Delegation of the European Union to Australia

Remarques de la haute représentante/vice-présidente Federica Mogherini lors de la conférence de presse suivant le 15ème Conseil d'Association entre l'Union européenne et la Tunisie

Bruxelles, 17/05/2019 - 16:00, UNIQUE ID: 190517_26
Remarks

Remarques de la haute représentante/vice-présidente Federica Mogherini lors de la conférence de presse suivant le 15ème Conseil d'Association entre l'Union européenne et la Tunisie

Seule la version prononcée fait foi!

C'est un plaisir pour moi de recevoir à nouveau mon ami Monsieur le Ministre des affaires étrangères de la Tunisie [Khemaies Jhinaoui], à Bruxelles à l'occasion de la 15ème session du Conseil d'Association entre l'Union européenne et la Tunisie.

La réunion d'aujourd'hui nous a permis de passer en revue les divers secteurs de notre partenariat privilégié. Je suis contente de constater les progrès réalisés au cours de cette année qui a été particulièrement fructueuse.

Nous avons longuement abordé la priorité que j'estime être la plus importante de notre partenariat: le soutien aux ambitions de la jeunesse tunisienne.

Je suis heureuse d'annoncer que nous avons signé aujourd'hui un financement de 60 millions d'euros à travers le programme conjoint EU4Youth, en faveur de la jeunesse, et plus spécifiquement de la jeunesse défavorisée à travers l'inclusion économique, sociale et politique.

Je suis également fière que notre objectif de tripler les bourses Erasmus+ pour favoriser la mobilité des jeunes étudiants et chercheurs tunisiens a été réalisé. Des milliers de jeunes tunisiens pourront donc maintenant bénéficier de cette opportunité.

Notre coopération et nos rapports économiques sont désormais solides. Cette année, l'engagement financier de l'Union européenne faveur de la Tunisie a atteint 305 millions d'euros en dons.

Nous avons également confirmé aujourd'hui notre volonté de poursuivre la coopération dans des domaines aussi variés que le transport, l'environnement, l'énergie, la recherche et l'innovation, et la protection civile.

La Tunisie a notamment le potentiel de devenir un pôle nord-africain pour les technologies numériques. L'Union européenne est prête à renforcer son soutien, y compris à travers l'action de notre Global Tech Panel.

La Tunisie constitue pour nous un exemple précieux, surtout dans la région, en termes de consolidation démocratique. L'Union européenne reste engagée en soutien aux réformes structurelles dans les domaines économique et social. Nous poursuivrons notre engagement, notamment à travers un appui approuvé aujourd'hui à l'Instance Supérieure Indépendante pour les Elections en perspective des élections à venir cette année.

Un mot sur l'Accord de Libre Echange Complet et Approfondi, l'ALECA.

Nous avons confirmé notre souhait de poursuivre les négociations. Nous pensons que l'ALECA pourrait aider la Tunisie à diversifier son économie, à accroitre sa compétitivité et à développer ses exportations vers l'Union européenne, son plus grand partenaire commercial.  

De notre côté, nous allons continuer à appuyer la Tunisie, comme nous le faisons déjà, pour assurer le développement inclusif et durable, et la relance de l’économie, notamment la mise à niveau de l'industrie et le renforcement de la compétitivité de son agriculture.

Nous nous félicitons aussi de l'adoption récente de la Loi sur la Cour des Comptes. Cette loi est une condition nécessaire pour le déboursement de la deuxième tranche de 150 millions d'euros de notre assistance macro-financière. La Commission européenne travaille maintenant activement afin de faciliter cette opération dans les meilleurs délais. 

Finalement, la Tunisie et l'Union européenne partagent aussi le même objectif de renforcer la stabilité, la sécurité et la paix dans la région – une région que nous partageons. Nous avons notamment discuté de la situation en Libye, dans le Maghreb, et au Moyen-Orient.  

Nous avons également abordé les questions de migration sur lesquelles nous avons confirmé notre volonté de maintenir une coopération très étroite.

Notre engagement envers les Tunisiens, et l'avenir de la jeunesse spécifiquement, demeure constant pour accompagner l'établissement d'un état de droit démocratique durable, d'un pays sûr et prospère.

