Delegation of the European Union to Guinea

L'Union européenne renforce son appui aux aires protégées en Guinée

Conakry, 06/07/2018 - 14:57, UNIQUE ID: 180706_5
Speeches of the Ambassador

Dans la matinée du 6 juillet 2018, l'Ambassadeur, Chef de la Délégation de l'Union européenne en Guinée, Gerardus GIELEN, a officiellement remis un important lot de matériel au ministre d'État, ministre de l'Environnement, des Eaux et Forêts, Oyé GUILAVOGUI, dans le cadre du volet environnement du Programme d’Appui à la Réforme du Secteur de Sécurité (PARSS3-Environnement) financé par l'Union européenne. La cérémonie s'est déroulée dans les locaux de direction nationale des eaux à forêt, à Conakry.

Monsieur le Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts ;

Monsieur le Secrétaire Général ;

Monsieur le Directeur de Cabinet ;

Mesdames et Messieurs les Conseillers Techniques ;

Messieurs les Directeurs Généraux et Directeurs du Ministère de l’Environnement ;

Mesdames et Messieurs les officiers et agents du Corps Paramilitaire des Conservateurs de la Nature ;

Mesdames et Messieurs ;

Tout d’abord, je tiens à exprimer ma joie de participer à la remise des véhicules et des équipements au Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts, financés par le volet environnement du troisième Programme d’Appui à la Réforme du Secteur de Sécurité, le PARSS3-Environnement. Moins de 4 mois après l’atelier de lancement auquel j’ai eu le plaisir de participer avec votre prédécesseur, c’est aujourd’hui la deuxième cérémonie d’envergure que nous célébrons dans le cadre du projet d’appui de l’Union européenne au Ministère de l’Environnement. Cela montre l’efficacité de notre partenaire de mise en œuvre, l’UNOPS, que je félicite.

Nous remettons aujourd’hui un nombre d’équipements impressionnant : 5 véhicules tout terrain dont 4 pour les patrouilles des gardes, 42 motos, 2 barques motorisées, 130 vélos, 50 radios, 65 GPS … Ces équipements sont destinés dans leur grande majorité aux aires protégées du pays dont je ne citerai que les plus importantes : le parc national du Badiar, le Parc National du Haut Niger, la réserve marine des Iles Tristao, la réserve de biosphère de Ziama, le site du patrimoine mondial de l’UNESCO, la réserve de faune de Kankan Diwasi, pour que les agents du corps des conservateurs de la natures puissent les protéger efficacement. Une répartition de ces équipements a été proposée, en fonction de nombreux critères, dont la superficie des aires protégées, le nombre d’agents, les équipements sur place, la richesse de leur biosphère, mais également les menaces qui pèsent sur elles. Car ces aires protégées abritent encore une biosphère très riche, mais de plus en plus menacée. 

Menacée par la pression démographique des communautés environnantes, qui pousse les villageois à aller chercher leurs ressources dans les aires protégées, en cultivant les bas-fonds, en pratiquant le braconnage, en coupant les arbres. Pour faire cesser ces pratiques, des activités génératrices de revenus doivent être développées, et les communautés doivent être sensibilisées à la protection de leur environnement. Mais la surveillance doit aussi être renforcée, et c’est pour cela que l’Union européenne a financé les équipements que nous remettons aujourd’hui.

La biosphère de la Guinée est aussi menacée par l’exploitation forestière. La Guinée dispose encore de deux magnifiques forêts primaires : la forêt de Dieke et la forêt de Ziama, où vivent les derniers éléphants du pays. Mais le nombre d’éléphants est en nette diminution, et une exploitation de bois dans ces forêts, même limitée, entraînerait à coup sûr la disparition de la dernière population d’éléphants du pays, et une dégradation irrémédiable de cet exceptionnel patrimoine forestier, y compris sa capacité de rétention d’eau indispensable pour alimenter les cours d’eau qui y prennent leur source.

Outre les équipements que nous remettons aujourd’hui, le programme d’appui de l’Union européenne à la préservation des aires protégées va également financer la réhabilitation de plusieurs bases vie des agents des conservateurs de la nature. Certaines de ces bases vies ont été financées et équipées par l’Union européenne dans les années 90 et 2000, mais ont été malheureusement abandonnées pendant quelques années au tournant de la décennie 2010. Je formule ici le vœu que ce ne sera pas le cas pour les infrastructures qui vont être réhabilitées par ce programme, ainsi que les équipements que nous remettons aujourd’hui. J’espère qu’ils seront bien entretenus et bien utilisés, par des gardes motivés, encadrés par des officiers compétents et engagés, et que votre département, M. le Ministre, va allouer un budget pour les faire fonctionner, pour que mes successeurs puissent constater que tous ces équipements sont bien utilisés, même dans 10 ans.

A travers la remise de ces équipements et d’autres activités prévues, l’appui de l’Union européenne au Ministère de l’Environnement va aider la Guinée à démontrer que la préservation des richesses naturelles entraine des bénéfices nettement plus grands et durables sur le long terme que l’exploitation et la prédation, grâce notamment à l’éco-tourisme, la préservation de la biodiversité, le potentiel hydro-électrique, etc. Cela va entraîner une dynamique de préservation, que d’autres bailleurs seront ravis d’accompagner, j’en suis persuadé, pour le plus grand bénéfice de la biosphère de ce beau pays, et des populations guinéennes.

Je vous remercie.

Editorial Sections:

Author