Délégation de l'Union européenne au Bénin

Revue du Secteur Agricole, Gestion 2018

27/09/2019 - 12:49
News stories

La revue du secteur agricole (gestion 2018) a eu lieu le 26 septembre 2019, à Cotonou en présence du Ministre de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche (MAEP), du Chef de la Coopération de la Délégation de l'Union européenne au Bénin, du Président de la Plateforme Nationale des Organisations Paysannes et producteurs agricoles (PNOPPA), du Vice-président de la Chambre Nationale d'Agriculture (CNA). Cette revue permet d'examiner en profondeur les progrès enregistrés dans le secteur. Au nom des Partenaires Techniques Financiers du secteur, le Chef de la Coopération de la Délégation de l'Union européenne au Bénin, M. Ruben Alba Aguilera a salué les efforts du Gouvernement de reconnaître et de positionner le secteur agricole comme la pièce maîtresse de la mécanique du développement de l'économie nationale et la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il invite à continuer d'œuvrer pour une agriculture intelligente face au climat et qui assure un avenir meilleur aux acteurs agricoles. Pour plus d'informations, vous trouverez ci-après, le discours prononcé.

Je voudrais tout d'abord saluer la participation de tous les acteurs à ce grand rendez-vous du secteur agricole. Votre présence ici, témoigne de l'intérêt que vous portez au développement du secteur et de votre engagement au processus de réforme qui caractérise cette période de changement.

Cet exercice est désormais intégré à notre calendrier annuel de travail et il nous appartient d'en faire une rencontre fructueuse et utile qui nous permet d'examiner en profondeur les progrès enregistrés dans le secteur.

Mesdames, Messieurs, Chers Invités,

Au nom des Partenaires Techniques Financiers du secteur, je voudrais saluer les efforts du Gouvernement de reconnaître et de positionner le secteur agricole comme la pièce maîtresse de la mécanique du développement de l'économie nationale. Les réformes entreprises depuis 2017 sont assez éloquentes et montrent la place essentielle que l'Agriculture occupe dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la relance de l'économie, gage de stabilité sociale.

Il n’y a aucun doute que le secteur agricole demeure le levier majeur du développement de l’économie béninoise, si l’on sait par exemple qu’il a contribué à environ 21.5% du PIB en 2018.

Nous saluons la dynamique imprimée par le Gouvernement qui repose sur le recentrage de l'Etat sur ses fonctions régaliennes et le renforcement du secteur privé dans les fonctions de conseil. Nous apprécions qu'à cet effet, la nouvelle politique agricole s'appuie sur deux piliers, à savoir, la territorialisation de l'agriculture et l'investissement dans l'appareil productif du secteur, essentiellement par les acteurs privés.

Monsieur le Ministre, chers collègues, Mesdames et Messieurs, distingués invités, malgré le laps de temps consacré à leur mise en œuvre, nous pouvons déjà faire le constat que les réformes  commencent par porter des fruits. En effet, elles ont permis d'améliorer sensiblement les performances du secteur au titre de l'année 2018 notamment:

  • Une tendance ascendante de la production en général par rapport à la campagne précédente ;
  • Une réduction sensible du taux de prévalence de la malnutrition chronique des enfants de moins de 5 ans qui s'établit à 32% ;
  • Une meilleure contribution à la croissance économique de 1,2% ;
  • Une augmentation de la production des cultures de rente avec des records historiques pour le coton, l'anacarde et l'ananas.

On note aussi un accroissement de la contribution des PTF au financement du secteur agricole de 49% par rapport à 2017.

Nous souhaitons voir la mise en œuvre des réformes se poursuivre dans la même dynamique et avec la même tendance à la hausse des résultats afin que l'agriculture béninoise contribue à l'éradication de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle tant au niveau national qu’au niveau sous régional.

Mesdames, Messieurs, Chers Invités,

Au nom des PTF du secteur, je voudrais vous inviter à ne ménager aucun effort et à tirer avantages des exigences qui requièrent la mise en œuvre harmonieuse et méthodique de toutes les réformes pour un secteur agricole créateur d'emplois.

Je voudrais souligner qu'il est nécessaire aujourd'hui, de passer à une vitesse supérieure pour que les réformes en cours de maturation prennent vie de façon concrète sur le terrain. Il s'agit notamment de:

  • l’opérationnalisation effective du Fonds National du Développement Agricole ;
  • le vote de la loi d’orientation agricole ;
  • l’opérationnalisation du code pastorale ;
  • le vote de la loi sur les interprofessions.

Pour cela il faudra aussi trouver des solutions durables au problème de fermeture des frontières avec le Nigéria.

Nous sommes dans la semaine diplomatique pour le climat et je m'en voudrais de ne pas placer un mot à ce sujet.

Le dernier rapport du groupe des experts sur le climat paru le 08 août 2019, mentionne je cite : «Nous vivons sur une Terre nourricière, tempérante, protectrice. Mais à épuiser ses ressources, à exploiter trop intensivement ses sols et ses forêts, nous mettons en péril, non seulement notre capacité à faire face au réchauffement, mais aussi nos conditions de vie et de subsistance. Il est donc urgent d’adopter, à l’échelle mondiale, une gestion des terres plus durable. » Fin de citation.

Je nous invite à continuer à œuvrer pour une agriculture intelligente face au climat et qui assure un avenir meilleur aux acteurs agricoles.

Aussi, n'économisons pas nos efforts, aujourd'hui et demain, pour faire du secteur agricole l'un des grands piliers de la stabilité sociale et de la croissance économique du Bénin.

Vive la Coopération Internationale,

Vive l’agriculture béninoise

Je vous remercie.

 

Rubriques éditoriales: