Delegation of the European Union to The Gambia

Asie centrale et du Sud: de la connectivité et de l'importance d'un Afghanistan stable

21/07/2021 - 10:39
From the blog

20/07/2021 - Blog du HR/VP - La semaine dernière, je me suis rendu à Tachkent pour participer à la conférence sur la connectivité Asie centrale-Asie du Sud. Cet événement a réuni des participants de haut niveau de la région et au-delà pour discuter des questions de connectivité et de sécurité régionales, ainsi que de la situation en Afghanistan. L'objectif de la conférence était d'examiner comment des efforts conjoints peuvent promouvoir la stabilité, la sécurité et la prospérité dans une région qui revêt une importance stratégique croissante pour l'UE.

"Une paix et une stabilité durables en Afghanistan constituent un objectif commun et une responsabilité commune."

 

Naturellement, l'évolution de la situation en Afghanistan et dans ses environs figurait en haut de l'ordre du jour: un Afghanistan pacifique et stable est essentiel pour la stabilité et le développement de l'ensemble de la région, ainsi que pour notre vision de la connectivité. En fait, non seulement la connectivité, la stabilité et la sécurité vont de pair, mais elles constituent également des conditions préalables mutuelles.

Je me suis entretenu avec le président afghan Ashraf Ghani et le Premier ministre pakistanais Imran Khan, mais aussi avec les ministres chinois et indien des affaires étrangères, ainsi que de nombreux autres partenaires. Nous avons discuté de la manière dont nous pouvons intégrer plus étroitement l'Afghanistan dans le cadre plus large de la coopération régionale.

J'ai fait part de mes préoccupations concernant l'offensive des talibans, la forte augmentation du nombre de victimes civiles et le nombre croissant d'Afghans fuyant leur foyer et leur pays. Une paix et une stabilité durables en Afghanistan doivent constituer un objectif commun et une responsabilité commune, pour l'Europe et la communauté internationale. Un Afghanistan qui sombrerait dans le chaos exposerait la région au développement du trafic de drogue et à la propagation des idéologies radicales, du terrorisme et de la violence. Les voisins de l'Afghanistan, y compris les pays d'Asie centrale, sont particulièrement vulnérables aux répercussions négatives, mais notre sécurité en Europe s'en trouverait également mise en péril.

En tant qu'UE, nous sommes un partenaire majeur des pays d'Asie centrale en ce qui concerne leur processus de réforme et de transition économique. J'ai réaffirmé que l'UE et ses États membres sont prêts à soutenir les efforts conjoints. J'ai également souligné que les voisins de l'Afghanistan sont particulièrement bien placés pour soutenir le processus de paix, grâce à un engagement constructif et en adressant un message clair aux parties afghanes, et en s'abstenant de soutenir les groupes armés pour répondre à des préoccupations à court terme concernant des intérêts singuliers.

L'UE soutient un processus de paix inclusif, dirigé et pris en charge par les Afghans, qui débouche sur un règlement politique négocié. Cela suppose que les talibans s'engagent en faveur d'un règlement négocié. Pour que cela se produise, toutes les parties concernées - les pays voisins, l'UE et tous les partenaires internationaux - doivent être claires et franches dans les messages qu'elles adressent aux talibans. Nous devons exposer clairement les conséquences découlant de la voie qu'ils auront choisie, y compris pour ce qui est de l'engagement de l'UE. Il serait inacceptable - pour la majorité des Afghans, pour les pays de la région et pour la communauté internationale - que les talibans s'emparent du pouvoir par les armes ou tentent de rétablir un émirat islamique. Cela conduirait à la non-reconnaissance et à l'isolement. Le soutien qu'apporteront à l'Afghanistan ses partenaires internationaux, y compris l'UE, est et restera subordonné au maintien des progrès démocratiques accomplis au cours des vingt dernières années. Il s'agit notamment du respect des libertés et droits fondamentaux, en ce compris les droits des femmes et la protection des minorités, ainsi que du renforcement des institutions de l'État et de la lutte contre la corruption.

J'ai également discuté avec les ministres des pays d'Asie centrale de notre souhait d'établir des partenariats solides et non exclusifs, ouverts à la coopération avec d'autres, sur des objectifs communs, comme prévu dans la stratégie de l'UE pour l'Asie centrale de 2019. Cela signifie intensifier la coopération dans divers secteurs, tels que le climat, l'environnement, la santé, l'eau, les droits de l'homme et le renforcement des capacités en matière de gestion des frontières. J'ai réaffirmé que l'UE était disposée à œuvrer au développement de la connectivité régionale et au règlement des défis communs en matière de sécurité.

Cette année marque le 30e anniversaire de l'indépendance de nos partenaires d'Asie centrale, au lendemain de l'effondrement de l'Union soviétique. Le cheminement vers une coopération régionale plus étroite n'a pas toujours été facile, mais il s'agit d'une réelle avancée qu'il convient de développer davantage. En effet, la coopération régionale entre le Kazakhstan, le Kirghizstan, l'Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Turkménistan, l'Afghanistan et les pays voisins permet non seulement de stimuler le développement socio-économique, mais aussi de s'attaquer aux défis communs en matière de sécurité, notamment la migration irrégulière, le trafic de drogue et les menaces terroristes.

L'Asie centrale dispose d'une vaste réserve de jeunes et de ressources naturelles, et elle a beaucoup à offrir aux investisseurs européens. L'UE est déjà un important partenaire commercial; en 2020, les échanges mutuels de marchandises se sont élevés à 22 milliards d'euros, et, forte de ses 114 millions d'habitants, la région offre d'importants débouchés commerciaux. Toutefois, pour tirer pleinement parti de ce potentiel, la région doit progresser dans les réformes structurelles et créer un environnement plus favorable aux entreprises. Le forum économique UE-Asie centrale, qui se tiendra cette année en novembre, constituera une nouvelle occasion d'œuvrer en faveur d'une connectivité durable et inclusive.

En un mot, la conférence de la semaine dernière sur la connectivité Asie centrale-Asie du Sud a démontré que la coopération régionale et le dialogue régional sont essentiels. En tant qu'UE, nous fournirons notre part d'efforts.

 

Pour en savoir plus:

L'Union européenne: un partenaire fiable en vue d'une connectivité durable en Asie centrale et du Sud

L'Union européenne soutient l'amélioration des interconnexions en Asie centrale et en Afghanistan

Connectivité:discours du haut représentant/vice-président Josep Borrell lors de la conférence sur la connectivité régionale Asie centrale-Asie du Sud