Delegation of the European Union to Algeria

Lebanon: Remarks by the High Representative/Vice-President Josep Borrell during his visit to the country

Beirut, 19/06/2021 - 13:29, UNIQUE ID: 210619_4
Remarks

Check against delivery!

Good morning,

I am very happy to be here in Lebanon again, because a couple of years ago I was here as Foreign Affairs Minister of Spain and I had also the honour to be received by the President of the Republic [Michel Aoun]. But this is my first visit to Lebanon as European Union High Representative.

Lebanon is a neighbour, and close, long-standing partner of the European Union. We are very concerned by the current economic and political crises that Lebanon is facing. I am here today to express, on behalf of the European Union, our solidarity and support to the Lebanese people, but also our concern to their political authorities.

We, in the European Union, are ready to do our part to provide continued support to Lebanon and to its people. In 2020, last year, we provided 333 million euros in assistance to Lebanon. This means almost one million euros every day. Together with the United Nations, we have established a framework to help the Lebanese people directly. We have several other instruments at our disposal to help the Lebanese government, and we are willing to mobilise them as soon as we see tangible progress on the necessary reforms.

We cannot provide this help without progress on the reform process. Reforms that the country needs to undertake to overcome the current crisis. So, let me be clear: we have the resources and the willingness to help more. But in order to help more, we need the process of reforms to continue, to accelerate and to be able to overcome the current situation. Let me put an  example, as soon as an International Monetary Fund (IMF) programme will be in place, we will be able to look at concessional lending and guarantees, provide trade measures and a macro-financial assistance programme. This will mean an important amount of money and measures that will help boost the Lebanese economy.

But I also want to pass a message of firmness to all Lebanese political leaders. A message on behalf of all the European Union and also of the Member States. The crisis Lebanon is facing is a domestic crisis. It is a self-imposed crisis. It is not a crisis coming from abroad or from external factors. It is a homemade crisis. It is a crisis done by yourselves. And the consequences for the population are very much dire: 40% unemployment rate and more than half of the population living in poverty. These are dramatic figures.

The Lebanese leadership must take its responsibility and adopt the necessary measures without more delay: a government must be formed and key reforms implemented immediately. We cannot understand that nine month after the designation of a Primer Minster, there is still no Government in Lebanon. Only an urgent agreement with the International Monetary Fund will rescue the country from a financial collapse. In order to avoid a financial collapse, Lebanon needs an agreement with the International Monetary Fund. There is no time to waste. You are at the edge of a financial collapse.

I have just had a moment ago a frank exchange with His Excellency President [of the Republic of Lebanon, Michel] Aoun on these matters and I will continue my discussions with other members of the Lebanese leadership, notably with Prime Minister-designate [Saad] Hariri, with Caretaker Prime Minister [Hassan] Diab and with Speaker of the House [of Representatives, Nabih] Berri.

Let me insist. We stand ready to assist, if this what you want. But if there is further obstruction to solutions to the current multi-dimensional crisis in the country, we will have to consider other courses of action, as some Member States have proposed. The Council of the European Union has been discussing options, including targeted sanctions. Of course we prefer not to go down this route and we hope that we will not have to. But it is in the hands of the Lebanese leadership.

I also want to say a few words on the refugees in Lebanon ahead of the World refugee day, tomorrow. We are going to talk about refugees and we have to praise the Lebanese for all this, for the strong support that the Lebanese people have provided to the refugees. Ahead of the World refugee day tomorrow we have to praise this effort and we are very much aware of the burden the refugee population has placed on Lebanon, notably those that came from neighbouring Syria. Lebanon has been a place of refuge for people fleeing a savage conflict, for the sake of humanity. From the beginning, the European Union has provided substantive support, to both the refugees and the hosting communities and we are ready to do more. We are ready to support more Lebanon, Jordan, Turkey, the countries that are receiving and taking care of the refugees.

Also, on that matter, we trust that the Lebanese authorities will continue to respect the principle of non-refoulement. We will continue providing support for refugees and for Lebanese communities hosting a large part of the refugee population. Let me underline that the economic crisis Lebanon is currently facing is the result of mismanagement, and not linked to the presence of refugees. It is not fair to say that the crisis in Lebanon comes from the presence of refugees.

