Délégation de l’Union européenne en République centrafricaine

Pourquoi l’UE joue un rôle dans la stabilité de la Corne de l’Afrique

24/01/2020 - 17:28
From the blog

24/01/2020 - Hier, j’ai rencontré Alexander Rondos, représentant spécial de l’UE pour la Corne de l’Afrique. Nous avons eu un long échange sur les défis auxquels est confrontée la Corne de l’Afrique, région qui compte 250 millions d’habitants, dont 60 % de moins de 25 ans, 10 millions de personnes déplacées internes et 4,6 millions de réfugiés. Au cœur de cette région se trouve l’Éthiopie, économie qui a connu la plus forte croissance mondiale au cours des dix dernières années.

 

Nous assistons actuellement, et ce sera aussi le cas dans la période à venir, à une collision entre, d’une part, des changements fondamentaux dans la Corne de l’Afrique, où une nouvelle jeune génération prend la relève politique et, d’autre part, une évolution tout aussi fondamentale de l’environnement extérieur de la région, avec la prolifération de nouveaux acteurs exerçant une influence sur sa politique, sa sécurité et son économie. Les mois à venir seront marqués par une série d’élections, la consolidation de transitions fragiles et l’augmentation des ingérences étrangères, parfois antagoniques.

Les élections qui auront lieu en Éthiopie et en Somalie constitueront des tests décisifs pour les deux pays. La Somalie est un pays dans lequel l’UE a consenti d’énormes investissements en matière de consolidation de l’État et de développement, mais aussi de sécurité: nous avons trois missions PSDC sur le terrain. L’AMISON (mission de l’Union africaine en Somalie), que l’UE a soutenue depuis sa création avec près de 2 milliards d’euros, compte plus de 22 000 militaires et membres de forces de l'ordre d'Afrique.

Au Soudan, la transition vers le contrôle civil n’est pas garantie. Aussi, la préservation de l’acquis de la révolution pacifique qui a eu lieu l’année dernière devrait rester au premier rang de nos priorités. Au Soudan du Sud, l’impasse continue de menacer un accord de paix fragile qui n’a pas encore donné lieu à ce que la population du Soudan du Sud attendait ni à ce que ses dirigeants s’étaient engagés à faire. Enfin, la politique des pays qui entourent la mer Rouge exige une attention constante.

Compte tenu de ce contexte, je suis convaincu que l’UE doit renforcer son engagement dans la région. Il suffit de regarder une carte de l’Afrique pour le comprendre aisément: située entre le Sahel et la mer Rouge, la Corne de l’Afrique est un véritable théâtre stratégique. Toute détérioration de la situation dans un pays aura des effets sur ses voisins et d’énormes répercussions par-delà les frontières, y compris pour nous en Europe. Cette région n’est pas éloignée de l’Europe, que ce soit sur le plan des risques ou des possibilités.

Je compte visiter la région début mars afin d’avoir un meilleur aperçu de la situation et du rôle que l’UE peut jouer.

 

Rubriques éditoriales: