Les relations de l’UE avec la Mauritanie

Dernières nouvellesRSS

Toute l'actualité

MauritanieMauritanie

Les relations entre l'UE et la Mauritanie reposent sur l'accord de Cotonou et sur le document de stratégie par pays et le programme indicatif national pour la période 2008-2013.

La Mauritanie a subi une série de coups d'État militaires. L'UE lui a apporté un soutien politique et financier pour l'aider dans sa transition vers la démocratie à la suite des élections de 2006-2007 English (en) et 2009.

Aide au développement

• 156 millions d'euros jusqu'en 2013 pour la gouvernance, les infrastructures et l'intégration régionale, au titre du Fonds européen de développement (développement local, stratégie nationale de migration, modernisation de l'administration publique et du système judiciaire, société civile, réparation et construction de routes, aide budgétaire);

• 25 millions d'euros au titre de la stratégie de l'UE pour la sécurité et le developpement au Sahel pdf - 81 KB [81 KB] English (en) , afin d'encourager le développement économique et la stabilité en Mauritanie, au Niger et au Mali;

• transports: améliorer notamment les liaisons entre les villes et l'arrière-pays, et plus largement à l'intérieur de la région de l'Afrique occidentale;

• lutte contre la pauvreté (aide budgétaire directe, en préparation).

Aide humanitaire

L'UE recherche activement des solutions à la crise humanitaire au Sahel. Des fonds importants ont été mobilisés pour aider les populations touchées par la crise alimentaire et par l'afflux de réfugiés fuyant les troubles au Mali .

Coopération dans le domaine de la pêche

La Mauritanie est un important partenaire de l'UE dans le domaine de la pêche. Le 26 juillet 2012, la Commission européenne et la Mauritanie ont signé un protocole à l'accord de partenariat dans le secteur de la pêche d'une durée de deux ans, qui succède à un accord similaire contracté pour six ans.

Sous réserve de la ratification du protocole par le Conseil européen et par le Parlement européen, l'UE allouera 70 millions d'euros par an pour maintenir son droit de pêche dans les eaux mauritaniennes et aider à une meilleure gestion de la pêche, tout en diminuant les incidences environnementales des pratiques de pêche.