Delegation of the European Union to China

Chine: déclaration de la porte-parole sur le départ du correspondant de la BBC en Chine et la présence de journalistes étrangers dans le pays

Brussels, 02/04/2021 - 11:15, UNIQUE ID: 210402_2
Statements by the Spokesperson

John Sudworth, correspondant de la BBC en Chine, a quitté le pays avec son épouse, Yvonne Murray, correspondante de la RTE en Chine, et leur famille.  Ce départ intervient après une longue période de harcèlement, par les autorités, de M. Sudworth et de ses collègues de la BBC, caractérisé par la surveillance, les menaces de poursuites judiciaires, l’obstruction, l’intimidation et la mise en ligne, par les médias officiels, de vidéos qui le nomment personnellement et contiennent des séquences vidéo filmées par la police.

Il s’agit du dernier cas de correspondants étrangers qui ont été contraints de quitter la Chine en raison du harcèlement continu et de l’obstruction à leur travail dont ils ont fait l’objet, qui vient s’ajouter à l’expulsion d’au moins 18 correspondants l’année dernière.

À plusieurs reprises, l’UE a fait part aux autorités chinoises de ses préoccupations  concernant les restrictions injustifiées qui sont imposées au travail des journalistes étrangers et les cas de harcèlement qui ont été reportés.  Le professionnalisme et l’objectivité des correspondants étrangers sont de plus en plus remis en question.

Les correspondants étrangers jouent un rôle important de diffusion des informations par-delà les frontières et contribuent ainsi à renforcer la compréhension mutuelle entre l’UE et la Chine.

L’Union européenne continuera de défendre l’importance du rôle de médias indépendants et fiables dans le monde entier. L’UE reste fermement résolue à préserver la liberté et le pluralisme des médias, ainsi qu’à protéger le droit à la liberté d’expression en ligne et hors ligne, y compris le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de recevoir et de répandre des informations sans ingérence, conformément au droit international en matière de droits de l’homme.

L’UE demande à la Chine de respecter les obligations qui lui incombent en vertu du droit national et international et de garantir la liberté d’expression et de la presse, comme le prévoient la Constitution chinoise et la déclaration universelle des droits de l’homme.