EUCAP Sahel Niger

UE-Afghanistan: communiqué de presse conjoint à la suite du dialogue sur les droits de l’homme, la bonne gouvernance et les migrations

Brussels, 24/02/2021 - 17:13, UNIQUE ID: 210224_26
Joint Press Releases

La troisième réunion du groupe de travail spécial UE-Afghanistan sur les droits de l’homme, la bonne gouvernance et les migrations s’est tenue le 24 février 2021, dans un format virtuel. Elle était coprésidée par Mme Paola Pampaloni, directrice exécutive adjointe pour l’Asie et le Pacifique au Service européen pour l’action extérieure, et par M. Meerwais Nab, vice-ministre afghan des affaires étrangères.

L’UE et l’Afghanistan ont réaffirmé leur engagement, pris avec la signature de leur accord de coopération bilatérale en matière de partenariat et de développement, à respecter les principes démocratiques et les droits de l’homme, ainsi que le principe de l’état de droit, qui sont des éléments essentiels de l’accord et qui sous-tendent les politiques internes et internationales des deux parties.

Les parties ont discuté des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans le contexte du processus de paix en cours en Afghanistan, et ont exprimé leur vive inquiétude face à la persistance d'un niveau de violence élevé. Elles ont également condamné le nombre croissant d’assassinats ciblés de professionnels des médias, de militants de la société civile et d’agents de la force publique, qui sont les piliers essentiels d’une société démocratique et ouverte. L’UE a demandé au gouvernement afghan d’assurer la sécurité de ces acteurs importants de la société, de mener des enquêtes approfondies, de traduire les coupables en justice et de tenir le public afghan pleinement informé des mesures prises. L’UE a fait référence à ses travaux dans le cadre de l’instrument européen pour la démocratie et les droits de l'homme, en soutenant les défenseurs des droits de l’homme et le rôle de la société civile dans la promotion des droits de l’homme et des réformes démocratiques, ainsi qu’à des projets portant spécifiquement sur les besoins des enfants et des femmes vulnérables, ainsi que sur les droits des personnes handicapées.

L’UE a également rappelé qu’il était impératif de respecter et de promouvoir le droit international humanitaire afin que toutes les parties au conflit protègent les civils se trouvant dans les zones de conflit. La protection des civils, des structures médicales et éducatives ainsi que des travailleurs humanitaires ne peut attendre la paix. Les parties ont souligné que seule une cessation immédiate de la violence permettrait de rétablir la confiance dans la sincérité des talibans à l’égard d’un règlement politique visant à mettre un terme à la guerre.

L’UE et l’Afghanistan ont convenu de l'importance de promouvoir davantage l’inclusion dans les pourparlers de paix, notamment la participation des femmes, des jeunes, des minorités, des personnes déplacées dans leur propre pays, des réfugiés et des victimes de la guerre, afin que tous les Afghans s’approprient le processus. Ils ont également souligné que la préservation et le renforcement des acquis démocratiques et des droits de l’homme au cours des 20 dernières années étaient indispensables pendant et après le processus de paix, et ont fait référence au large consensus qui s’est dégagé à ce sujet lors de la conférence de Genève sur l’Afghanistan, en novembre 2020.

Dans les domaines des droits des femmes et des enfants, la nécessité d’appliquer la législation contre la violence généralisée et les pratiques préjudiciables a été soulignée, ainsi que la nécessité de lutter contre la discrimination à l'égard des minorités religieuses.

Dans le domaine de la gouvernance, l’UE et l’Afghanistan ont souligné l’importance de processus électoraux libres, équitables, crédibles, transparents et inclusifs, qui faciliteraient le transfert légitime du pouvoir, et ont discuté des expériences de leur coopération électorale et des perspectives de poursuite de la réforme électorale. Les questions relatives à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ont également été abordées, compte tenu de l’évaluation en cours, par l’UE, du régime de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme de l’Afghanistan. Les parties ont discuté des mesures prises par le gouvernement afghan et ont salué leur coordination conjointe dans le domaine de la politique de lutte contre la corruption et des réformes institutionnelles, et se sont engagées à maintenir cette question parmi leurs priorités bilatérales.

En ce qui concerne la dimension régionale des migrations, la nécessité d’aborder de manière intégrée les aspects humanitaires, de développement et de sécurité a été soulignée. La partie afghane s’est félicitée que l’UE ait présidé, en 2021, le groupe restreint de la stratégie de recherche de solutions pour les réfugiés afghans (SSAR). Tant l’UE que l’Afghanistan se réjouissent de travailler en étroite collaboration avec les autres membres du groupe restreint, les membres du comité directeur quadripartite (Afghanistan, Pakistan, Iran et HCR), ainsi qu’avec toutes les parties prenantes, afin de trouver des solutions durables à la situation prolongée des réfugiés dans la région, en soutenant la protection, l’inclusion et l’autonomie des Afghans, tant en Afghanistan que dans les pays d’accueil.

La prochaine réunion du groupe de travail spécial UE-Afghanistan sur les droits de l’homme, la bonne gouvernance et les migrations aura lieu en 2022, à Kaboul.

Languages: