La Délégation de l'Union européenne au Gabon, pour la Guinée équatoriale, Sao Tomé-et-Principe et la CEEAC 

Énergie, climat et environnement

04/04/2018 - 15:37
Policy - Activity

Acteur mondial de premier plan en matière de protection de l’environnement et de lutte contre le changement climatique, l'Union européenne s'appuie sur la coopération internationale, l'innovation et l'énergie propre pour favoriser le développement durable.

Garantir un environnement sain est au cœur du programme de développement durable, en tant que fin en soi, mais aussi du fait des rapports d'interdépendance évidents avec le commerce, la sécurité, la prévention des conflits et les migrations.

Les citoyens européens bénéficient de normes environnementales qui sont parmi les plus strictes au monde. Toutefois, malgré sa rigueur, la législation environnementale de l’Union européenne ne peut pas nous protéger des conséquences négatives de la dégradation de l’environnement au niveau mondial et transfrontière, ni réduire suffisamment les répercussions de l’activité économique de l’Union sur les ressources naturelles de la planète.

Les enjeux mondiaux représentés par le changement climatique, la perte de biodiversité, la biosécurité, la déforestation, la pollution de l’air et de l’eau et la gestion des substances chimiques — pour n’en citer que quelques-uns — exigent un réel engagement et une coopération efficace au niveau international.

Pendant longtemps, l’UE a joué un rôle prépondérant dans l’action et la coopération internationales dans le domaine de l’environnement. Elle est partie aux conventions de Rio de 1992, qui marquent une avancée majeure pour la protection de l’environnement. L'UE a également signé un grand nombre d'accords multilatéraux sur l’environnement, qui prévoient généralement un engagement à aider les pays en développement à les appliquer.

Durant les dernières années, en particulier, l'UE a œuvré de manière efficace et unie pour adopter le programme de développement durable à l’horizon 2030 et mis en place une diplomatie coordonnée en matière de climat qui a débouché sur la signature de l'accord de Paris en vue de lutter contre le changement climatique.

Lutter contre le changement climatique

L’UE contribue à la lutte mondiale contre le changement climatique en recourant à des mesures internes et à la coopération internationale.

Ces mesures englobent l'adoption de politiques, d'actes législatifs et d'initiatives dans les domaines suivants:

Ces mesures contribuent à intensifier l'action internationale contre le changement climatique d'ici à 2020, afin de remplir les objectifs de l'accord de Paris.

Les pays du monde entier doivent agir pour lutter contre le changement climatique. L’UE s’emploie à promouvoir une action mondiale ambitieuse dans le cadre:

Diplomatie de l'UE en matière de climat

L'UE recourt à ses instruments de politique étrangère complémentaires, parmi lesquels le dialogue politique, les négociations internationales et les instruments financiers, pour faire avancer le programme de développement durable et de lutte contre le changement climatique et promouvoir sa mise en œuvre dans les pays partenaires.

Pour maintenir la dynamique insufflée par l'accord de Paris, il faut maintenir une mobilisation politique et diplomatique au niveau mondial. Le plan d’action pour une diplomatie climatique de l’Union européenne est axé sur les points suivants:

  • maintenir la lutte contre le changement climatique en tant que priorité stratégique;
  • soutenir la mise en œuvre de l’accord de Paris et des plans relatifs au climat;
  • renforcer les efforts pour prendre en compte les liens existant entre le climat et les ressources naturelles — dont l’eau —, ainsi que la prospérité, la stabilité et les migrations.

Les négociations bilatérales et multilatérales actuellement en cours sur la libéralisation des échanges de biens et de services respectueux de l'environnement servent également à faciliter les actions menées au niveau mondial pour atténuer le changement climatique et ouvrir des débouchés commerciaux aux entreprises européennes.

L’UE continue en outre de jouer un rôle central pour parvenir à des résultats ambitieux concernant les émissions de gaz à effet de serre lors des négociations organisées au sein de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et de l’Organisation maritime internationale (OMI), ainsi que dans le cadre du protocole de Montréal.