Another consideration on the Lebanon resources. Despite the brain drain triggered by the crisis, Lebanon has precious human capital. Human capital is the most important capital. And Lebanon can count on it. I am looking forward to my meeting with various activists and civil society organisations –not only with the political leadership and institutions, also with activists and civil society- to listen to their take on the current situation and discuss ways of supporting their efforts.

I think that Lebanon has a vibrant civil society and thanks to this vibrant civil society and to all Lebanese who each day fight for the future of their country, thanks to that, I am convinced there is a way out of the crisis.

Permettez-moi de finir en français, pour faire deux points qui me paraissent importants. D’abord, les élections prévues pour l’année 2022 doivent se tenir dans les délais prévus. Cela n’aiderait pas de repousser les élections. Il faut que les élections aient lieux à la date prévue. Nous sommes prêts à envoyer une mission d’Observation Électorale, évidement si nous recevons une invitation pour le faire. Mais je pense que cela aiderait beaucoup au processus électoral, pour être sûr qu’il se déroule dans le respect des principes démocratiques et que les élections soient « free and fair » (libres et justes).

Les autorités libanaises doivent mener l’enquête sur l’explosion dans le port de Beyrouth d’août dernier, et cette enquête doit produire des résultats. [Presque] un an plus tard, nous sommes toujours dans l’attente des résultats de l’enquête.

Finalement, je voudrais souligner le fait que je suis ici au Liban en tant qu’ami, en tant que représentant d’un ami -l’Union européenne-, qui est un ami du peuple libanais et du Liban. Et les vrais amis se disent les choses sincèrement. Si le Liban est prêt à prendre ses responsabilités, l’Union européenne fera sa part. Nous sommes vraiment disposés à augmenter notre aide et à soutenir le Liban. J’espère avoir l’occasion de pouvoir le faire.

Merci, shukran.

 

Q&A

Q. Je voudrais savoir s’il y aura un plan d’aide humanitaire pour le peuple libanais qui agonise. Il y a-t-il un délais ? Serait-il à travers l’État, les institutions o bien à travers la société civile ? Deuxièmement, les personnes et leaders libanais qui seront visés par ces sanctions, est-ce que c’est clair qui seront ces personnages et quels seront ces critères?

Pour l’aide [humanitaire], je ne vais pas répéter ici la liste des ressources que l’Union européenne a déjà fourni au Liban. Nous sommes en train de parler de presque un million d’euros par jour, l’année dernière. Et nous avons augmenté cette quantité et nous serions prêts à les augmenter s’il y a un accord avec le Fonds Monétaire International.

On ne peut pas déclencher une assistance macro-financière, on ne peut pas déclencher l’aide budgétaire s’il n’y a pas un accord préalable avec le Fonds Monétaire International. Il faut un accord avec le Fonds Monétaire International qui peut se faire. L’actuel cabinet ne peut pas signer un accord avec le Fonds Monétaire International. L’actuel cabinet ne peut pas s’engager dans des réformes avec le Fonds Monétaire International. Il peut préparer le travail, il doit préparer le travail de façon à ce que le nouveau cabinet puisse le signer, mais [l’actuel cabinet] ne peut pas le signer, il est un « caretaker government » (un gouvernement intérimaire) et ne peut pas engager le [prochain] gouvernement dans des questions fondamentales, mais il peut travailler de façon à ce que le nouveau cabinet, quand il vient, trouve la tache déjà préparée, et qu’il ne doive pas commencer le travail, nous pouvons déjà le faire maintenant.

L’aide budgétaire va au budget. C’est une assistance macro-financière pour le gouvernement. Mais nous avons mis en place, et nous sommes prêts à développer, des aides qui vont directement à la société civile. Après l’explosion du port de Beyrouth, j’ai été frappé par les gens qui nous demandaient d’acheminer les aides directement aux gens, d’acheminer les aides directement à la société civile. Et nous avons fait le possible pour pouvoir le faire. Gardez ce chiffre en tête, presque un million d’euros par jour l’année dernière [en aide humanitaire de l’UE].

