Délégation de l’Union européenne en République centrafricaine

Présentation du rapport de la Commission nationale pour la prise en charge des femmes victimes de violence Discours de Madame Claudia WIEDEY,

Rabat , 31/05/2021 - 12:31, UNIQUE ID: 210531_6
Speeches of the Ambassador

La Commission nationale pour la prise en charge des femmes victimes de violence organise le lundi 31 mai 2021 à 9h au Sofitel Rabat Jardins des roses la présentation de son premier rapport annuel qui retrace le bilan de ses actions et propositions en vue de promouvoir la prise en charge des femmes victimes de violence au Maroc, en accord avec les objectifs fixés par la loi n° 103.13 sur la lutte contre les violences faites aux femmes.

Madame la Ministre de la Solidarité, du Développement social, de l'Égalité et de la Famille,

Madame la Présidente de la Commission nationale pour la prise en charge des femmes victimes de violence,

Monsieur le Représentant du Conseil de l'Europe,

Mesdames et Messieurs,

Je suis particulièrement heureuse de participer à la présentation du premier rapport de la la Commission nationale pour la prise en charge des femmes victimes de violence. Je tiens à vous féliciter pour cet état des lieux, qui a été produit dans une période particulièrement difficile. En effet, depuis son apparition, la pandémie de COVID-19 a intensifié la violence à l’égard des femmes et des filles, non seulement dans la sphère familiale, mais également en dehors. C’est pourquoi ONU-Femmes qualifie cette violence de « pandémie de l’ombre ». À l’heure où le monde concentre ses efforts sur la lutte contre la COVID-19 et sur la relance, cette violence prend de l’ampleur, exacerbée par les mesures nécessaires mises en place pour atténuer la propagation du virus, comme le confinement, la distanciation sociale et autres formes de restrictions de déplacement. Cette thématique de lutte contre toutes formes de violences contre les filles et les femmes, demeure au centre de nos engagements post-pandémie, pour « reconstruire en mieux ».

 En effet, la violence à l’égard des femmes et des filles augmente à un rythme alarmant. Ainsi, une femme sur trois, à un moment donné de sa vie, a subi des violences physiques ou sexuelles, dans l’enceinte de son foyer ou à l’extérieur. Il s’agit d’une cause pour laquelle nous devons tous nous engager. D’ailleurs, le rapport de la Commission sur le nouveau modèle de développement, présenté à sa Majesté le Roi il y a quelques jours, y a consacré un grand chapitre. Le diagnostic indique clairement que l’inégalité de genres et la violence faite aux femmes et aux filles, s’inscrivent comme un frein terrible au développement de la société marocaine et à son épanouissement Des recommandations vont dans le sens de le renforcement et l’opérationnalisation des mécanismes existants tels  que la prise en charge des victimes.

Je crois que nous partageons toutes et tous les mêmes constats et les mêmes recommandations. Il s’agit à présent de rendre tangible ces préconisations.

La Commission nationale et les commissions locales ont un rôle éminemment important dans l’opérationnalisation de la loi 103-13 mais aussi dans la future stratégie nationale de lutte contre les violences pour établir un état des lieux de la situation. Et enfin et surtout, les Commissions ont entre les mains la coordination intersectorielle, et le dialogue permanent à consolider avec la société civile dans une approche « droit ». La mise en place de moyens suffisants pour les Commissions, aussi bien aux niveaux national que local, est un élément essentiel pour leur permettre de mener à bien ces missions exigeantes.

Que ce soit avec la stratégie de l’UE pour l’égalité hommes-femmes, le plan d’action de l’UE pour l’égalité des sexes, l’Union européenne demeure  fermement engagée et concernée au premier plan, par la lutte contre la violence faite aux femmes et aux filles. C’est une priorité qui a été également soulignée dans la déclaration conjointe Maroc-UE de 2019 et qui se traduira dans la programmation multi annuelle Maroc-UE en préparation, auprès de tous les acteurs concernés par la thématique que nous souhaitons accompagner.

L’UE réaffirme son engagement auprès du Maroc dans la lutte contre les violences contre les filles et les femmes et pour la promotion de l’égalité des genres, comme des droits fondamentaux dont l’opérationnalisation effective sur le terrain est une urgence partagée.

 

Je vous remercie.

 

 

 

 

 

 

Équipes éditoriales: