EUCAP Sahel Niger

Les médias doivent plus que jamais être libres

02/05/2021 - 18:56
From the blog

02/05/2021 – Blog du HR/VP – À la veille de la Journée mondiale de la liberté de la presse, je tiens à réaffirmer mon attachement et celui de l'UE à la liberté des médias, qui, hélas, est en recul dans de nombreux pays depuis le début de la pandémie de COVID-19. Ayant grandi dans une dictature, je sais combien un accès ouvert à l'information et à la liberté d'expression est précaire et précieux pour la démocratie.

"La pandémie a accéléré l'érosion de la liberté des médias dans le monde. Nous devons agir pour inverser cette tendance car la démocratie ne peut fonctionner sans information libre et exacte."

 

La semaine dernière, deux journalistes ont été tués au Burkina Faso parce qu'ils faisaient tout simplement leur travail. Leur mort vient brutalement nous rappeler les menaces qui pèsent sur les journalistes – et, de fait, sur nos sociétés démocratiques dont une presse libre est un élément constitutif. La pandémie de COVID-19 oblige souvent les journalistes à travailler dans des conditions dangereuses. Les mesures de confinement ont également porté un rude coup économique à un secteur des médias indépendants déjà mal en point, conduisant à des licenciements et à des fermetures. Avec le recul de la démocratie dans de nombreux endroits du monde, la liberté des médias est toujours plus mise à mal.

 

"Avec le recul de la démocratie dans de nombreux endroits du monde, la liberté des médias est toujours plus mise à mal."

 

J'ai grandi dans un pays où, à l'époque, la presse n'était pas libre et je sais pertinemment ce que cela implique en termes de débat public et de droits des citoyens. Je suis un grand consommateur de médias et, dans mon travail quotidien, je compte beaucoup sur les informations et les analyses fournies par les journalistes. Tout au long de ma carrière, j'ai appris à connaître et à apprécier un grand nombre de journalistes travaillant pour un large éventail de médias. Je sais combien, dans de nombreux pays, le bouleversement des modèles économiques porté par l'Internet et le déclin des valeurs démocratiques traditionnelles avaient déjà compliqué leur travail avant la pandémie.

Deuxième Journée mondiale de la liberté de la presse en période de pandémie de COVID-19

Pour la deuxième fois, nous célébrons la Journée mondiale de la liberté de la presse dans un contexte de pandémie. Tout au long de la crise sanitaire, les journalistes ont travaillé pour nous tenir informés et contribuer à notre sécurité – parfois au prix d'une grande mise en danger personnelle. De nombreux éléments démontrent aujourd'hui que la pandémie a accéléré l'érosion de la liberté et du pluralisme des médias. Selon le V-Dem Institute, deux tiers des pays du monde ont imposé de nouvelles restrictions aux médias en 2020.

 

"De nombreux éléments démontrent aujourd'hui que la pandémie a accéléré l'érosion de la liberté et du pluralisme des médias."

 

Tous les regards étant tournés vers la lutte contre le virus, de nombreux gouvernements ont profité de la crise sanitaire pour renforcer la censure, ignorer ou tolérer les mauvais traitements infligés aux journalistes et imposer des restrictions visant à museler la liberté d'expression. Au cours de l'année écoulée, partout dans le monde, des journalistes ont été victimes d'intimidations et de menaces, mis à l'amende, emprisonnés, agressés et même assassinés pour avoir fait leur travail.

Selon le Comité pour la protection des journalistes, 274 journalistes – sinistre record – ont été emprisonnés en 2020 dans le monde en raison de leur travail, souvent sans que des accusations aient été rendues publiques. Pour la deuxième année consécutive, la Chine arrive en tête du classement, suivie par la Turquie, l'Égypte et l'Arabie saoudite. Dans le classement mondial de la liberté de la presse 2021, Reporters sans frontières indique que la liberté des médias est "totalement bloquée ou gravement entravée dans 73 pays et restreinte dans 59 autres, soit au total 73 % des pays évalués." Il s'agit d'une tendance très inquiétante.

La pandémie de COVID-19 se double d'une "infodémie"

La pandémie de COVID-19 continue également d'être accompagnée par une "infodémie" – la propagation massive de fausses informations sur le virus et sur les efforts déployés pour lutter contre celui-ci. De nombreux acteurs – étatiques ou non – ont exploité les peurs de la population pour faire avancer leur programme politique ou économique au détriment de la lutte mondiale contre la pandémie. Nous suivons de près et nous révélons ces campagnes de désinformation lorsqu'elles prennent l'UE pour cible.

 

"Soutenir et protéger les médias indépendants n'a jamais été aussi important. La démocratie ne peut fonctionner si tout le monde n'a pas accès à une information libre et exacte."

 

Soutenir et protéger les médias indépendants n'a jamais été aussi important. Pour faire un choix éclairé entre différentes options, les citoyens doivent en effet connaître précisément les faits sur la base desquels ils effectueront ce choix. La démocratie ne peut fonctionner si tout le monde n'a pas accès à une information libre et exacte. C'est la raison pour laquelle nous devons défendre la liberté de la presse et combattre la désinformation.

Si nous ne protégeons pas la liberté et le pluralisme des médias en Europe et dans le monde, nous courons le risque de perdre notre plus sûr rempart contre les discours nocifs qui visent à ébranler nos démocraties et notre unité.

Trois plans d'action de l'UE pour réaffirmer notre attachement à la liberté de la presse

En 2020, l'UE a réaffirmé sa détermination à intensifier son soutien à des médias ouverts et libres en adoptant trois plans d'actions différents[1] qui appellent à renforcer politiquement et financièrement le travail de l'UE – non seulement au sein de l'UE mais également partout ailleurs dans le monde. En décembre dernier, nous avons également adopté un régime mondial de sanctions en matière de droits de l'homme, qui nous fournit un outil supplémentaire pour répondre aux graves violations des droits de l'homme ou aux graves atteintes à ces droits dans le monde, où qu'elles se produisent.

Ensemble, nous devons dénoncer toutes les violations de la liberté des médias; appeler à la libération sans condition des journalistes emprisonnés dans le monde; et assurer la survie économique des médias indépendants. De la même manière que nous nous serrons les coudes pour venir à bout de cette pandémie et pour lutter contre le changement climatique, nous devons faire en sorte que les générations futures continuent à jouir de leur droit fondamental à disposer de médias libres et indépendants.

 

--------------------

[1]        Droits de l'homme et démocratie dans l'UE - plan d'action pour la période 2020-2024 , le Plan d'action pour la démocratie européenne et le  Plan d'action de l'UE pour les médias.