EUCAP Sahel Mali

Une police qui communique – une image qui change

03/05/2018 - 15:53
News stories

Depuis trois ans, EUCAP Sahel Mali soutient la Police nationale du Mali afin que celle-ci ait une meilleure visibilité de ses actions. L’établissement de la Cellule de Communication de la Police nationale en fin 2015 a été le tournant décisif pour une politique de communication transparente. « Avant, les journalistes se plaignaient de la lenteur de communication des forces de sécurité, on était des grands mythes. A la police, il n’y avait pas de service proprement dit pour la communication» , se souvient Kaly Diakité, jeune sergent et ancien journaliste, récemment promu Chef de la Cellule de Communication de la Police nationale.

Aujourd’hui, la cellule a ses propres locaux à la Direction de la Police Nationale, au cœur de Bamako. Kaly Diakité y dirige une équipe de quatre personnes qui travaillent à temps plein : ils échangent avec des journalistes, rédigent des communiqués, mettent à jour les pages Twitter et Facebook, réalisent des photoreportages, suivent le Directeur Général lors des déplacements et rédigent leur revue de communication intitulée Gardien de la Paix. De plus, toutes les semaines un bulletin interne est diffusé aux policiers à Bamako et dans les régions.

Rien de tout cela n’existait il y a trois ans. La Cellule de Communication a été conçue et créée en fin 2015 avec le soutien d’EUCAP Sahel Mali. Les ordinateurs, les appareils photo et les imprimantes portent le logo de la mission européenne qui prend également en charge le coût de l’impression des publications pour cette année. De plus, EUCAP Sahel Mali a soutenu la Cellule par le conseil en communication stratégique et a participé à l’organisation d’événements publics et promotionnels tels que la Journée de la Police.

Communiquer pour se rapprocher de la population

Au début, les conseillers de la Mission et ses experts en communication ont travaillé main dans la main avec les policiers maliens pour rédiger les premiers communiqués et le premier numéro du Gardien de la Paix.
« Aujourd’hui, on est autonomes », se félicite le sergent Diakité. Le besoin pour l’appui rédactionnel d’EUCAP s’est diminué au fur et à mesure, grâce notamment aux formations financées par la Mission en techniques de photo et d’informatique et à la grande motivation des jeunes communicateurs policiers. Le sergent Diakité a également bénéficié des formations conjointes EUCAP-UNESCO en matière de la liberté d’expression, qui lui a permis de tisser des liens de confiance avec les journalistes.
La nouvelle politique de communication illustre l’ouverture institutionnelle au sein de la police malienne. La communication est un métier d’actualité, or la réactivité peut parfois être ralentie par une structure hiérarchique trop complexe. Ce qui semble être un problème résolu en ce qui concerne la police malienne. Au début, le sergent Diakité lui-même devait passer par plusieurs services pour faire valider un projet d’article, mais aujourd’hui il a accès privilégié au bureau du Directeur Général.  
« La direction de la Police a saisi l’importance de la communication. La communication va permettre  la population de comprendre quelles sont les missions de la police, mais aussi de voir les conditions de vie d’un policier. Elle nous permet de nous valoriser. Et surtout, elle permet de tisser le lien entre la police et la population »,  dit le sergent Diakité, avant d’ajouter que  « Quand on parle de la cellule de communication, il faut parler d’EUCAP. C’est EUCAP qui a mis en place cette cellule, et qui nous soutient encore aujourd’hui. EUCAP est la mère de la cellule de communication ! ».

 

Rubriques éditoriales: