Délégation de l'Union Européenne en République du Cabo Verde

Djibouti et l'UE

11/05/2016 - 16:21
EU relations with Country

L’un des plus petits États d’Afrique, avec une population estimée à 820 000 habitants, la République de Djibouti bénéfice d’un taux de croissance élevé mais fait face à un défi sur le plan du développement durable et partagé. L’Union Européenne y est le principal bailleur de fonds, intervenant exclusivement sous forme de dons, avec pour priorités les domaines de l’eau, de l’assainissement, de la résilience et de la sécurité alimentaire. La promotion de la paix et de la sécurité dans la région est également au cœur de l’engagement européen puisque l’opération Atalante de lutte anti-piraterie a sa base logistique à Djibouti.

L’Union européenne et la République de Djibouti travaillent ensemble à la stabilisation de la Corne de l’Afrique, notamment dans le cadre de l’AMISOM, de l’opération Atalante, et, jusqu’à récemment, de la mission Eucap Nestor. L’UE et Djibouti encouragent conjointement l’IGAD à devenir plus forte et plus efficace dans des domaines comme la paix et la sécurité et l’intégration régionale.

Dans le cadre des réunions de dialogue politique prévues par l’article 8 de l’accord de Cotonou, mais aussi par des démarches et contacts divers, l’UE et ses États membres promeuvent à Djibouti les valeurs de démocratie, d’État de droit et de respect des libertés publiques.

Principaux aspects des relations entre l’UE et Djibouti

Pour le 11e Fonds européen de développement (FED), le Programme indicatif national (PIN) est aligné sur les objectifs de la stratégie à long terme «Vision Djibouti 2035» et du programme national de sécurité alimentaire (PNSA). Compte tenu des contraintes majeures sur les ressources naturelles de Djibouti, l’UE a choisi de concentrer les fonds alloués (105 millions d’euros) aux secteurs de l’eau, de l’assainissement et de la sécurité alimentaire afin d'apporter une réponse aux défis structurels du pays et d’élaborer une stratégie de sortie de l’aide humanitaire. Cela permet aussi de venir en aide aux populations les plus démunies dans une optique de développement.

Le programme précédent du 10e Fonds européen de développement (FED) mettait l’accent sur le secteur «Eau, assainissement et énergie». L’UE s’est montrée très active dans ces domaines depuis le début de ses relations avec Djibouti. En effet, l’accès à l’eau potable a toujours été une priorité, ainsi que le traitement des eaux usées, considéré comme l’un des principaux enjeux environnementaux pour le pays et sa capitale.

Par ailleurs, l’UE est très engagée, à Djibouti et dans la région, en faveur de la promotion de la paix et la sécurité, en particulier dans le domaine de la sécurité maritime. Plusieurs initiatives d’envergure sont en cours pour appuyer les efforts du pays dans la lutte contre la piraterie. La plus connue d’entre elles est actuellement l’opération Atalante, qui met en commun les forces de plusieurs États membres sous la bannière européenne.

Djibouti participe aussi aux négociations entre l’UE et les pays d’Afrique orientale et australe en vue de créer un partenariat économique. Djibouti n’est pas signataire des accords de partenariat économique (APE) de l’UE, mais des discussions doivent être menées avec les États admissibles afin de les inciter à signer ces accords.

Le gouvernement djiboutien a annoncé vouloir entreprendre une réforme des établissements publics pour améliorer leur efficacité sur le plan de la gestion économique et financière. Il s'agit, en particulier, de moderniser les règles de gouvernance des entreprises et des établissements publics (EEP), en renforçant l’autonomie de leur gestion dans une optique visant à la fois la transparence, l’efficacité et la responsabilité des organes de direction.

Dans le cadre du projet PEPER, «Production d'Eau Potable par Dessalement et Énergie Renouvelable», la convention de financement prévoit un volet d’appui aux réformes sectorielles de l'eau et l'électricité. Ces réformes visent la viabilité technique et financière des deux EEP (Office National de l'Eau et de l'Assainissement de Djibouti - ONEAD et Électricité De Djibouti - EDD). Dans ce cadre, des audits organisationnels, techniques et financiers devraient être effectués.

Djibouti est membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), et accorde au moins le traitement NPF - clause de la nation la plus favorisée : égalité de traitement pour les autres - à tous ses partenaires commerciaux. Le pays a pris des engagements en matière de commerce des marchandises et des services. Djibouti n’est signataire d’aucun des accords plurilatéraux de l’OMC.

Depuis décembre 2013, lors de la Conférence ministérielle de Bali, les membres de l’OMC, dont Djibouti, ont conclu les négociations de l’accord sur la facilitation des échanges (AFE). Cet accord entrera en vigueur dès que les deux tiers des membres de l’OMC l’auront ratifié. L’AFE vise à accélérer la circulation des marchandises, y compris des marchandises en transit. Il prévoit notamment des mesures en vue d’une coopération plus effective entre les douanes et autres autorités compétentes.

Autres accords et arrangements

Djibouti est membre de l’IGAD, du COMESA et de l’Union africaine et participe aux initiatives africaines d’intégration à l’échelle continentale. Bien que Djibouti ait ratifié l’accord sur le système des préférences commerciales entre les États membres de l’Organisation de la coopération islamique, il n’a pas pris d’engagements importants pour démanteler ses barrières tarifaires ou non tarifaires. Djibouti est en train de négocier une zone de libre-échange sous la Ligue arabe. 

Le point de contact ECHO pour Djibouti se trouve placé auprès de la Délégation de l’Union européenne au Kenya:

ECHO Regional Support Office

Britak Centre, Ragati Road
P.O. Box 49991 - 00100
Nairobi, Kenya
Tél.: 254 020 2715440 / 2722795 / 2713020
Fax: 254 020 2712695
E-mail: echo-nairobi@eeas.europa.eu

Languages:
Rubriques éditoriales: