Delegation of the European Union to Burkina Faso

Le Programme jeunesse, formation professionnelle, emploi

21/05/2018 - 19:14
Notícias

Former et accompagner les jeunes vers des emplois stables et durables, c’est l’objectif d’une série de projets et programmes financés par l’Union européenne à travers le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique.

Novembre 2017, Ouagadougou. La salle des banquets du quartier Ouaga 2000 s’est transformée en une grande « maison des jeunes ». Nous sommes en plein « États généraux de la jeunesse » : trois jours de rencontres et de débats, en présence de 900 jeunes issus des 13 régions du Burkina Faso et de la diaspora, ainsi que des acteurs clés des secteurs socio-économiques et politiques. « La participation des jeunes aux actions de développement est l’un des principaux défis de gouvernance auxquels sont confrontés les pays africains dont le Burkina Faso » explique Brice Yogo, Secrétaire général du Ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelles. Pendant 72h les jeunes vont se succéder à la tribune pour expliquer leurs problématiques, leurs réalités et les actions gouvernementales qu’ils souhaitent que l’on mette en place. Objectif global : élaborer une stratégie nationale pour la formation et l’emploi des jeunes dans les domaines professionnel, technique et entrepreneurial (2018-2027). Ces états généraux se veulent une réponse efficace au malaise des jeunes, dans un contexte sous régional marqué par l’insécurité alimentaire, le manque de perspectives économiques et les défis sécuritaires. Conséquence : le Burkina Faso, comme ses voisins, n’échappe pas au déplacement de sa population, en particulier les jeunes en recherche d’un avenir meilleur. Pour lutter contre cet exode et mieux impliquer les jeunes dans les processus de gouvernance, La Voix des Jeunes du Sahel joue un rôle moteur au Burkina Faso. Ce projet mis en œuvre par le Centre pour le Dialogue Humanitaire (HD), cofinancé par le Royaume du Danemark et l’Union européenne, vise à améliorer les politiques nationale et sous régionale en faveur de la jeunesse, en structurant les mécanismes de dialogue entre les jeunes et les institutions aux niveaux local, national, sous régional et international. Ce projet contribue aussi à l’élaboration de la stratégie intégrée de jeunesse dans l’espace du G5 Sahel.

Consciente de la nécessité d’appuyer les acteurs locaux afin de stabiliser ces populations sur leurs territoires et de limiter les risques de migrations irrégulières et de radicalisation des jeunes désœuvrés, l’Union européenne a décidé d’aller plus loin et de financer toute une série de projets et programmes d’appui. Pour ce faire elle utilise un instrument spécial et dédié : le Fonds Fiduciaire d’Urgence pour l’Afrique (FFU). Ce fonds est destiné, entre autres, à des programmes de coopération intervenant prioritairement en faveur de la jeunesse et des femmes et en leur permettant d’accéder à de l’emploi ou des formations professionnalisantes. « Le Fonds fiduciaire d’urgence est un instrument ad’hoc d’actions rapides avec impact, dans des zones difficiles » précise le Chef de la coopération de la Délégation de l’Union européenne au Burkina Faso, Thierry Barbé. Un accent particulier est mis sur les régions frontalières avec le Mali et le Niger. Toute une série d’actions sont déjà effectives.

L’un de ces programmes est mis en œuvre par Expertise France. Il intervient spécifiquement dans les régions de la Boucle du Mouhoun, du Nord et du Sahel. Ces trois régions sont les plus vulnérables du Burkina Faso en termes de manque d’infrastructures électriques et routières, d’équipements sanitaires, d’accès à la formation professionnelle, aux financements et à l’accompagnement à la création d’entreprise (Source Etude SIMAQ pour Expertise France - menée du 20 au 29/09/2017 dans 67 villages).

Ce programme de 7 millions d’euros sur trois ans vise à créer 10 000 emplois durables, former 10 000 jeunes et femmes à des métiers qui répondent à une demande et renforcer 80 organisations de la société civile (OSC) et partenaires de mise en œuvre du programme. Des unités mobiles de formation qui se déplaceront dans les villages sont notamment envisagées. Les actions permettront également, via un appui spécifique au développement de micro et petites entreprises, de favoriser la création d’emplois dans des filières porteuses. Le 16 janvier dernier, Expertise France a lancé son premier appel à propositions à destination des OSC locales pour un montant de 2,5 millions d'euros. Les projets des OSC devront être innovants, axés sur des filières porteuses d’emplois et cibler les publics les plus vulnérables (jeunes et femmes n’ayant jamais eu accès à des formations).

La coopération italienne intervient dans la Province du Séno en vue d'augmenter les revenus des jeunes et des femmes. Pour cela, le programme s’attache à développer des activités génératrices de revenus à travers la promotion de microentreprises et de petites entreprises. Le projet concerne directement 120 000 personnes avec à terme, la population entière de la Province du Séno, soit près de 260 000 personnes. En février 2018, l'Ambassade d'Italie à Abidjan, en charge de la réalisation de ce projet, a lancé un appel à propositions destiné aux ONG internationales, qui leur permettra de mettre en place une partie des activités prévues par le projet.

Le Centre International du Commerce, quant à lui, via son initiative mode éthique (EFI) appuie, au Burkina Faso et au Mali, toutes les étapes de la chaine de valeur du tissage artisanal, de l'égrenage du coton jusqu'à la transformation des tissus en produits finis et leur exportation à l'international. EFI facilite le lien commercial entre les petits artisans locaux et les grandes maisons de mode de réputations internationales. Via leur entreprise sociale CABES (Commerce et Artisanat pour le Bien-Être Social), les artisans ont pu accéder aux marchés internationaux et valoriser le patrimoine ancestral des deux pays

Secções editoriais: