceux qui ont à cœur de défendre l'intérêt suprême du pays. Nous espérons que, cinq ans après la terrible catastrophe, Haïti sera en mesure d'avancer dans l'unité.

Languages:

Auteur