Délégation de l'Union européenne au Burkina Faso

L’Union européenne soutient le FESPACO et le secteur de la culture au Burkina Faso

27/02/2017 - 13:18
News stories

Ce mois de février 2017, M. Stefano Manservisi, Directeur général du Développement et de la Coopération internationale de la Commission européenne, effectue une visite officielle au Burkina Faso. A cette occasion, outre ses rencontres de travail avec le Gouvernement Burkinabè, M. Manservisi participe aux temps forts du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), que l'Union européenne finance cette année pour un montant de 390.000 EUR (256 millions FCFA), à travers un appui à l'organisation du festival, un prix spécial UE-ACP, et un soutien aux activités organisées lors du Festival.

Conférence inaugurale du Marché professionnel du FESPACO (MICA) intitulée « Audiovisuel et innovation : entreprenariat, financement et interactivités, les clés de l’accès au marché»

L'Union européenne est un partenaire historique du FESPACO depuis plusieurs décennies. Ce soutien au cours des éditions passées a permis notamment le développement du Marché International du Cinéma et de la Télévision africains (MICA), dont l’importance croissante a fait du Burkina Faso, avec l’Afrique du Sud, un des pôles commerciaux de cette filière sur le continent africain. Il a aussi permis l'accroissement de la visibilité internationale du FESPACO, festival mondialement reconnu.

L’édition 2017 du FESPACO, intitulée  « Formation et métiers du cinéma et de l'audiovisuel »,  offre cette année une large sélection de films en longs-métrages,  séries TV, courts métrages, documentaires et  films d’école, la 18è édition du Marché international du cinéma et de la télévision africain (MICA), organisée par le Programme ACP Culture+, et d'autres activités culturelles.

En plus du soutien logistique, l’appui de l’UE au FESPACO via le Programme ACP-Culture+ se traduit par trois actions majeures :

- la remise d’un prix UE/ACP, d’une valeur globale de 15000 Euros (10 millions de FCFA), pour aider à la diffusion des œuvres ACP primées par le Palmarès du Festival (dans les catégories court-métrage, documentaire et long métrage);

- l'organisation de la Conférence inaugurale du Marché professionnel du FESPACO (MICA) intitulée « Audiovisuel et innovation : entreprenariat, financement et interactivités, les clés de l’accès au marché», que M. Manservisi inauguré et animé avec M. Tahirou Barry, Ministre de la Culture du Burkina Faso ;

- l'organisation, en collaboration avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), d’une rencontre professionnelle autour du thème de la formation aux métiers du cinéma, impliquant des écoles soutenues par le Programme ainsi que des décideurs politiques.

 

M. Manservisi, les collègues de l'UEet les artistes invités

Le soutien de l’UE au Fespaco s’inscrit dans le cadre d’un soutien plus général de l’Europe au Burkina Faso dans le domaine de la culture, que la visite de M Manservisi à Ouagadougou devrait permettre d’accompagner davantage encore, dans le cadre du renforcement en cours du partenariat multiforme entre l’UE et le Burkina Faso. Pour mieux s'imprégner des besoins du monde culturel burkinabè, M. Manservisi a rencontré le 27 février 2017,des artistes de diverses disciplines : la musique, les arts cinématographiques, les arts plastiques et la mode. Les échanges d'idées ont été fructueux et se poursuivent, en vue d'un soutien adapté.

M. Manservisi à l'Association Zoodo des femmes tisseuses  de Ouagadougou

Au cours de sa visite officielle, M. Manservisi a visité le 27 février 2017, des centres de tissages soutenus par le projet "Création d’emplois équitables et développement durable de microentreprises à travers  la gestion responsable et éthique de chaines de valeur spécifiques liées aux secteurs de la Mode, du « lifestyle » et de l’aménagement d’intérieur au Burkina Faso et au Mali" –  mis en place par l‘ITC et plus spécifiquement, par son initiative de mode éthique, l’Ethical Fashion Initiative, qui a pour but de réduire la pauvreté en connectant des communautés d’artisans défavorisés de pays en développement à la chaine de valeur de la mode internationale haut de gamme. Le projet est financés par l'Union européenne pour un montant de 10 millions d'euros.

Rubriques éditoriales: