Relations de l'UE avec la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord)

Dernières nouvellesRSS

Toute l'actualité

Tour Juche de PyongyangTour Juche de Pyongyang

L'Union européenne (UE) a établi des relations diplomatiques avec la Corée du Nord en mai 2001 et la plupart des États membres entretiennent également des relations diplomatiques avec ce pays. Les ambassades des États membres à Pyongyang représentent à tour de rôle l'Union européenne.

Dialogue politique

L'UE organise chaque année des pourparlers politiques avec la Corée du Nord, et le Parlement européen procède régulièrement à des échanges avec les parlementaires du pays. L'UE s'est engagée à mener une politique de dialogue critique envers la Corée du Nord, qui porte sur les thèmes suivants:

  • la paix et la sécurité dans la péninsule coréenne;
  • la non-prolifération des armes nucléaires;
  • les droits de l'homme.

 

L'UE soutient les efforts internationaux déployés pour promouvoir la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne, notamment grâce au processus de pourparlers à six, lancé en 2003 afin d'aborder les préoccupations de la communauté internationale au sujet des activités nucléaires de la Corée du Nord.

Aide et coopération

Depuis 1995, plus de 366 millions d'euros ont été octroyés sous la forme d'aide alimentaire, d'aide dans les secteurs de la santé, de l'eau et de l'assainissement, et d'aide agricole. En 2011, l'UE a fourni une aide d'urgence de 10 millions d'euros à la suite d'une grave crise alimentaire.

Depuis la fermeture de son bureau humanitaire (ECHO) à Pyongyang en 2008, l'UE a adapté son aide afin de mieux structurer l'assistance humanitaire et de couvrir les besoins à long terme.

Droits de l’homme

L'UE soutient les résolutions annuelles sur la situation des droits de l'homme en Corée du Nord dans le cadre de l'Assemblée générale et du Haut-Commissariat aux droits de l'homme des Nations unies. Le Parlement européen a adopté plusieurs résolutions, la plus récente datant de mai 2012.

Sanctions

L'UE a mis en place des mesures autonomes contre la Corée du Nord afin d'empêcher la poursuite du développement de son programme d'armement nucléaire. En décembre 2012, la Corée du Nord a lancé un «satellite» recourant à la technologie des missiles balistiques, en violation directe des obligations qui lui incombent en vertu des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. Ce lancement a été suivi d'un troisième essai nucléaire en février 2013. Afin de souligner l'importance du respect des accords mondiaux de non-prolifération, l'UE a décidé d'appliquer des mesures autonomes supplémentaires [77 ko].