Nous avons aujourd'hui non seulement partagé l'analyse du travail et du chemin parcouru ces dernières années mais nous avons également discuté de notre plan de travail très intense.

Je voudrais remercier le Ministre [Khemaies Jhinaoui], les autorités et le peuple tunisien pour la bonne coopération et les bonnes perspectives de coopération pour le futur.

Lien vers les remarques: https://audiovisual.ec.europa.eu/en/video/I-172251

Q&A

Q. Ni l'un ni l'autre n'a évoqué les visas et je sais qu'il y a un accord en cours de négociation. Où en est-on dans ces négociations?

Nous sommes en train non seulement de négocier l'accord de libre-échange comme le Ministre l'a justement rappelé, mais aussi un accord sur les visas. Les négociations – comme toutes nos conservations et échanges – se poursuivent dans une atmosphère constructive et positive.

Les négociations se poursuivent ces prochaines semaines et nous espérons d'arriver à une conclusion positive dans le plus court délai possible.

Q. A la vue des discussions que vous avez eues avec Mr [Fayaz el-] Sarraj [Chef du Gouvernement libyen d’union nationale] et Mr [Ghassan] Salamé [Envoyé Spécial des Nations Unies pour la Libye] ces derniers jours, et les discussions d'aujourd'hui, avez-vous l'impression qu'il y a un peu de réalisme aujourd'hui de ce qui pensent que la solution est militaire et que le conflit a baissé d'intensité ces derniers jours? Ou cette baisse d'intensité est passagère et on est loin de la reprise politique?

Il est vrai que ce fut une semaine beaucoup dédiée à la situation en Libye et au Sahel à Bruxelles – nous en avons aussi discuté avec le Ministre [Khemaies Jhinaoui], avec un effort de la part de l'Union européenne – effort que la Tunisie partage, nous sommes ici du même côté – d'essayer d'inviter à la rationalité, au réalisme comme vous l'avez dit.

Nous savons très bien, surtout en tant que voisins de la Libye – la Tunisie mais aussi l'Europe – que la seule solution pour la Libye est une solution politique avec une inclusion du processus qui est fondamentale pour la soutenabilité de la solution.

Nous le savons très bien dans la région, nous le savons très bien en Tunisie, nous le savons très bien en Europe, et c'est pour cela que nous avons du côté européen – mais je comprends que le message est partagé par la Tunisie – poussé premièrement à un cessez-le-feu, parce que la priorité est d'éviter la perte de vies humaines et que le chaos ne s'accroisse dans le pays - ce qui serait premièrement bien sûr négatif pour les Libyens mais aussi pour toute la région à partir de la Tunisie et de l'Europe – mais surtout pour que le processus politique puisse recommencer.

Nous nous sommes rappelés avec le Ministre qu'à la fin mars, nous étions tous les deux à Tunis à l'occasion du sommet de la Ligue des Etats arabes, où nous avons longuement discuté, surtout avec le Secrétaire Général des Nations Unions Antonio Guterres, avec Ghassan Salamé [Envoyé Spécial des Nations Unies en Libye] mais aussi avec nos partenaires de la Ligue des Etats arabes et de l'Union africaine sur la nécessité d'investir toutes nos ressources politiques mais aussi financières du côté de l'Union européenne pour soutenir ce processus d'engagement politique inclusif avec une conférence nationale qui devait se tenir quelques jours après.

Nous n'avons pas changé depuis dans le sens où nous croyons encore que la seule façon de sortir la Libye d'une phase de chaos est le processus politique inclusif sous la direction des Nations Unies.

Je ne suis pas en mesure de dire aujourd'hui si cette possibilité est plus réaliste aujourd'hui qu'hier ou qu'il y a une semaine - je l'espère. Parce que nous ne voyons aucune autre possibilité réaliste de sortie de cette crise.

Je pense que le plus tôt tout le monde en Libye mais aussi autour comprendra que c'est la seule possibilité d'éviter la perte de vies humaines et le chaos dans un pays clé pour plusieurs régions, le mieux cela sera pour tout le monde.

Lien vers les Q&R: https://audiovisual.ec.europa.eu/en/video/I-172252

Équipes éditoriales: