Delegation of the European Union to Cameroon

Cameroun : L'UE veut contribuer à la stabilité et à la cohabitation pacifique dans la partie septentrionale du pays

29/05/2017 - 13:48
News stories

Le Projet d’Appui à la Résilience Socioéconomique des jeunes vulnérables (PARSE) dans le Septentrion vient d'être lancé, à travers trois fora de dialogue dans les régions de l'Extrême-Nord, du Nord et de l'Adamaoua. Cofinancé par le Trust Fund/Fonds Fiduciaire d'urgence pour l'Afrique de l'Union européenne, ce projet veut encourager l'entreprenariat et le leadership des jeunes, afin de faciliter leur implication dans les processus de développement et de promotion de la paix.

Cofinancé par le Fonds Fiduciaire d'Urgence de l'Union européenne et mis en œuvre par la GIZ (Coopération technique allemande), le PARSE a pour objectif de contribuer à la stabilité et à la cohabitation pacifique dans les trois régions septentrionales du Cameroun. C'est dans ce sens que trois fora de dialogue ont été organisés les 04, 11 et 25 avril 2017, respectivement à Garoua, Maroua et N’Gaoundéré sur le thème «les rôles et responsabilités des jeunes dans la promotion de la paix et le développement local».

Y ont pris part les représentants des organisations des jeunes venant des 18 communes d’intervention du projet et les délégués régionaux de la jeunesse des trois chefs-lieux des régions concernées, soit au total 72 participants à Garoua (24% de femmes), 61 à Maroua (38% de femmes) et 66 à N'Gaoundéré (20% de femmes).

Ces rencontres ont permis, entre autres, de mener des réflexions sur l’entreprenariat et le leadership des jeunes, l’engagement des jeunes femmes, le dialogue intergénérationnel, les devoirs et droits des jeunes; d'élaborer des idées pour une meilleure implication des jeunes dans le processus de développement local et la promotion de la paix; de donner aux jeunes l’opportunité de s’informer sur les possibilités qui leur sont offertes par le MINJEC et d'exprimer leurs idées et besoins; de formuler les recommandations en faveur de l’allègement des procédures de création des entreprises, l’amélioration de la communication et la sensibilisation sur les programmes et opportunités existants en faveur des jeunes, d'arreter le principe de consultation des jeunes dans les processus décisionnels, ainsi que la création des conseils municipaux des jeunes./

Editorial Sections:

Author