Delegation of the European Union to Burkina Faso

Newsletter "La Lettre de Ouaga", de la Délégation de l'Union européenne au Burkina Faso, février 2018

22/02/2018 - 16:18
Newsletter de la Délégation de l'Union européenne - Burkina Faso

Chères lectrices, chers lecteurs, Vous trouverez ci-dessous notre dernier numéro de "La lettre de Ouaga", éditée ce mois de février 2018, qui présente les temps forts de nos actions au cours du derniers trimestre 2017, Bonne lecture!

La fin de l'année 2017 a été marquée par cinq événements importants pour les relations entre l'Europe et le Burkina Faso, qui illustrent la densité de notre coopération :

D'abord, le sommet UA-UE (Union africaine-Union européenne), qui s'est tenu à Abidjan les 29 et 30 novembre dernier avec une cinquantaine de Chefs d'Etat et de Gouvernement d'Europe et d'Afrique -dont le Président
Kaboré- a jeté les bases d'un nouveau partenariat entre les deux continents. Les orientations fixées à Abidjan sur la paix, la sécurité, l'investissement, le capital humain, la mobilité et les migrations vont permettre de définir des plans d'actions pour les années à venir dans les domaines identifiés comme prioritaires par les deux ensembles. Ceci définira le cadre nouveau de la coopération entre l'Europe et le Burkina Faso. A suivre donc !

Ensuite, dans le champ de la sécurité, le Forum national de la sécurité, à l'automne 2017 a lancé un processus important de réforme du secteur de la sécurité (RSS), que l'Europe est disposée à accompagner. Parallèlement, le processus d'opérationnalisation de la Force Conjointe du G5 Sahel, que l'UE soutient déjà à hauteur de 50 M€, s'est accéléré avec l'objectif d'une mobilisation accrue de la communauté internationale, qui doit se concrétiser lors de la conférence de haut niveau pour la sécurité et le développement au Sahel, le 23 février 2018 à Bruxelles.

C'est fin novembre qu'a eu lieu l'inauguration de la centrale solaire de Zagtouli, cofinancée par la France et l'Europe, qui va permettre tout à la fois de distribuer plus d'électricité à davantage de ménages, à un moindre coût, tout en contribuant à la lutte contre le changement climatique. Ce projet-pilote pour toute l'Afrique de l'Ouest, et qui sera suivi par d'importants projets multi-bailleurs pour le renforcement des interconnexions électriques avec les pays voisins, illustre bien ce que nous, Européens, souhaitons faire pour accompagner les priorités du Gouvernement burkinabè dans le domaine de l'accès à l'énergie et du développement de l'économie verte.

Le 13 décembre 2017, à Bruxelles, une réunion du Fonds fiduciaire d'urgence de l'UE pour l'Afrique (FFU), a adopté un nouveau paquet substantiel de décisions en faveur du Burkina Faso, avec en particulier la validation d'un appui budgétaire sur deux ans de 50 M€ au Plan d'Urgence pour le Sahel (PUS), lancé l'été dernier par le Gouvernement burkinabè. Ces appuis viennent en sus de l'aide programmée par l'UE au pays dans le cadre du Programme indicatif national.

A la mi-décembre, enfin, le Gouvernement burkinabè et la DUE ont fait le point de la mise en oeuvre des politiques publiques du pays appuyées par les quatre grands programmes d'aide budgétaire de l'UE – dans les domaines de la gouvernance, de la santé, de l'agriculture, de l'eau et de l'assainissement-, pour un montant total l'an dernier de plus de 80 M€ (53 milliards de FCFA), avec la perspective d'une augmentation cette année, si tous les critères sont respectés, pour accompagner la mise en oeuvre du PNDES jusqu'en 2020.
Les jalons sont posés. Souhaitons-nous en 2018 d'avoir la constance et l'énergie nécessaires pour que tous ces programmes délivrent au bénéfice de la population burkinabè.

Bonne lecture !


Jean LAMY, Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne auprès du Burkina Faso