EUCAP Sahel Niger

Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture: déclaration du haut représentant/vice-président Josep Borrell

Brussels, 25/06/2021 - 20:01, UNIQUE ID: 210625_30
Statements by the HR/VP

 

La torture d’êtres humains n’a pas sa place au XXIe siècle. À l’occasion de la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, l’Union européenne réaffirme qu’elle est fermement résolue à lutter contre la torture dans le monde entier, sous toutes ses formes, dans tous les contextes et environnements.

Les restrictions et les confinements au cours de la pandémie de COVID-19 ont entraîné des niveaux plus élevés de violations des droits de l’homme et d’atteintes à ces droits dans la sphère tant publique que domestique, y compris une augmentation des violences, des arrestations et détentions arbitraires, des agressions physiques et des traumatismes psychologiques pour de nombreux êtres humains.

Le respect des droits de l’homme et de la dignité humaine doit continuer de façonner notre réponse à la pandémie mondiale actuelle. La torture et autres mauvais traitements dans les lieux de détention se poursuivent, en dépit des efforts déployés par de nombreux gouvernements pour réduire le nombre de détenus en période de crise sanitaire. Le soutien à l’amélioration des conditions de détention et du traitement des personnes privées de liberté, conformément aux normes et obligations internationales, constitue une priorité du plan d’action de l’UE en faveur des droits de l’homme et de la démocratie pour la période 2020-2024, notre cadre stratégique extérieur renouvelé dans ce domaine.

L’impunité face aux actes de torture et autres mauvais traitements doit cesser. L’obligation pour les auteurs de tels actes d’en répondre, la mise en place de systèmes de justice efficaces et la réparation aux victimes sont essentielles. Nous n’hésiterons pas à condamner les actes de torture et autres mauvais traitements au niveau mondial et nous soutiendrons des enquêtes indépendantes sur les graves violations des droits de l'homme et sur les graves atteintes à ces droits, où qu’elles se produisent. La collecte de preuves, la documentation des cas de torture et autres mauvais traitements, l’obligation de rendre des comptes et la justice sont des étapes importantes pour que les droits des victimes soient appliqués.

Le régime mondial de sanctions de l’UE en matière de droits de l’homme témoigne de la détermination de l’UE à défendre les droits de l’homme et à prendre des mesures décisives et tangibles à l’encontre des personnes responsables de graves violations des droits de l’homme et de graves atteintes à ces droits, telles que la torture et autres mauvais traitements.

Nous continuerons à coopérer aux niveaux bilatéral, régional et multilatéral, en particulier avec les Nations unies, le Conseil de l’Europe et la Cour pénale internationale, ainsi que par l’intermédiaire de notre soutien aux organisations de la société civile et aux défenseurs des droits de l’homme. Au cours de la dernière décennie, l’UE a consacré plus de 100 millions d’euros aux efforts déployés pour lutter contre la torture. Elle maintiendra des niveaux élevés d’engagement et de soutien en faveur du respect de la dignité humaine.

Des initiatives telles que les principes pour des entretiens efficaces dans le cadre des enquêtes et de la collecte d’informations (Principles on Effective Interviewing for Investigations and Information Gathering) fournissent des orientations sur l’obtention d’informations précises et fiables dans le plein respect des droits de l’homme et de la dignité de tous, y compris par la mise en œuvre de garanties juridiques et procédurales pendant les premières heures de la garde à vue.

La nécessité d’une action collective forte et efficace pour réglementer le commerce des biens utilisés pour infliger la peine de mort, la torture et d’autres mauvais traitements est également plus essentielle que jamais. L’UE encourage tous les États à redoubler d’efforts pour établir des normes internationales communes dans ce domaine et à adhérer à l’Alliance pour un commerce sans torture.

L’édification d'un monde sans torture pour tous est un défi mondial, mais une action commune peut faire la différence. Ensemble, nous pouvons y parvenir. Nous le devons aux victimes de la torture et à leurs familles.

 

Équipes éditoriales: