EUCAP Sahel Niger

De la sécurisation des scènes de crime à la collecte d’indices : le rôle du militaire au combat dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière organisée au Niger.

25/01/2019 - 15:38
News stories

Pourquoi l’armée doit-elle s’investir dans la sécurisation des scènes de crimes dans sa zone d’opération ? Comment préserve-t-elle les preuves afin qu'elles puissent ensuite être utilisées devant un tribunal? Lors d’une formation au profit des militaires nigériens à Madama, EUCAP Sahel Niger a transmis aux militaires des Forces Armées du Niger les savoir-faire indispensables.

Là où la police et la gendarmerie ne sont pas présentes sur le territoire du Niger, les soldats sont souvent directement confrontés aux terroristes et aux phénomènes criminels associés. C’est le cas à Madama, dans le nord du pays, non loin de la frontière avec la Libye, où le 84ème bataillon des Forces Armées du Niger est cantonné. Dans cette zone, les militaires jouent un rôle essentiel dans le traitement des criminels, des scènes de crime et la préservation des preuves.


Une formation alternant connaissances théoriques et exercices pratiques réalistes a été dispensée par EUCAP Sahel Niger à Madama du 22 au 25 Janvier 2019.  60 militaires ont ainsi pu mettre en œuvre des techniques simples de prise en compte d’un suspect capturé, assurer un gel des lieux et préserver la collecte d’indices. Avec l’appui d’EUCAP Sahel Niger, les stagiaires ont donc acquis les connaissances élémentaires qui leur permettront de prendre les bonnes premières mesures afin que les Forces de Sécurité Intérieure puissent poursuivre leurs investigations sous la direction des magistrats.

« Cette formation avait pour objectif d’optimiser l’action des militaires dans la lutte contre le terrorisme et la grande criminalité au Niger et les régions frontalières », explique Henri Gomez, Conseiller Coordination entre Police et Armée à EUCAP Sahel Niger et un des 5 formateurs ayant dispensé la formation à Madama.  « Elle veut également protéger juridiquement l’action militaire, rendre la chaîne pénale plus efficace et renforcer le lien entre l’armée et la société civile. »

 

 

 

Editorial Sections: