Relations UE-Géorgie

Dernières nouvellesRSS

  • 24/11/2014
    Statement by High Representative/Vice-President Federica Mogherini on the signature of a “Treaty on Alliance and Strategic Partnership" between the Russian Federation and Georgia's breakaway region of Abkhazia Statement by High Representative/Vice-President Federica Mogherini on the signature of a “Treaty on Alliance and Strategic Partnership" between the Russian Federation and Georgia's breakaway region of Abkhazia <p>The Russian Federation’s signature today of a so-called “Treaty on Alliance and Strategic Partnership” with Georgia's breakaway region of Abkhazia is detrimental to ongoing efforts to stabilise the security situation in the region.</p> <p> </p> 11/24/2014 20:57:55 11/24/2014 20:57:55 11/24/2014 20:57:55 11/12/2015 20:57:55 2014112420 090126248d80d159 N 090126248d80d159 /statements-eeas/2014/141124_01_en.htm 10044 xml N /statements-eeas/2014/141124_01_fr.htm 1 /statements-eeas/2014/141124_01_en.htm /statements-eeas/2014/141124_01_zz.htm N ID_INTERNAL N N
    Statement by High Representative/Vice-President Federica Mogherini on the signature of a “Treaty on Alliance and Strategic Partnership" between the Russian Federation and Georgia's breakaway region of Abkhazia English (en)
  • 17/11/2014
    Joint Press Release following the first Association Council meeting between the European Union and Georgiapdf
  • 17/11/2014
    Conclusions du Conseil sur la Géorgie - Plan d'action concernant la libéralisation du régime des visas pdf

Toute l'actualité

Badri Vadachkoria © Ministère géorgien des affaires étrangères Badri Vadachkoria © Ministère géorgien des affaires étrangères

Les relations de l'UE avec la Géorgie remontent à 1992, peu après la déclaration d'indépendance de la Géorgie consécutive à l'effondrement de l'Union soviétique. Les relations bilatérales se sont intensifiées depuis 2003, parallèlement aux ambitieuses réformes politiques et économiques entreprises par les gouvernements successifs.

En juin 2014, l'UE et la Géorgie ont signé un accord d'association pdf - 9 MB [9 MB] English (en) sans précédent, qui inclut un accord de libre-échange approfondi et complet (AA/ALEAC). L'accord pdf - 9 MB [9 MB] English (en) renforce de manière considérable les liens politiques et économiques avec l'UE dans le cadre du partenariat oriental. Il fait suite à l'accord de partenariat et de coopération, qui servait de base aux relations bilatérales UE-Géorgie depuis 1999. Un programme d'association UE-Géorgie a également été adopté en juin afin de contribuer à mettre en place l'AA/ALEAC à l'aide de priorités communes pour la période 2014-2016. Il remplace le plan d'action de la politique européenne de voisinage de 2006.

L'accord de libre-échange approfondi et complet devrait apporter de nombreux avantages économiques à la Géorgie en permettant à ses entreprises d'accéder au marché unique de l'UE — le plus grand au monde. Il créera des débouchés commerciaux, contribuera à améliorer les biens et les services et renforcera la compétitivité. L'UE collaborera avec les entreprises et les autorités géorgiennes pour réaliser les réformes et contribuer à aligner les biens et les secteurs d'activités sur les normes requises.

L'UE continue à soutenir les efforts consentis par la Géorgie pour surmonter les conséquences des conflits internes survenus dans les régions séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud au début des années 1990, ainsi que pour stabiliser la situation à la suite des hostilités qui ont éclaté en août 2008. Elle reste fermement attachée à sa politique de non-reconnaissance, soutenant l'intégrité territoriale de la Géorgie au sein de ses frontières internationalement reconnues, ainsi qu'au dialogue engagé avec les régions d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud afin d'encourager une résolution du conflit à long terme. Les efforts de l'UE en ce sens se sont concrétisés par:

  • la création en 2008 d'une mission d'observation de l'UE (dont le mandat actuel court jusqu'au 14 décembre 2014), dotée d'un effectif de 401 personnes et dirigée par Toivo Klaar, chef de mission;
  • la nomination en juin 2014 d'un représentant spécial de l'UE pour le Caucase du Sud et la crise en Géorgie, le diplomate allemand Herbert Salber, qui copréside notamment les discussions internationales de Genève avec les Nations unies et l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE);
  • l'octroi de fonds en faveur des efforts de résolution du conflit au moyen de ses instruments financiers.

Un accord-cadre sur la participation de la Géorgie aux opérations de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) a pris effet en mars 2014. La Géorgie participe déjà à deux opérations:

  • l'opération militaire de l'Union européenne en République centrafricaine (EUFOR RCA), en tant que deuxième plus grand contributeur avec 150 soldats d'infanterie légère;
  • la mission militaire de l'Union européenne visant à contribuer à la formation des forces armées maliennes (EUTM Mali).

L'UE a entamé un dialogue sur les visas avec la Géorgie en juin 2012, et un plan d'action concernant la libéralisation du régime des visas a été présenté au début de 2013. La mise en œuvre de la deuxième phase du plan d'action devrait commencer à l'automne 2014.

Les principaux objectifs de l'UE en matière de coopération, ses mesures stratégiques et ses domaines prioritaires sont définis dans le cadre unique d'appui de juin 2014. L'UE apporte son aide principalement dans les secteurs suivants:

  1. réforme de la justice;
  2. agriculture et développement rural;
  3. réforme du secteur public.

Elle aide également le pays à:

  • aligner sa législation sur celle de l'UE dans tous les secteurs;
  • mettre en œuvre l'accord d'association/accord de libre-échange approfondi et complet;
  • soutenir les organisations de la société civile.

La dotation financière indicative de la Géorgie pour la période 2014-2017 s'élève à 335-410 millions d'euros. Le pays a perçu un total de 452,1 millions d'euros d'aide de l'UE entre 2007 et 2013.

La plupart de l'aide de l'UE en faveur de la Géorgie est mise en œuvre par l'intermédiaire de programmes d'action annuels relevant de l'instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP). Une autre source de financement provient des programmes d'assistance thématiques axés sur des secteurs spécifiques tels que les droits de l'homme ou la société civile.

La Géorgie fait également partie du partenariat oriental depuis son lancement en 2009. Cette initiative favorise une association politique et une intégration économique plus poussées avec l'UE en encourageant les gouvernements à entreprendre des réformes et en renforçant le rôle de la société civile dans le développement.