EUCAP Sahel Mali

 

Préparer la voie à un accord de paix au Yémen

05/09/2019 - 08:02
Publications

"Les femmes en politique… si elles ne sont pas fortes et efficaces… elles ne peuvent pas faire leurs preuves et s'imposer au niveau des partis politiques ou dans la collectivité. C'est pourquoi j'appelle toutes les femmes qui veulent faire de la politique à faire un travail intense sur elles-mêmes. Pour être acceptées par les autres, elles doivent avoir beaucoup d'aplomb", a souligné Samawi Ahmed Sabrah, vice-présidente du Centre d'études et de recherche du Yémen lors d'une réunion soutenue par l'UE sur les femmes dans le processus de paix, qui s'est tenue au Caire au début de cette année. Plus récemment, un large groupe de femmes yéménites s'est réuni à Addis-Abeba, en Éthiopie, pour discuter, lors de cette deuxième rencontre, de la manière d'ouvrir la voie à un processus de paix. Elles ont recensé les solutions possibles et les domaines consensuels en vue d'un accord et de la période transitoire qui s'ensuivra au Yémen

yemen, women, peace process

"La participation des femmes au niveau local sera un facteur d'efficacité et jouera un rôle important dans le processus de consolidation de la paix, du niveau local au niveau national", a indiqué lors de la première réunion au Caire Mme Olfat al Dubai, professeure assistante de sociologie à l'université de Taëz.

 

La réunion, qui a eu lieu en Éthiopie du 23 au 25 juillet, s'inscrit dans le cadre d'une action plus vaste menée par l'UE et ses partenaires chargés de la mise en œuvre, Crisis Management Initiative (CMI) (Initiative de gestion de crise) et DeepRoot Consulting, en faveur d'une solution négociée au conflit. Le groupe était représentatif des réseaux de femmes existants ainsi que de la diversité géographique et politique au Yémen. Ces femmes ont accordé une attention particulière, par exemple, aux initiatives locales, aux discours médiatiques et à la réconciliation, qui constituent des conditions préalables à un accord de paix.

 

 

Selon les participantes, la réhabilitation et les initiatives axées sur la question des enfants soldats pourraient servir de mesure de rétablissement de la confiance entre les parties au conflit. Afin que les propos tenus dans les médias se prêtent et incitent davantage à la paix, ces femmes ont appelé à la pénalisation des discours qui, dans les médias, font appel à la haine ou à l'extrémisme, ou qui dénigrent toute entité. Les femmes ont également mis l'accent sur le besoin de réconciliation.

"Cette guerre a détruit la cohésion sociale. Nous devons donc commencer par une phase de participation de la collectivité, avant de passer à un processus de réconciliation nationale. Comment procéder? Il existe plusieurs étapes. Tout d'abord, il convient d'adopter une loi interdisant la vengeance. Après la fin de la guerre, chaque partie voudra se venger. Une telle loi doit donc être adoptée pour mettre fin aux règlements de compte et aux divisions en mettant un terme à la discrimination sur la base de critères géographiques, notamment entre le nord et le sud, et inspirée des sécessionnistes, unionistes, etc.", a déclaré Nilli Nagi du ministère de la Conférence de dialogue national à Aden. Ashwaq Moharrem, membre du Pacte des femmes yéménites pour la paix et la sécurité (Tawafaq), a discuté des enseignements tirés de la formation de coalitions sur la base de thèmes précis et de l'action conjointe pour les femmes yéménites.

 

From left: Maeen al Abeidi, Nabila al Zubair, Rana Ghanem, Anjila al Maamari and Dr. Bilkis Abu Osba (in the back) participated in the workshop to identify options and early areas of consensus related to the peace process and the transitional period in Yemen.
En partant de la gauche: Maeen al Abeidi, Nabila al Zubair, Rana Ghanem, Anjila al Maamari et Bilkis Abu Osba (à l'arrière-plan) ont participé à l'atelier visant à recenser les solutions possibles et les domaines les plus consensuels dans la perspective du processus de paix et de la période de transition au Yémen.

Plan d'action pour intégrer les femmes dans le processus de paix

Les participantes ont débattu de différentes questions ayant trait à l'accord de paix et à la période de transition, notamment d'un accord dans les domaines militaire et de la sécurité, du partage du pouvoir, des différentes étapes de la transition ainsi que des réformes qu'il convient de mettre en œuvre durant cette période. Elle ont également élaboré un avant-projet des principes possibles pour l'accord de paix, qui pourrait servir de base à des pourparlers plus globaux entre les parties au conflit sur les questions de fond liées à l'accord. Ce groupe de femmes a en outre élaboré un plan d'action pour présenter les recommandations définies lors d'un atelier qui s'est déroulé en avril au Caire, dans lequel l'accent est mis sur l'inclusion et la participation effective des femmes au processus de paix et à des processus de décisions politiques de plus grande ampleur.