Par rapport aux sanctions, les sanctions ne font pas la politique, nous souhaiterions ne pas avoir à les appliquer. Ce n’est pas dans l’intérêt de nos relations, mais la question a été posée et nous en discutons. Il n’y a rien de décidé. Cette visite, qui se tient avant le Conseil des Affaires Étrangères de Lundi prochain au Luxembourg fait partie de l’effort pour voir de quelle façon nous pouvons aider, de quelle façon nous pouvons aller de l’avant. Les sanctions sont sur la table, nous en discutons, il n’y a rien de décidé, et j’aimerais bien qu’il ne faille pas en décider.

Q. Mais est-ce que vous êtes venu pour imposer des sanctions aux politiciens libanais qui entravent la formation du gouvernement ? Qui sont ces politiciens ? Vous avez vu le Président [Michel] Aoun, est-ce qu’il est un de ces politiciens qui entravent la formation du gouvernement?

Je suis un ami et je ne suis pas un procureur. Je ne suis pas venu pour mettre personne sous accusation. Je suis venu pour mieux comprendre, pour me renseigner, pour parler avec les acteurs et pour savoir quelles sont les difficultés.

La procédure des sanctions est une procédure longue qui mérite et a besoin d’être bien renseignée pour savoir qui fait quoi et qui ne fait pas quoi. Donc ça c’est une visite d’un ami qui vient savoir quelles sont les difficultés du Liban, pour comprendre quels sont les problèmes qui paraissent insurmontables jusqu’à maintenant, pour essayer de trouver une solution. Ne me voyez pas comme quelqu’un qui vient pour pointer du doigt, mais quelqu’un qui vient pour mieux connaitre la situation, les problèmes et les solutions.

Q. Comment décrivez-vous la conduite de la classe politique libanaise et par conséquence la situation actuelle au Liban?

Nous croyons que, comme j’ai dit au début, qu’une partie très importante de la crise au Liban c’est une crise auto-libanaise, une crise qui est le résultat…

Follow-up question. Qui a fait cette crise?

Évidemment, les explosions [du port de Beyrouth] ne sont pas la responsabilité directe de n’importe qui, mais c’est évident qu’une crise politique qui empêche la formation d’un gouvernement pendant neuf mois, il faut le mettre au compte des responsables politiques. Ce n’est pas [la faute de] la météorologie, ce n’est pas le mauvais climat, ce n’est pas la guerre en Syrie, c’est n’est pas l’Union européenne. C’est la classe politique libanaise qui est responsable.

Follow-up question. Quelle partie de la classe politique libanaise?

[C’est la classe politique libanaise qui est responsable] dans son ensemble.

Follow-up question. Donc tout le monde est responsable?

Tout le monde dans de différentes proportions.

Q. Est-ce que vous pouvez aider le Liban à faire rentrer les réfugiés syriens tant qu’ils vivent normalement et il n’y ait plus de guerre ? Comment est-ce que vous pouvez aider ce peuple à retourner dans leur pays?

Tout d’abord, nous devons aider le Liban à garder réfugiés là où ils sont, au Liban. J’ai demandé aussi que nous appliquions le principe de non-refoulement, c’est-à-dire, ne pas envoyer les réfugiés en Syrie contre leur volonté. Pour ceci, pour que les réfugiés puissent retourner dans leur pays, il faut qu’ils puissent le faire en liberté et en dignité. Tant qu’en Syrie ces conditions ne seront pas remplies, nous ne pouvons pas envoyer les réfugiés chez eux.

Q. À quoi servent les sanctions pour le peuple libanais?

Chaque chose en son temps. Pour l’instant, les sanctions ne sont pas adoptées, elles sont sur la table, nous les étudions. Les sanctions ne sont -dans les cas où elles seraient appliquées- qu’une façon «d’incentiver» (d’encourager) la classe politique à trouver des solutions politiques dont Liban a besoin. Mais, j’insiste, j’aimerais bien que ça puisse se faire sans en avoir recours.

 

Link to the video: https://audiovisual.ec.europa.eu/en/video/I-207591

Languages: