Prévention et réaction aux crises sanitaires majeures

Volailles portant le cachet de l’inspection vétérinaire sur un marché vietnamien © EU (A.Vandersmissen)Volailles portant le cachet de l’inspection vétérinaire sur un marché vietnamien © EU (A.Vandersmissen)

L'UE est un acteur important dans la prévention et la réponse aux crises, aussi bien au sein de l'Union que dans le reste du monde. Elle s'est engagée activement en faveur de la sécurité sanitaire et de la santé mondiale .

En plus de coordonner les politiques sanitaires à l'intérieur de ses frontières, l'UE joue également un rôle moteur dans les efforts consentis à l'échelle mondiale pour prévenir, traiter et atténuer les effets des crises sanitaires majeures.

Sa réaction - décisive - lors de la crise de la grippe aviaire hautement pathogène (GAHP) (causée par le virus A(H5N1)), puis face à la pandémie de grippe A/H1N1 en 2009, a confirmé sa capacité à jouer un rôle de premier ordre. L'UE a contribué à la création d'un partenariat mondial inédit contre la GAHP rassemblant des acteurs politiques majeurs, les Nations unies, des organisations de développement et plus de 120 pays. La conférence de Pékin, en janvier 2006, a été l'événement fondateur de ce nouveau mécanisme de collaboration, par lequel les participants s'engagent à unir leurs forces pour lutter contre les menaces qui ne connaissent pas de frontières.

Dès le départ de la réponse à l a crise de la GAHP, l'UE a concentré ses efforts - et a encouragé d'autres acteurs à en faire de même - sur l'appropriation nationale et régionale de l'aide européenne par ses bénéficiaires et sur une vision à long terme du renforcement durable des systèmes de santé publique et animale. Cette approche a permis de maximaliser les avantages de la coopération européenne: les investissements réalisés pour la GAHP ont été utilisés pour lutter contre la pandémie de grippe en 2009 et demeurent opérationnels en cas de futures crises sanitaires majeures.

Au niveau politique, l'UE travaille en étroite collaboration avec des partenaires clés tels que le bureau du Système de coordination de la grippe des Nations unies (UNSIC) afin de veiller à ce que l'attention reste centrée sur toutes les maladies émergentes et réémergentes, les zoonoses peu étudiées et les risques sanitaires majeurs pouvant survenir à l'interface entre l'animal, l'homme et leurs différents environnements. Cette approche est désormais plus connue sous le nom de "Une seule santé".

Les crises récentes ont démontré que la communication sur la préparation aux pandémies demeurait un défi de taille pour les années à venir. Cela est particulièrement vrai dans les pays développés, où aussi bien le personnel de santé que la population doivent s'adapter à un nouveau paradigme: la mondialisation et d'autres facteurs ont contribué à créer un nouvel environnement sanitaire mondial, ce qui signifie que le monde doit réapprendre à vivre avec une "incertitude épidémique" et le risque de voir une crise locale s'étendre dans le monde entier


  • Imprimer
  • choisir la taille de caractères normale
  • Augmenter la taille des caractères de 150 %
  • Augmenter la taille des caractères de 200 %