Soutenir l’adaptation au changement climatique

Pour aider les pays du monde entier à s’adapter au changement climatique, l’Union européenne finance un large éventail de programmes et de projets. Les mesures d’adaptation englobent l'utilisation plus efficace de ressources en eau limitées; l’adaptation des codes du bâtiment aux futures conditions climatiques et aux phénomènes météorologiques extrêmes; le renforcement des moyens de protection contre les inondations et le relèvement du niveau des digues; le développement de cultures résistant à la sécheresse; la sélection d’espèces d’arbres et de pratiques forestières moins vulnérables aux tempêtes et aux incendies, ainsi que l'aménagement de couloirs terrestres pour aider la migration de certaines espèces.

Le réseau de diplomatie écologique

La coordination de l'action extérieure de l’UE dans ce domaine est soutenue par le réseau de diplomatie écologique, qui œuvre au niveau européen à Bruxelles. Le réseau est également actif dans les pays du monde dans lesquels les délégations et les ambassades de l'UE coordonnent leur action pour mettre en œuvre les priorités de l'Union et/ou organiser des campagnes d’information au moyen d'événements, de séminaires, d'actions et de démarches officielles, en particulier dans le cadre des plans d'action relatifs à la diplomatie en matière de climat.

Énergie propre

Afin de lui permettre de remplir ses engagements au titre de l'accord de Paris, l'UE a adopté en 2016 des propositions de mesures intitulées «Une énergie propre pour tous les Européens» en vue d'aider son secteur de l'énergie à devenir plus stable, plus compétitif et plus durable et à s'adapter aux exigences du XXIe siècle

Transition vers une énergie propre

Ce train de mesures poursuit trois grands objectifs destinés à stimuler l’investissement dans la transition vers l’énergie propre:

D’ici à 2020, l’UE a pour objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 20 %, de porter la part des énergies renouvelables à 20 % au moins de la consommation et de réaliser des économies d’énergie de 20 % ou plus. Tous les pays de l’UE doivent également atteindre une part de 10 % d’énergies renouvelables dans leur secteur des transports. D’ici à 2030, l’UE a l'intention de réduire de 40 % ses émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 1990, de porter à au moins 27 % la part des énergies renouvelables et d'améliorer l’efficacité énergétique d’au moins 27 %.

Coopération internationale et plan d’action de l'UE concernant la diplomatie énergétique

La coopération internationale est également cruciale pour répondre efficacement aux défis énergétiques mondiaux tels que le changement climatique, la protection de l’environnement et la volatilité des prix. L’UE collabore avec ses partenaires internationaux pour garantir un approvisionnement énergétique sûr et à des prix compétitifs. Toutefois, la réussite des politiques de l’Union visant à lutter contre les émissions mondiales de gaz à effet de serre dépend également des politiques énergétiques d’autres pays. 

Lorsque des pays de l'UE négocient individuellement des accords énergétiques internationaux avec des pays non membres de l'UE, ils partagent des informations sur ces accords avec la Commission européenne et entre eux. Cet échange s'effectue par l’intermédiaire du mécanisme d’échange d’informations de la Commission, ce qui permet de s'assurer que les accords n’enfreignent pas le droit de l’UE et qu'ils respectent les objectifs de développement durable de l'Union.

L'UE met également en œuvre un plan d'action concernant la diplomatie énergétique afin de promouvoir l'utilisation de tous les instruments de politique extérieure et faire en sorte qu’une UE forte et solidaire s’engage de manière constructive aux côtés de ses partenaires et s’exprime d’une seule voix sur les questions d'énergie et de climat.

Le plan d’action s’articule autour de quatre piliers:

  • Renforcer les orientations stratégiques grâce à une participation à haut-niveau
  • Instaurer et développer une coopération et des dialogues dans le domaine de l'énergie, notamment pour diversifier les sources d'énergie, les fournisseurs et les itinéraires d’approvisionnement
  • Soutenir les efforts visant à renforcer l’architecture énergétique mondiale et les initiatives multilatérales
  • Renforcer les messages communs et les capacités en matière de diplomatie énergétique
Languages:
Rubriques éditoriales: