Délégation de l'Union européenne au Conseil de l'Europe

Pour sauvegarder nos démocraties, nous devons protéger les journalistes : Journée mondiale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes 2020

30/10/2020 - 17:14
News stories

La protection des journalistes et des travailleurs des médias, et la lutte contre l’impunité des crimes commis contre eux sont cruciales dans un contexte où l’accès à des informations vérifiées et variées est remis en cause. Face à des attaques nombreuses et polymorphes, l’Union européenne réaffirme son engagement pour protéger les journalistes et défendre la liberté d’expression et le droit à l’information, assurés par la Convention européenne des droits de l’Homme et la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union européenne.

 

Tandis que la crise sanitaire de la Covid-19 a rappelé l’importance pour tous les citoyens d’avoir accès à des sources d’informations fiables, la multiplication de menaces pesant sur les journalistes, ainsi que l'impunité pour les crimes commis contre eux constituent des tendances alarmantes.

Le droit à la liberté d’opinion et d’expression est consacré par l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’Homme, qui prévoit que « ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées » ainsi que par l’article 11 de la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne, qui garantit spécifiquement que «la liberté des médias et leur pluralisme sont respectés ». Ce droit est essentiel pour permettre l'accès à des informations fiables et lutter contre la désinformation et les autres formes de manipulation de l'information. Le silence résultant de l’agression ou, dans le pire des cas, de la mort d’un journaliste, prive son public du droit d’être informé.

 

Depuis 2014, la Plateforme du Conseil de l’Europe pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes a recensé 28 meurtres de journalistes en Europe, tandis que des centaines d’autres ont été victimes d’attaques allant du harcèlement et de l’intimidation aux agressions physiques, à la détention et l'emprisonnement. La vaste majorité de ces attaques demeurent impunies. Les violences physiques comme psychologiques ont un impact désastreux sur l’exercice de leur liberté d’expression par les journalistes atteints, en causant des réflexes d’autocensure voire d’abandon de la profession.

L’Union européenne et le Conseil de l’Europe agissent pour contrer la multiplication de ces crimes commis contre les journalistes et enrayer l’impunité de leurs auteurs.

La Plateforme pour renforcer la protection du journalisme continue à recenser les atteintes à l’encontre des journalistes, tandis que la Cour européenne des droits de l’Homme jour un rôle primordial dans la défense de la liberté d’expression et de la presse. En 2016, le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe a également adopté une recommandation sur la protection du journalisme et la sécurité des journalistes et autres travailleurs des médias, qui fournit des lignes d’action concrètes aux États membres, complétée par un nouveau guide de mise en œuvre devant servir de base commune aux autorités nationales pour l'élaboration de mesures et de plans d'action.

Lors de la réunion du Comité des Ministres le 28 octobre 2020, l’Union européenne a réaffirmé son soutien aux actions du Conseil de l’Europe et a salué le travail de tous les journalistes et travailleurs des médias, rendant hommage à celles et ceux qui ont perdu la vie et subi des attaques dans l'exercice de leur liberté d'opinion et d'expression. L'UE a pris d’importantes mesures pour renforcer la protection des journalistes. En 2014, le Conseil de l'UE a publié des Orientations relatives à la liberté d'expression en ligne et hors ligne. En 2015, le mécanisme de l'Union européenne pour les défenseurs des droits de l'Homme "ProtectDefenders.eu" a été créé pour protéger les défenseurs exposés à des risques élevés, y compris les journalistes et les travailleurs des médias. La Commission européenne poursuit également son soutien à d’importantes nouvelles initiatives pour la liberté des médias, notamment le projet de « mécanisme de réaction rapide à l'échelle européenne (MRR) » lancé en mars 2020 par le Centre européen pour la liberté de la presse et des médias.

La crise sanitaire actuelle doit servir de sonnette d’alarme sur la nécessité de défendre les journalistes et travailleurs des médias et ne doit en aucun cas être utilisée pour les empêcher d’exercer leur métier. En cette Journée mondiale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes, alors que nous faisons face à de nombreux défis planétaires, du changement climatique aux pandémies, en passant par l’intelligence artificielle, la défense de la liberté d’expression doit demeurer une priorité.

Languages: